Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hannibal Lecter : les origines du mal (2006) Thomas Harris

par Neil 28 Septembre 2012, 05:41 Bouquins

Hannibal_Lecter.gif
Fiche technique

Roman américain
Date de publication : 5 décembre 2006
Titre original : Hannibal rising
Genre : enfance tourmentée
368 pages
Édité chez Albin Michel

Quatrième de couverture : C'était un petit garçon sage, supérieurement intelligent et d'une grande sensibilité artistique. Il aurait pu être savant ou peintre, comme son oncle. La guerre en a décidé autrement. Il a vu ses parents mourir sous ses yeux. Il a été capturé par les pillards, des hommes abjects au comportement de bêtes.

Mon avis : Pourquoi j'ai tué tant de gens

Paru en France en 2007, Hannibal Lecter : les origines du mal est le quatrième roman dans lequel apparaît le célèbre serial killer anthropophage. On peut le découvrir pour la première fois en 1981 dans Dragon rouge, le deuxième roman de Thomas Harris, où il intervient en tant que personnage secondaire. C’est également le cas avec Le silence des agneaux même si son rôle est plus étoffé. La popularité du personnage motivera son auteur à écrire Hannibal puis ce dernier opus, complétant une saga dont les adaptations s’enchaînent. Car l’auteur américain peut s’estimer heureux puisque non seulement ces quatre romans ont connu une ou plusieurs adaptations cinématographique, mais également son premier roman Black sunday. La qualité n’est pas toujours au rendez-vous mais qu’importe : le succès  public est bien souvent là.

Au début de la seconde guerre mondiale, le jeune Hannibal, 8 ans, habite avec ses parents et sa sœur en Lituanie. Dans leur château, la famille du comte Lecter coule des jours heureux jusqu'à ce qu'ils soient obligés de se réfugier dans leur relais de chasse. Ils ont à peine quitté les lieux qu'un caporal allemand et ses troupes investissent de façon brutale le bâtiment. C'est la guerre éclair lancée par Hitler et l'envahisseur nazi n’est pas tendre avec les habitants. Obligés de se cacher durant plus de trois ans, la famille Lecter survit comme elle peut et Hannibal poursuit son éducation. Le jeune homme a un fort caractère et il s’intéresse à beaucoup de choses ; de la religion à l’astronomie en passant par la littérature et les arts, il absorbe toutes les informations qu’il peut engranger.

La lecture de Hannibal Lecter : les origines du mal n’est pas si plaisante que ce qu’on pourrait attendre d’un tel roman. Il a beaucoup de mal à commencer, insistant lourdement sur une introduction qui, si elle semble importante pour l’auteur, nous apparaît comme superflue. Pourtant les intentions de Thomas Harris sont limpides, peut-être trop d'ailleurs, à savoir nous expliquer le comment et le pourquoi de la transformation d’un jeune homme a priori bien sous tous rapport en assassin sans cœur. C’est sans doute là où le bât blesse : si l’on aime tant détester Hannibal Lecter c’est en partie dû à l’aura mystérieuse qui entoure le personnage. A partir du moment où il commence à être dépeint comme un être humain potentiellement à plaindre, le mythe s’enraye.

Ainsi le début de Hannibal Lecter : les origines du mal peine à nous passionner puis l’intrigue s’affine peu à peu et quelques éléments apparaissent qui peuvent attirer l’attention. La relation qui se noue entre le jeune homme et Dame Muraski, assez bien dépeinte et chargé de symboles japonisants qui ne sont pas déplaisants. Ou bien le tournant du roman qui fait apparaître le thème du recel d’œuvrse d’art durant l’après seconde guerre mondiale, joliment amorcé. Mais cela ne fait pas tout un roman, et le style lourd de Thomas Harris, conjugué à une traduction du roman en français très mauvaise, finit par nous lasser. On ne sent même pas l’auteur passionné par son sujet mais plutôt motivé par l’utilisation d’un personnage certes attirant. Voilà qui ne donne pas envie d’aller voir son adaptation au cinéma, dont les échos critiques ne sont de toutes façons pas très bons.

Ma note : *

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

D&D 03/12/2012 23:01


Figure-toi que je viens juste de voir le film. Je pense en effet que tu peux te l'épargner car les faiblesses que tu indiques dans le roman s'y retrouvent bien. Dans le film, Hannibal est assez
ridicule en mon sens, ce qui est quand même dommage...

Neil 04/12/2012 07:17



Ah effectivement c'est un peu bête, pour un des serial killers les plus mythiques dest trente dernières années... o_O



Haut de page