Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dream house (2011) Jim Sheridan

par Neil 18 Octobre 2011, 05:14 En salles

Dream_House.jpg
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 5 octobre 2011
Genre : meurtres non résolus
Durée : 1h31
Scénario : David Loucka
Image : Caleb Deschanel
Musique : John Debney
Avec Naomi Watts (Ann Patterson), Daniel Craig (Will Atenton),  Rachel Weisz (Libby Atenton), Elias Koteas (Boyce), Jane Alexander (Dr. Greeley), Marton Csokas (Jack Patterson)…

Synopsis : Editeur à succès, Will Atenton quitte son emploi à New York pour déménager avec sa femme et ses enfants dans une ville pittoresque de Nouvelle Angleterre. En s’installant, ils découvrent que leur maison de rêve a été le théâtre du meurtre d’une mère et ses deux enfants. (allocine)

Mon avis : Conte ordinaire de la folie

C‘est triste de se rendre compte que Dream house est réalisé par Jim Sheridan. J’ai beaucoup de tendresse pour ce réalisateur, non seulement car il est irlandais mais également car il a accompagné la sortie de mon adolescence. J’avais 17 ans quand Au nom du père est sorti en salles, et ce film m’a marqué. Puis j’ai rattrapé mon retard avec My left foot, pour lequel Daniel Day-Lewis avait eu un oscar bien mérité. Son petit Boxer m’avait également plu, puis après j’ai un peu perdu sa trace dans les années 2000 pour le retrouver en 2010 avec l’imparfait Brothers. Et là quelle ne fut pas ma surprise de le voir associé à un pur projet de studios, essayant tant bien que mal de faire revivre les thrillers des années 90, un genre qui m’est particulièrement cher.

De son bureau en haut d’une tour, Will Atenton vit son dernier jour de travail : il quitte le monde de l’édition pour aller vivre avec sa femme et ses deux filles, et tenter d’écrire un roman. Arrivé à la lisière de sa maison, il entends sa femme l’appeler au téléphone et la surprend en lui envoyant des boules de neige. Il annonce la bonne nouvelle à sa femme et va donner un bain à ses filles avant de les coucher. La maison qu’ils viennent d’acquérir est encore en travaux et Will est ravi de pouvoir passer plus de temps avec sa famille. Très vite quelques signes étranges interviennent, et les petites filles s’inquiètent de voir rôder autour de la maison un individu qui semble les observer.

La science du timing n‘est pas vraiment le fort de Dream house, et c‘est bien dommage pour un film à suspens. On s’ennuie la plupart du temps et les destinées des personnages nous sont finalement assez indifférentes. C’est sans doute dû à un manque de rythme flagrant qui noie tous les rebondissements de cette histoire abracadabrantesque dans un fatras de grand n’importe quoi. Ajoutons que l’ambiance musicale est assez pesante, dans le mauvais sens du terme. Si les grands films d’épouvante savent distiller note par note une mélodie qui vous trotte à la tête, celui-ci nous assomme tout du long avec une musique mièvre et sans consistance. La mise en scène ne relève pas le niveau, et dans la salle à moitié vide j’en conviens je n’ai quasiment jamais perçu un sursaut lors des twists pourtant bien nombreux.

On peut donc dire de Dream house que c’est un ratage sur toute la ligne. Le film ne peut même pas se reposer sur son casting. Daniel Craig joue extrêmement mal le héros dépassé par les évènements ; il n’a aucune expression dans le visage et semble tout droit sorti d’un mauvais James Bond. Au mieux on pourra se pourlécher les babines devant ses tablettes de chocolat : c’est sans doute pour ça que les producteurs ont tenu à ce qu’il apparaisse la moitié du film torse poil. A ses côtés, deux actrices dans peut-être leur plus mauvais rôles tant elle semblent transparentes. On mettra au crédit de Naomi Watts qu’on ne la voit finalement que très peu dans le film, et ne peut donc pas vraiment approfondir son rôle. Quant à Rachel Weisz elle tente de rehausser le niveau mais c’est peine perdue, le naufrage est bien là. Après une énième incohérence du scénario (cf. cette scène où il prend tout son temps pour embrasser sa petite famille alors que la maison est en feu), on abdique.

Ma note : °

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

toto 18/06/2014 14:44

C'est sur que quand on passe de In America ou encore The field à Dream House, ça fait un peu mal aux yeux et au cervelet...espérons que ce film ne soit qu'une erreur de parcours pour Jim Sheridan que j'aimerais bien revoir aussi en tant qu'acteur...

neil 21/06/2014 13:23

Je ne me souviens pas de lui en tant qu'acteur. J'aimerais en tout cas le voir revenir avec un bon film en tant que réalisateur.

Ashtray-girl 01/11/2011 15:34



Pas exceptionnel, nan. Même passable, sans doute. Mais pas complètement à jeter non plus. Et puis bon, il joue pas si mal que ça, Craig... Okay, les producteurs ont fait mouche avec les tablettes
de chocolat, j'avoue... :p



Neil 08/11/2011 18:12



Ralala on voit la fan du petit Daniel. Qui n'est cela dit pas dégoûtant de sa personne... :p



Christophe 19/10/2011 20:26



Bah, ça se regarde quand même. J'ai vu pire cette année...



Neil 19/10/2011 22:03



Oui on a vu pire cette année. Reste qu'il fait partie de mon top ten en partant du bas



Wilyrah 19/10/2011 11:20



Gros lapsus ! Oui, un centime.


 


PS : je venais de commenter la couleur des sentiments juste avant ^^



Neil 19/10/2011 12:23



Ah oui c'est marrant ça en effet...



Wilyrah 19/10/2011 00:50



Je ne donnerai pas un centiment pour ce film.



Neil 19/10/2011 10:25



Ton lapsus est intéressant : un centime pour le film ou ton sentiment sur le film ? lol



ffred 18/10/2011 15:25



OUi entièrment d'accord. Comme toi j'ai une tendresse particulière pour Sheridan. C'est avec My left foot que je l'avais découvert et qu'il m'avait bien marqué. Tu n'as pas vu In America ? En
tout cas même ce très beau casting ne sauve rien. Je suis très fan des 3 acteurs pourtant...mais même eux n'y font rien :(



Neil 18/10/2011 17:19



J'ai raté In América, mais les autres films de Sheridan me plaisaient pas mal. Ici on sent bien qu'il ne porte pas vraiment le projet.



Haut de page