Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Extrêmement fort et incroyablement près (2012) Stephen Daldry

par Neil 27 Février 2012, 06:41 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 29 février 2012
Titre original : Extremely Loud And Incredibly Close
Genre : pensum gentillet
Durée : 2h08
Scénario : Eric Roth, d’après l’œuvre de Jonathan Safran Foer
Image : Chris Menges
Musique : Alexandre Desplat
Avec Tom Hanks (Thomas Schell), Sandra Bullock (Linda Schell), Thomas Horn (Oskar Schell), Zoe Caldwell (La grand-mère d’Oskar), Max von Sydow (Le locataire), Viola Davis (Abby Black)…


Synopsis : Oskar Schell, 11 ans, est un jeune New-Yorkais à l'imagination débordante. Un an après la mort de son père dans les attentats du World Trade Center, il découvre une clé dans les affaires du défunt. Déterminé à maintenir un lien avec l'homme qui lui a appris à surmonter ses angoisses, il se met en tête de trouver la serrure qui correspond à la clé. (allocine)

Mon avis : Les effets collatéraux du 11 septembre 2001

Casting de choc pour Extrêmement fort et incroyablement près : la Warner met le paquet. Le compositeur est l’incontournable Alexandre Desplat, le chef opérateur Chris Menges, vieux de la vieille bardé de récompenses. Au scénario on retrouve Eric Roth, qui a notamment travaillé sur Forrest Gump et Révélations : il adapte ici Jonathan Safran Foer, auteur américain en vogue depuis quelques années. Le casting comprend les grosses pointures du box-office que sont Tom Hanks et Sandra Bullock : inutile de les présenter. Quant à la mise en scène, c’est Stephen Daldry qui s’y colle, Monsieur The hours ou bien The reader. Voilà qui sent la grosse production bien huilée.

Les souvenirs d’Oskar sur son père Thomas restent intacts, un an après sa mort. Le garçon de onze ans se rappelle en particulier les défis qu’il lui lançait pour aiguiser sa curiosité. En particulier, Thomas lui faisait croire qu’il existait naguère à New-York un sixième district, que personne n’a jamais réussi à localiser. Ils partaient ainsi des après-midi entières à la recherche d’indices pour savoir où trouver cette fameuse légende urbaine. Mais un jour de septembre Thomas n’est pas rentré du travail, et à ses funérailles c’est une boîte vide qu’on a enterrée. Il était dans une des tours du Wall Trade Center qui se sont effondrées le 11 septembre 2001, et fait partie des victimes de l’attentat.

On pourrait appeler Extrêmement fort et incroyablement près plutôt « extrêmement lourd et incroyablement mielleux ». Le film cumule les clichés : un garçon pratiquement atteint du syndrome d’Asperger (mais qu’est-ce qu’il est tête à claque), une quête dans New-York qui lui fait rencontrer toutes sortes de personnes toutes aussi affectées que lui mais qui symbolisent toutes le melting pot des États-Unis. C’est terriblement américain, tout comme cette volonté artistique de faire le deuil d’un événement qui a traumatisé toute une population (bla bla bla bla bla bla).

Les violons envahissent la salle tandis que le jeune garçon courageux va affronter ses peurs et peut-être (pas de spoiler rassurez-vous) réussir à surmonter sa tristesse. En fait rien qu’à voir le casting on pouvait se douter que Extrêmement fort et incroyablement près (quel mauvais titre !) serait de cet acabit. Nous avons bien entendu monsieur tout le monde américain, Tom Hanks, toujours de tous les bons plans pour incarner les hommes sans failles au destin tragique.

Le jour où il incarnera un rôle qui ternit son image de gentil boy next door sera à marquer d’une pierre blanche. Quant à Sandra Bullock, comment dire… il faut avouer qu'on ne sait pas trop à quoi elle sert. Niveau interprétation, Extrêmement fort et incroyablement près est le vide intégral, et sans vouloir faire sa bitch (c’est pas notre genre) son visage ne ressemble plus qu’à une statue de cire. Tout ça nous donne un pudding bien pesant qui sous couvert d’être pudique est en fait pompeux et inconsistant.


Ma note : °

Extrêmement fort et incroyablement près (2012) Stephen Daldry
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Marcozeblog 20/03/2012 18:13


Tu es assez dur avec Bullock. Sans faire l'interprétation du siècle, elle se débrouille bien, surtout quand on sait de quel genre de cinéma elle est issue. Quant à Hanks, on le voit trop peu pour
juger. Mais c'est tellement vrai qu'il se met jamais vraiment en danger ...

Neil 21/03/2012 07:58



Ah moi j'ai vraiment trouvé Bullock très mauvaise. Et puis Hanks il est inexistant c'est aussi ça le problème...



ffred 02/03/2012 09:54


Mais oui je rigolais ! Il faut vraiment qu'elle arrête la chirurgie Bullock, aux Oscar c'était pas triste non plus...

Neil 02/03/2012 19:07



Tu m'étonnes elle ressemble plus à rien c'est terrible...



ffred 01/03/2012 23:34


Bitch !

Neil 02/03/2012 09:48



Moi bitch ? Bah toi non plus tu n'es pas tendre avec le film lol...



ffred 29/02/2012 23:18


Je lirai ton article après l'avoir vu. Mais la rumeur n'est pas bonne... Stephen Daldry est le réalisateur de mon film préféré...mais il m'avait un peu déçu avec The reader...il faut dire que
c'est peut être beaucoup lui demander de refaire un autre chef d'oeuvre comme The Hours...

Neil 01/03/2012 10:29



Tu vas tout de même le voir, c'est bien. Oui c'est bête j'ai aimé les trois premiers films de Daldry mais là je sais pas ce qui lui a pris...



Wilyrah 28/02/2012 16:04


Je comptais de toute façon le fuir. Merci de renforcer ma décision :)

Neil 28/02/2012 23:33



Mouais, pas formidouble : tu peux zapper...



Haut de page