Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ha ha ha (2010) Hong Sangsoo

par Neil 5 Avril 2011, 05:25 2010's

Fiche technique
Film sud-coréen
Date de sortie : 16 mars 2011
Genre : histoires d’amour(s)
Durée : 1h56
Scénario : Hong Sangsoo
Image : Park Hong-yeol
Musique : Jeong Yong-jin
Avec Kim Sang-kyung (Jo Mun-kyung), Moon So-ri (Wang Seon-gok), Jun-Sang Yu (Bang Jung-shik), Ye Ji-won (An Yeon-ju), Kim Kang-woo (Kang Jeon-gho), Kim Gyu-ri (No Jeong-wa)…

Synopsis : Un réalisateur coréen émigré au Canada revient en Corée du Sud et rencontre un ami critique de cinéma. Ils rencontrent une jeune femme... (allocine)

Mon avis : Deux hommes coréens

Les homonymie des noms coréen peuvent parfois occasionner des petites surprises. En entendant parler de Ha ha ha, on peut confondre son réalisateur par Im Sang-soo. Le réalisateur de The housemaid, réalisé juste avant, serait en ce sens bien productif. Que nenni : Ha ha ha est le dernier opus de Hong Sangsoo, dont peu avaient vu avant la sortie de ce film ses autres long-métrages. Pourtant ils avaient eu des échos plus que favorable, notamment son Conte de cinéma ou bien sa Woman on the beach. Décidément, la nouvelle vague sud-coréenne réserve bien des surprises.

Jo Mun-kyung va bientôt partir de Corée pour aller s‘installer au Canada. Avant son départ, il retrouve son ami Bang Jung-shik pour boire quelques verre. Les deux amis se racontent le voyage qu’ils ont chacun fait dans la même ville balnéaire. Jo, cinéaste, y est allé pour dire au-revoir à sa mère. Il y rencontre une jeune guide touristique et décide de la séduire. Bang, quant à lui, s’est rendu à Tongyeong avec sa maîtresse. Il a toutefois quelques scrupules à la présenter à ses amis, culpabilisant d’avoir délaissé sa femme et sa petite fille.

Le schéma narratif de Ha ha ha est assez intéressant. Les histoires de mœurs des deux protagonistes nous sont racontées à travers quelques saynètes imbriquées les unes aux autres. On passe de l’une à l’autre des histoires grâce à quelques « santé » ou « à la tienne » qui ponctuent le récit de manière amusante. Si ce procédé a tendance à perdre le spectateur, surtout au début où les personnages ne sont présentés que brièvement, il a le mérite de l’originalité et d’apporter une certaine fraîcheur.

Le ton est d’ailleurs badin, on rit souvent des anecdotes souvent pittoresques qui nous racontées, même si la plupart du temps elle n’apportent pas grand-chose à l’histoire. Il faut dire que l’histoire en elle-même de Ha ha ha n’a rien de bien original. Hong Sangsoo se situe ici dans la droite ligne des réalisateurs de la nouvelle vague française qui l’ont inspiré. On le qualifie souvent d’Éric Rohmer coréen et ce qualificatif n’est pas volé, bien que son film n’atteigne pas la légèreté et la grâce des meilleurs œuvres du réalisateur français

Mais il se laisse voir avec plaisir et réussit à nous peindre le portrait d’une Corée moderne, actuelle. Les relations entre les hommes et les femmes et la psychologie des personnages sont finement analysés, les acteurs arrivent à nous attacher à des personnages complexes et pas forcément aimables au premier abord. Sans être un choc cinématographique, Ha ha ha est un film intéressant.


Ma note : **

Ha ha ha (2010) Hong Sangsoo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Marion PACE 06/04/2011 15:21


Bonjour,

Je travaille actuellement pour l'agence de promotion musicale Ephélide (Les Eurockéennes, Rock en Seine, Charlélie...)

Exceptionnellement, nous allons promouvoir un court métrage: Help Me, qui pourrait vous intéresser.

Pourriez-vous me transmettre vos coordonnées (adresse mail et postale) afin que je puisse vous faire parvenir le communiqué de presse de ce film et d'autres actualités ciné?

Je vous invite par ailleurs à consulter notre site web: http://www.ephelide.net/

Cordialement,

Marion PACE
promoweb@ephelide.net


Neil 06/04/2011 23:08



Bonjour Marion, merci de votre message. Je vous répondrai par mail.



Phil Siné 05/04/2011 10:51


un titre à mourir de rire pour un film qui met dans un état d'ébriété... ;)


Neil 05/04/2011 15:51



Le titre est caustique, comme dirait monsieur Presgurvic.
Tiens, j'ai pensé à toi (car oui, je pense à toi, et à vous tous, amis lecteurs...) : bref, en écoutant le masque et la plume discuter du film, l'un des chroniqueur disait qu'on
appréciait encore plus le film en état d'ébriété. Ce qui faisait écho à ton article (et pas à ton ébriété potentielle). ^^



Haut de page