Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gay best friend (2013) Darren Stein

par Neil 26 Janvier 2014, 06:23 Avant-Première

Gay_Best.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie inconnue
Durée : 1h32
Genre : gay teen movie
Scénario : George Northy
Image : Jonathan Hall
Musique : Brian H. Kim
Avec Michael J. Willett (Tanner), Andrea Bowen ('Shley), Paul Iaconon (Brent van Camp), Sasha Pieterse (Fawcett), Derek Mio (Glenn), Xosha Roquemore (Caprice)...


Résumé: laquelle des trois filles les plus populaires du lycée décrochera cette année le G.B.F., l'accessoire indispensable à leur popularité ? Qu'est-ce qu'un G.B.F. ? Un Gay Best Friend, tout simplement. Mais la compétition n'est pas simple puisqu'aucun des garçons de l'école n'a fait son coming-out...

Mon avis : en rire pour ne pas en pleurer

On peut dire que Gay best friend marque le grand retour sur le devant de la scène de Darren Stein. Bon, il faut dire qu’en France le réalisateur n’est pas très connu. Il a pourtant mis en scène en 1998 Jawbreaker, considéré par le New York Post comme un film « culte classique ». Passons l’argument publicitaire, le film n’est en tout cas sorti en France en 2005 qu’en DVD mais continue visiblement à faire parler de lui. À son affiche, Rose McGowan y interprétait une de ses fameuses « queen prom » qui pullule dans les teen movies à l’américaine. Ce qui tombe assez bien puisqu’encore une fois le réalisateur nous propose un film pour adolescents, qui se déroule sur un campus et qui a pour personnages principaux deux gays. Soit une comédie potache assez drôle, un peu dans la veine d’Another gay movie.

Quatre amis bavardent dans la cour du lycée. On retrouve Tanner, un jeune gay qui n’a pas encore fait son coming-out, son meilleur ami Brent qui a tout d’une fashionista et a décidé de le faire lors du bal de fin d’année, Sophie, leur amie lesbienne également dans le placard et Glenn, asiatique qui se dit hétérosexuel au grand dam de tous. Ils discutent de leur difficulté à vivre leur sexualité et quand tanner leur montre son nouveau téléphone Brent lui demande de télécharger une appli géolocalisant les gays autour d’eux. Pas loin, les trois candidates au statut de reine de la promotion sont ‘Shley, une mormone, Fawcett, blonde bimbo qui vient de se faire larguer et Caprice, black exubérante et fashion victim. Elles ne le savant pas encore mais vont être en concurrence pour avoir la première l’accessoire incontournable du moment : le Meilleur Ami Gay.

Reprenant tous les codes des teen movies, Gay best friend devrait séduire un public assez ciblé. Le film ne manque pas d’humour et décoche à la minute des blagues « LGBT friendly ». On ne compte pas le nombre de références à la communauté qu’il distille, voire tord pour en montrer leur dérision. Tous les aspects de la gay attitude sont abordés, de la mode à la pop culture en passant par les potins ou bien les références culturelles. Et chaque personnage est archi stéréotypé, de l’hétéro beau gosse qui rêve de se taper un minet à la blonde prétendument bête qui cache une fêlure, de la mère excessivement protectrice au garçon timide qui rêve de trouver son prince charmant. Partant de situations pas très drôles – on passe allégrement de l’homophobie au bullying – le film nous fait rire aux éclat, ce qui est finalement la meilleure des solutions.

Car Gay best friend nous parle de quoi au fond, de jeunes homosexuels qui ont peur de sortir de leur placard, d’une partie de la société américaine engoncée dans ses valeurs traditionnelles, de la stigmatisation que peuvent vivre les LGBT et les blacks. Or, l’humour dévastateur qui avec ironie et décalage nous présente tous ces ingrédients de la vie quotidienne emporte tout sur son passage. Évidemment, certaines répliques ne sont pas bien fines, les situations sont parfois amenées avec lourdeur et la mise en scène ne décolle pas mais le film n’a aucune autre ambition que de faire rire, et son pari est réussi. On peut en plus de ça y croiser pas mal d’acteurs et d’actrices qui ont l’air de s’amuser de leur image, telle une Andrea Bowen échappée de Desperate housewives, qui nous campe une intégriste catho assez hilarante.

Ma note : ***

commentaires

Haut de page