Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gangster squad (2013) Ruben Fleisher

par Neil 1 Février 2013, 06:39 Avant-Première

Gangster_Squad.JPGFiche technique
Film américain
Date de sortie : 6 février 2013
Genre : guerre de pègre
Durée : 1h51
Scénario : Will Beall, d'après l’œuvre de Paul Lieberman
Image : Dion Beebe
Musique : Steve Jablonsky
Avec Sean Penn (Mickey Cohen), Josh Brolin (John O'Mara), Ryan Gosling (Jerry Wooters), Emma Stone (Grace Faraday), Giovanni Ribisi (Conwell Keeler), Nick Nolte (Parker)...

Résumé
 : Los Angeles, 1949. Originaire de Brooklyn, Mickey Cohen, caïd impitoyable, règne sans partage sur le crime organisé, mettant la main sur l'argent de la drogue, du trafic d'armes, de la prostitution et – dès qu'il en a l'occasion – des paris clandestins qui se font de la Californie jusqu'à Chicago. Et Mickey profite non seulement de la protection de ses propres gorilles, mais aussi des policiers et des hommes politiques qu'il a soudoyés.

Mon avis
: quand la pègre régnait sur la Cité des Anges

Le roman sur lequel se base Gangster squad relate les agissements d'un des gangsters qui a tenu Los Angeles durant des années. Mickey Cohen est né en 1913 à Brooklyn et devient boxeur professionnel avant de s'installer à Chicago. C'est là qu'il se fait engager par Al Capone et y gère les activités de jeux clandestins. Il fait tellement bien prospérer ses affaires qu'il est désigné pour aller à Los Angeles développer des activités avec Bugsy Siegel. À la mort de celui-ci, Cohen prend le contrôle de toute la ville ; nous sommes au sortir de la Seconde guerre mondiale. Les autorités de la ville ne vont pas tarder à s'intéresser à ses affaires, d'autant que le gangster avait réussit à corrompre un bonne partie de la police locale. Ruben Fleisher, le réalisateur de Bienvenue à Zombieland, tire de cette affaire un polar énergique.

Le sergent John O'Mara est un policier honnête qui traque les gangsters de Los Angeles avec zèle et détermination. Son épouse Connie, qui attend un enfant n'est pas très contente de le voir rentrer blessé. Elle avait rêvé d'une autre vie quand son mari lui avait promis qu'ils mèneraient une vie paisible dans la cité des anges. De son côté, le sergent Jerry Wooters n'est pas aussi pointilleux avec la loi. Il vit une vie mouvementé, passant une bonne partie de son temps dans les boîtes de la ville. C'est là qu'il croise la belle Grace Faraday, accompagné par son compagnon le mafieux Micky Cohen. À sa table on peut également y voir le juge Carter ainsi que quelques dignitaires corrompus. Jerry se sent attiré par Grace et la séduit immédiatement, au grand dam de son ami présent sur les lieux.

Utilisant les codes du film de mafia, Gangster Squad en fait à la fois une parodie et un hommage respectueux. Le mélange est étonnant et marche assez bien. Les amateurs du genre y trouveront ainsi tous les ingrédients qui donnent du piment à ce genre d'histoire. Il y a la rousse incendiaire, incarnée par une Emma Stone très sexy, les carnages à la mitraillette et une intrigue en chausses trappes, un peu attendue mais correctement ficelée. Mais ce qui détonne un peu par rapport à la majorité des films de ce calibre, c'est l'humour qui parsème la majorité des scènes. Les dialogues sont incisifs et les vannes fusent, tandis qu'un bon nombre des situations que l'on peut voir à l'écran casse le mythe des héros rédempteurs. Ils sont parfois assimilés à une bande de bras cassés, des pieds nickelés à la vertu impeccable mais aux actions un peu gauches.

La mise en scène de Gangster squad est fluide et la photographie deDion Beebe, connu pour son travail avec Rob Marshall ou bien Michael Mann, s'avère de qualité. Ruben Fleisher montre ici également un talent remarquable de direction d'acteur, regroupant une palette d'acteurs hétéroclites qui s'unissent ici de belle façon. Le duo que forment Josh Brolin et Ryan Gosling fonctionne très bien tandis que Sean Penn montre encore une fois une facette que l'on ne lui connaissant pas vraiment. Arrivant très bien à resserrer son intrigue sur l'essentiel, le réalisateur nous offre un divertissement de qualité, où la violence côtoie l'humour avec finesse. Ce n'est sans doute pas le film de l'année mais il a le mérite certain de ne pas nous tromper sur la marchandise, et de se montrer élégant, sans prétention aucune.

Ma note : ****

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Eeguab 23/02/2013 17:15


Assez apprécié quant à moi.Efficace,un peu d'abus de ralentis,mais pas désagréable, modeste. Et Josh Brolin est très à l'aise,un peu entre Lee Marvin et Robert Ryan.Tu sais les cinéphiles baby
boomers ne peuvent s'empêcher de faire quelques comparaisons avec les good old days.

Neil 28/02/2013 23:07



Je suis content de voir que certains ont également été sensibles au film, qui se tient même s'il n'est pas non plus génialissime...



Wilyrah 06/02/2013 18:38


C'est une demie déception (qui était déjà en route depuis la modification du film après Aurora) mais un divertissement efficace :)

Neil 11/02/2013 00:05



Ah oui j'avais oublié cette anecdote suite au massacre d'Aurora. Moi j'ai bien aimé le film...



Haut de page