Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elle s'appelle Ruby (2012) Jonathan Dayton et Valerie Faris

par Neil 30 Septembre 2012, 05:30 Avant-Première

Ruby_Sparks.jpg
Fiche technique

Film américain
Titre original : Ruby Sparks
Date de sortie : 3 octobre 2012
Genre : personnage de fiction
Durée : 1h43
Scénario : Zoe Kazan
Image : Matthew Libatique
Musique : Nick Urata
Avec Paul Dano (Calvin Weir-Fields), Zoe Kazan (Ruby Sparks), Antonio Banderas (Mort), Annette Bening (Gertrude), Steve Coogan (Langdon Tharp), Elliott Gould (Dr Rosenthal)…

Synopsis : Avec son premier roman, Calvin Weir-Fields a fait une entrée fulgurante sur la scène littéraire. Mais depuis, il reste bloqué par l'angoisse de la page blanche, aggravée par une vie amoureuse déprimante. Dans une ultime tentative pour retrouver l'inspiration, Calvin imagine un personnage féminin du nom de Ruby Sparks.

Mon avis : Remède radical contre la crampe de l'écrivain

On peut dire qu'Elle s'appelait Ruby est une histoire de famille. Le scénario du film a été écrit par Zoe Kazan, la petite-fille d’Elia, dont le mari est Paul Dano. Ce même acteur avait joué l'adolescent muet de Little miss Sunshine, le premier long-métrage de Jonathan Dayton et Valerie Faris, couple de réalisateurs. Ils n'ont donc pas cherché bien loin pour trouver la matière de leur deuxième film, poussant même le vice jusqu'à demander à Zoe Kazan de jouer le personnage principal du film. Un personnage inventé par son mari d'acteur dans le film et qui forment un couple, à l'écran comme dans la vie. Des époux devant et derrière la caméra c'est-y-pas mignon ? C'est beau la vie rêvée du petit monde du cinéma.

En panne d'inspiration, Calvin s'inquiète. Auteur à succès d'un roman phénomène, il continue à faire des conférences où le public afflue mais n'arrive plus à écrire un mot. Il en parle à son thérapeute le Dr. Rosenthal, qui lui conseille d’écrire une page sur son chien Scotty, en imaginant quelqu’un qui l’aborderait en lui parlant de Scotty. La nuit d’après Calvin rêve d’une jeune femme belle et inconnue qui vient le voir dans un parc et l’aborde et craque pour le petit chien. Ni une ni deux, Calvin se réveille en sursaut et se met à écrire frénétiquement, décrivant en détails l’apparence de cette femme qu’il nomme Ruby. Son frère, avec qui il fait régulièrement du sport, se demande ce qui se passe : Calvin qui était auparavant toujours disponible se met tout d’un coup à ne plus être joignable.

Nous nous retrouvons avec Elle s’appelle Ruby au cœur du processus créatif, celui d’un écrivain qui plus est en panne d’inspiration. Le film se mue peu à peu en allégorie du démiurge qui invente de toutes pièces un personnage, devenant à la fois son amant et son pygmalion. La seule originalité du film est d’incarner de façon charnelle une héroïne de roman en partant du postulat qu’elle ne se rend pas compte que l’homme qu’elle aime l’a créée de toutes pièces. Rajoutons à cela un personnage principal solitaire, à la limite de l’autisme et imbu de sa personne : la caricature de l’écrivain, en somme. Difficile de s’identifier à un tel garçon, qu’on a envie de secouer du début à la fin et dont l’interprétation lymphatique de Paul Dano n’arrange rien.

Et puis Elle s’appelle Ruby manque singulièrement de fantaisie. Mis à part quelques rares moments vraiment drôles, on ne sourit que rarement et on s’ennuie souvent. C’est le comble pour une comédie, enfin un « feel good movie » comme on dit actuellement – une mode qui devient d’ailleurs assez assommante. Il semble que Jonathan Dayton et Valerie Faris se prennent à leur propre piège, eux qui avec leur premier film faisaient partie des initiateur de la tendance. Ils ne sont pas aidés par le scénario de Zoe Kazan, assez lourd et qui se prend beaucoup au sérieux. Il est qui plus est très écrit, trop sans doute, ce qui est sans doute dû à son sujet : difficile de parler d’écriture sans s’engouffrer dans ce travers malheureux.

Ma note : *

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

ffred 14/10/2012 19:48


Très décevant...surtout en pensant à Litlle miss...

Neil 17/10/2012 15:39



Ah oui nettement en dessous je trouve aussi



Claire 11/10/2012 16:53


Pas emballée non plus...mais bon, moins pesant que beaucoup d'autres films en ce moment! (bref post)

Neil 11/10/2012 17:43



Moui, c'est dommage, j'en attendais tout de même plus...



Haut de page