Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gravity (2013) Alfonso Cuarón

par Neil 27 Novembre 2013, 06:33 En salles

Gravity.jpg
Fiche technique

Film américain
Date de sortie : 23 octobre 2013
Durée : 1h30
Genre : seule dans l’espace
Scénario : Jonás Cuarón
Image : Emmanuel Lubezki
Musique : Steven Price
Avec Sandra Bullock (Docteur Ryan Stone), George Clooney (Matt Kowalski), Ed Harris (Mission Control), Amy Warren (Capitaine exploration), Phaldut Sharma (Shariff), Orto Ignatiussen (Aningaaq)...


Résumé: pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l'astronaute chevronné Matt Kowalsky. Mais alors qu'il s'agit apparemment d'une banale sortie dans l'espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l'univers. (allocine)

Mon avis : dans l'espace personne ne vous voit pleurer

Il n’est pas facile d’aller voir Gravity avec un regard neuf. Depuis sa présentation au festival de Venise fin août 2013, les dithyrambes les plus folles n’ont cessé de pleuvoir. Selon James Cameron, c’est le meilleur film sur l’espace jamais réalisé. Buzz Aldrin s’est déclaré impressionné, en particulier sur la représentation de l’espace. La presse française use et abuse des termes de perfection, fascination, plénitude, bonheur, virtuosité, sidération, qualifiant le film d’exaltant, inspirant, unique,  incroyable, sublime, voire même de chef d’œuvre. Et si l’on regarde un pu parmi les blogs de cinéma, l’unanimité en faveur du long-métrage est encore plus grande. Qu’il soit permis de relativiser semble presque un sacrilège devant tant d’éloges pour un film qui marquera certes techniquement mais qui n’a pas non plus l’étoffe d’une grande œuvre.

En apesanteur, le docteur Ryan Stone et l’astronaute Matt Kowalsky font des analyses autour d’un satellite américain. Accompagnés d’un autre membre de l’équipage de leur navette spatiale, Shariff, ils font des plaisanteries avec la base terrestre de Houston. Enfin surtout Kowalsky puisque c’est pour Ryan Stone la première expédition dans l’espace, et qu’elle a besoin de se concentrer pour maîtriser ses mouvements. Soudain un message les alerte tout particulièrement, leur demandant de regagner au plus vite la navette car une pluie de débris et de déchets risque de les heurter dangereusement. Ils n’ont malheureusement pas le temps de se mettre à l’abri et se trouvent éjectés tandis que la navette est désintégrée par le choc. Réussissant in extremis à s’attacher ensemble, Stone et Kowalsky constatent avec effroi la mort de Shariff.

Sortir du cinéma et avoir la tête qui tourne, c'est un peu ce que vous propose Gravity. C'est ce qui fait la force et la faiblesse du long-métrage. La force parce que c'est une expérience en elle-même que d'exploiter la 3D à un tel point que l'on sentirait presque les effets de l'absence de gravité. Vu le succès au box-office, on imagine d'ailleurs bien deux ou trois producteurs mercantiles profiter de l'occasion pour nous en fourguer quelques avatars au rabais. La faiblesse c'est que l'on risque de ne retenir que ça tant l'expérience est inédite. La mise en scène de Cuaron est à ce titre remarquable tant elle n'utilise pas la 3D comme un gadget mais qu'avec parcimonie elle dose ses effets : le fait qu'une simple larme ne parvienne à retenir notre attention en est l'exemple le plus frappant.

Après avoir dit cela, il ne reste plus grand chose de Gravity. Effectivement les dialogues ne sont pas son point fort, et c'est un euphémisme. L'interprétation de Sandra Bullock est plutôt réussie, le seul problème étant son visage tellement refait qu'il peine à nous émouvoir. La photographie d’Emmanuel Lubezki nous fournit des images assez belles, en particulier celles de la Terre vue du ciel qui sont décidément meilleures que celles de Yann Arthus Bertrand. Sinon il ne faut pas chercher de réflexion métaphysique, et ce n'est pas parce qu'on est dans l'espace que l'on se rapproche d'une quelconque réponse sur les secrets de l'Univers. Par contre, il vaut mieux le voir comme un bon, voire très bon film de survie, grand public et divertissant, tout en n’oubliant pas ses qualités artistiques, et c'est déjà pas mal.

Ma note : ***

commentaires

Mo5kau 05/12/2013 19:10


Un excellent film de survie, c'est exactement ça !

Neil 07/12/2013 15:25



Oui, c'est ça, faut pas chercher plus loin.



D&D 05/12/2013 01:43


31 fois, t'es sérieux ? En salle ? 


(Euh... quel âge à peu près ?)


:-)

Neil 07/12/2013 15:25



Tu as vu juste : il a 21 ans, tout s'explique ! ^^



D&D 02/12/2013 22:34


Ah oui, tu es quand même vraiment plus dur que moi avec ce film. Je verrai peut-être comme tient une troisième vision (je vise la neuvième dimension ;-) )

Neil 03/12/2013 15:57



Bah non je suis pas si dur que ça, je lui mets même trois étoiles. Je connais quelqu'un qui l'a vu 31 fois : record à battre !



Marcozeblog 02/12/2013 18:30


Bon, au bout du compte, tu as mis 3 étoiles et c'est mérité . Là où le film est fort, est que perso, j'ai ressenti
l'espace, le vide, le silence ...

Neil 02/12/2013 18:36



Ah oui j'ai mis 3 étoiles, mais pas 4 tout de même... Je comprends, il est bien foutu c'est sûr.



ASBAF 30/11/2013 01:06


Un mois après tout le monde, la trikite de Gravity, t'es dans les starting blocks neil ! Tu nous publies l'article sur Hunger games 2 en janvier 2014 ?

Neil 30/11/2013 13:26



Hunger Games 2 ? Encore un film de dep, ça m'étonne pas de toi, tiens.



Haut de page