Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hors les murs (2012) David Lambert

par neil 1 Décembre 2012, 06:19 Avant-Première

Hors_Murs.jpgFiche technique
Film belge
Date de sortie : 5 décembre 2012
Durée : 1h30
Genre : passion contrariée
Scénario : David Lambert
Image : Matthieu Poirot-Delpech
Musique : Valleys
Avec Guillaume Gouix (Ilir), Matila Malliarakis (Paulo), Mélissa Désormeaux-Poulin (Anka), David Salles (Édouard), Marcos Adamantiadis (Le douanier), Adonis Danieletto (Le réceptionniste), Albert Jeunehomme (Le gardien de prison)...

Résumé
 : Paulo, un jeune pianiste, rencontre Ilir, un bassiste d’origine albanaise. Aussitôt, c’est le coup de foudre. Du jour au lendemain, Paulo quitte sa fiancée pour s’installer chez Ilir. Le jour où ils se promettent de s’aimer pour la vie, Ilir quitte la ville et ne revient plus. (allocine)

Mon avis
: Ardent désir et brûlante déception

Dans la compétition pour la Caméra d'Or du Festival de Cannes, Hors les murs s'est fait doublé par Les bêtes du sud sauvages, qui d'après les rumeurs est tout à fait excellent. Reste que le film de David Lambert aurait également mérité d'être récompensé, au moins pour la construction de son récit, impeccable. Pour son premier film, le réalisateur belge qui a débuté en tant que scénariste, s'en prend à la passion amoureuse, sujet rabâche tant de fois au cinéma. Ce long-métrage, il n'était pas censé le réaliser lui-même, et pourtant le jeune homme (mais si à 38 ans on est toujours jeune, ndlr) est déjà en train d'écrire son deuxième film. Un metteur en scène est né, et à en voir la qualité de son premier film, voilà qui a le mérite d'être salué.

Après une soirée très arrosée dans un bar, Paulo est hébergé par le barman Ilir. Le lendemain matin, ils bavardent au petit-déjeuner et Ilir apprend, un peu déçu, que le jeune homme a une petite amie. Une attirance naît cependant entre les deux garçons et sa copine accueille froidement Paulo. Il retourne dans le bar pour rendre à Ilir son t-shirt et la complicité se fait une fois de plus sentir. Après une dispute, sa copine regarde ses messages dans son téléphone et tombe sur un sms d'Ilir. Furieuse, elle le fiche dehors et le jeune homme trouve refuge chez le barman, interloqué. Il l'héberge et très rapidement ils vont construire tous les deux une relation fusionnelle. Aux premiers émois et à l'intensité des premiers ébats s'ensuit les premiers disputes réglées sur l'oreiller : tout commence bien entre ces deux-là.

Le début de Hors les murs nous montre la naissance du désir entre deux garçons. Tous les détails montrent l’incandescence brutale de sentiments qui naissent peu à peu. Paradoxe étrange que de voir apparaître cette relation fusionnelle et pourtant improbable, entre deux personnes qui n'étaient pas faites pour se rencontrer : une lapalissade pourtant quotidienne. Et la caméra de se faire douce sur des corps qui jouent, apprennent à se connaître. Quelques bulles d'humour se font poindre quand le couple se confronte avec l'extérieur. Notamment avec la scène dans le sex-shop, où le vieux caissier regarde Paulo avec concupiscence, ou bien avec cette séquence magnifique dans un supermarché, où Ilir confronte son petit ami à son rapport au monde extérieur, en criant à qui veut l'entendre qu'ils ont l'intention de faire l'amour tout l'après-midi.

Et d'un seul coup le ton d'Hors les murs change. Le film devient plus sérieux et prend de l'ampleur. Sans dévoiler l'intrigue on peut dire que les personnages vont subir des épreuves, et l'intrigue se fait plus sombre. Mais la réalisation de David Lambert n'en demeure pas moins intense, et nous fait ressentir violemment les douleurs des protagonistes. Avec sa gueule d'ange, Matila Malliarakis incarne parfaitement cet innocent qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Quant à Guillaume Gouix, qu'on a pu voir depuis une bonne dizaine d'année dans pas mal de films, il prouve ici, et sur un rôle titre, une fois de plus qu'il est une valeur montante du cinéma français, sur qui l'on va pouvoir compter dans les années qui viennent. Voilà qui en confortera plus d'un et d'une dans leur opinion.

Ma note : ****

commentaires

Stéphane 11/12/2012 15:15


Ouaip, je confirme: très beau film!
Je me suis bien laissé embarquer par cette histoire émouvante et juste, avec 2 acteurs épatants que je n'avais pas envie de quitter (surtout sur cette fin!). Une très belle découverte!

Neil 12/12/2012 10:29



Ah, je suis content que le film plaise. Une belle surprise pour moi aussi.



ffred 09/12/2012 19:03


"Le vieux caissier" comme tu y vas ! C'est David Salles qui va être content avec ses 42 ans ! ;-) Autrement j'ai aussi préféré cela à Week end et même à Keep the lights on...

Neil 12/12/2012 10:28



Dans le film il est clairement représenté comme "vieux". Je pense également avoir préféré celui-ci aux deux autres.



ASBAF 06/12/2012 14:27


Ce film est encore plus insupportable qu'un porno gay, c'est dire. J'ai lâché l'affaire au bout d'une demi-heure.

Neil 06/12/2012 22:24



Je me doutais bien que tu t'y connaissais en porno gay. Faudra qu'on s'échange des DVDs un de ces quatre.



Stéphane 01/12/2012 22:25


Alors celui_là, j'ai très envie de le voir!
Merci pour cette chouette critique.

Neil 02/12/2012 14:14



Merci, je te le recommande fortement.



Phil Siné 01/12/2012 14:10


magnifique film en effet !! ;)

Neil 02/12/2012 14:14



Ah, oui nous sommes d'accord :)



mymp 01/12/2012 13:20


Mais non quoi ! Et dire que tu préfères "ça" à Week-end... Les bras m'en tombent. Tout fait artificiel dans ce truc, les dialogues, les situations, l'interaction entre les deux acteurs. Et puis
franchement, admets quand même que les dialogues entre Paulo et sa copine sont vraiment nuls et clichés (comme ça tu pourras descendre à 2 étoiles !).

Neil 02/12/2012 14:14



Je crois que tu as mal regardé le film. Profite de sa sortie en salles pour le revoir, à la hausse bien entendu :)



Haut de page