Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hara-Kiri : mort d’un samouraï (2011) Takashi Miike

par Neil 31 Octobre 2011, 06:32 2010's

Fiche technique
Film japonais
Titre original : Ichimei
Date de sortie : 30 novembre 2011
Genre : honneur bafoué
Durée : 2h05
Scénario : Kikumi Yamagishi, d’après l’œuvre de Yasuhiko Takibuchi
Image : Nobuyasu Kita
Musique : Ryuichi Sakamoto
Avec Ebizo Ichikawa (Hanshiro Tsukumo), Eita (Motome Chijiiwa),  Koji Mitsushima (Kageyu Saito), Hikari Matsushima (Miho), Naoto Takenaka (Tajiri), Munetaka Aoki (Hikokuro Omodaka)

Synopsis : Voulant mourir dignement, Hanshiro, un samouraï sans ressources, demande à accomplir un suicide rituel dans la résidence du clan Li, dirigé par le chef Kageyu. Essayant de décourager Hanshiro, Kageyu lui conte l’histoire tragique d’un jeune ronin, Motome, venu récemment avec la même requête. (allocine)

Mon avis : Tu t'es, en m'offensant, montré digne de moi ; je me dois, par ta mort, montrer digne de toi

Se plaçant dans la droite ligne des films de Chambara, Hara-Kiri : mort d‘un samouraï en fait quasiment la synthèse. Le Chambara, c’est le film de samouraï, un genre typiquement japonais qui prend son essor dans les années 1920. Nombreux sont les réalisateurs japonais qui s’y essaient, souvent brillamment. Le genre s’essouffle peu à peu avec le temps et c’est entre autres Kobayashi Masaki qui va signer avec Harakiri une sorte de chant du signe pour un genre qui n’est plus demandé par le public. Takashi Miike en fait ici un remake, et pour qui n’a pas vu un film du réalisateur japonais depuis une dizaine d’année c’est assez étonnant de le voir associé à un tel projet : on est bien loin du baroque de ses précédentes mises en scène.

Un samouraï dénommé Hanshiro Tsukumo se présente dans la demeure du seigneur Kageyu Saito. Il demande audience auprès de celui-ci car il désire y pratiquer le hara-kiri. Les serviteurs font part à leur maître d’une telle requête, qui n’est pas la première. À l’audience, Kageyu raconte à Hanshiro une histoire. Il a quelques temps lui a été présenté un jeune homme, Motome Chijiiwa, qui a manifesté ce même désir. Ayant eu vent de certaines personnes se livrant au hara-kiri simulé, Kageyu se méfie. Ces hommes prétendent vouloir se donner la mort pour préserver leur honneur afin de provoque la pitié des seigneurs et intégrer leur garde. Les serviteurs promettent alors à Motome qu’il va être reçu par le maître des lieux et lui font donner le bain. Lorsqu’ils lui donnent des habits de rechange, ceux-ci sont la tenue traditionnelle du hara-kiri.

Le scénario d‘Hara-Kiri : mort d‘un samouraï est d‘un classicisme exemplaire. Fidèle à son œuvre originelle, le film rappelle également la construction des films de Kenji Mizoguchi ou bien d'Akira Kurosawa. En bon raconteur d’histoire, Takashi Miike imbrique plusieurs histoires les unes dans les autres, avec une subtile perfection. Le film relève à la fois du conte et embrasse tous les codes d’honneur des films de samouraï, tout en restant résolument moderne. Le sens de l’épure prédomine, tandis qu’une scène de combat finale exorcise toute la douleur qui était jusque là contenue. La morale présentée ici ne met pas en exergue des valeurs guerrières ou de combat : ce sont bien les idées de l’honneur et de la hauteur d’âme qui nous sont présentées. Et le fait que les héros soient des gens de peu souligne encore plus les qualités humaines véhiculées.

On remarque en particulier dans Hara-Kiri : mort d‘un samouraï la qualité de la mise en scène déployée par Takashi Miike. Loin de ses célèbres extravagances, le réalisateur montre ici une acuité formelle assez impressionnante. Les cadres sont magnifiés et les mouvements de caméra font preuve d’une fluidité remarquable. Il s’associe judicieusement avec Ryuichi Sakamoto, le compositeur de Furyo, dont les thèmes musicaux élèvent un peu plus la qualité du film. Durant deux heures, on est pris par une histoire absolument passionnante bien que d’une simplicité désarmante et on se passionne pour les destinées de ces personnages incarnés par des acteurs tous plus justes les uns que les autres. Pratiquement aucun déchet n’est à signaler, la force du récit nous emporte et les thématiques pourtant ancestrales ont une résonance particulière dans le monde d’aujourd’hui.

Ma note : ****

Hara-Kiri : mort d’un samouraï (2011) Takashi Miike
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 03/01/2012 13:56


Ah tiens, y avait rien qui m'inspirait spontanément, mais je vais tâcher de rattraper ça ! (Je crois que j'ai encore jamais vu de film de ce féal en fait...)


Très bonne année à toi Neil, meilleurs voeux pour toi et tes proches ;-)

Neil 04/01/2012 00:01



Ah oui si tu as l'occasion cours-y.
De ce réal je ne peux que te conseiller Audtion, qui est cela dit nettement plus trash, ou bien Visitor Q, totallement déjanté bien comme il faut.
Bonne année à toi aussi, D&D :)



dasola 05/12/2011 17:54


Bonsoir Neil, vu et beaucoup, beaucoup aimé. Un grand film de 2011. Bonne soirée.

Neil 05/12/2011 22:26



Ah, je suis content que le film plaise à ceux qui le voient. A conseiller de toute urgence.



CHRISTOPHE LEFEVRE 04/12/2011 23:54


Très beau film, visuellement et aussi sur le plan de la narration. Passionnant !

Neil 05/12/2011 22:24



Oui, tout à fait : passionnant.



ideyvonne 04/12/2011 20:05


Depuis que j'ai vu des extraits et une interview de ce film, je me suis dit que là, c'est un film que je ne manquerai pas d'aller voir au cinéma.

Neil 04/12/2011 21:13



Et je ne peux que te le conseiller : je l'ai vraiment beaucoup aimé. Il n'est malheureusement pas très bien distribué mais si il passe à côté, il ne faut pas hésiter.



Haut de page