Il était une fois en Amérique (1984) Sergio Leone

par Neil 1 Juillet 2011, 05:24 1980's

Fois_Amerique.jpg   
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 23 mai 1984
Titre original : One apon a time in America
Genre : histoire cachée des USA
Durée : 3h49
Scénario : Leonardo Benvenuti, Piero de Bernardi, Enrico Medioli, Franco Arcali et Franco Ferrini, d’après l’œuvre d’Harry Grey
Photographie : Tonino Delli Colli
Musique : Ennio Morricone
Avec Robert De Niro (Noodles), James Woods (Max), Elizabeth McGovern (Deborah), Trat Williams (Jimmy O’Donnell), Joe Pesci (Frankie Monaldi), Jennifer Connelly (Deborah jeune)…

Synopsis : Il était une fois deux truands juifs, Max et Noodles, liés par un pacte d'éternelle amitié. Débutant au début du siècle par de fructueux trafics dans le ghetto de New York, ils voient leurs chemins se séparer, lorsque Noodles se retrouve durant quelques années derrière les barreaux. (Allociné)

Mon avis : Splendeurs et misères des caïds

On pourrait dire qu’Il était une fois en Amérique est un peu le testament cinématographique de Sergio Leone. Le réalisateur signe là, douze ans après Il était une fois la révolution, l’ultime épisode de sa deuxième trilogie (vous me suivez ?) et le ton qu’il impose est encore plus nostalgique. Déjà dans ses films de western - un genre qui se prête très volontiers à l’exercice - on sentait une volonté de parler d’un temps qui n’existe plus, tout en l’actualisant - démarche un peu schizophrène mais brillamment réussie. Ici, le sujet du film et son ambition amène clairement un regard rétrospectif mélancolique de la part des personnages et du réalisateur. Peut-être sa façon à lui d’évoquer son art et ses glorieuses années de cinéaste.

Quand elle rentre dans sa chambre d’hôtel, Eve se rend compte que quelque chose ne va pas. Trois hommes sortent soudain de l’ombre et lui demandent où est passé un certain Noodles. Elle n’en sait absolument rien, et elle le paiera cher, transpercée de balles sur son lit. Un des hommes reste là au cas où Noodles reviendrait, les deux autres vont voir Moe, qu’ils torturent pour avoir la même information. Le bougre subit la douleur mais craque au dernier moment, révélant que Noodles se trouve dans un bar à opium chinois. Une poursuite est alors entamée pour le retrouver à tout prix.

Le film a beau durer 3h40, on ne s‘ennuie pas une seule seconde devant Il était une fois en Amérique. La faute à une mise en scène absolument brillante de maîtrise, qui nous emmène de flashbacks en flashbacks avec une fluidité impressionnante. Leone adapte ici les codes du western spaghetti au film de gangster et ça fonctionne parfaitement. Des longs plans séquences nous dévoilent les décors, on voit monter un ascenseur pendant des plombes, la tension monte et on est prêt pour la scène d’action qui va suivre. Les mêmes plans se renvoient les uns les autres dans des époques différentes (ah, le pont de Brooklyn…), nous signifiant que le temps passe mais que les gens ne changent pas tant que ça.

C‘est la fin du rêve américain que nous dépeint Il était une fois en Amérique, à travers l‘histoire de ce petit truand et de ses amis. Une attention toute particulière est porté à ces humbles artisans de la pègre qui vont profiter de l’histoire de l’Amérique et de la prohibition. On sent l’amour que porte Leone aux films de gangsters d’antan, mais également à toute l’histoire du cinéma : on pense à Kubrick dans cette scène parodique d’Orange mécanique dans une maternité, et même à Visconti (soyons fou) dans cette façon de dépeindre une lignée en fin de course. Par contre, c’est le genre qui veut ça, c’est un film de mecs où les femmes n’ont pas leur place : soit ce sont des prostituées soit elles sont idéalisées et même là il faut qu’elles soient dégradées. On peut s’en émouvoir, mais ça n’enlève rien à la qualité du film.

Ma note : ****

commentaires

dasola 02/07/2011



Bonjour Neil, oui, c'est un film d'hommes mais je trouve que le rôle joué par Jennifer Connelly/ Elisabeth Mc Govern est important et est même l'une des clés du film. Chef d'oeuvre entre tous.
Bonne journée.



Ben 04/07/2011



Un des plus grand film que j'ai vu. Une fresque remarquable !



ideyvonne 03/09/2011



Je me suis fait de plaisir de le revoir sur le câble et bien qu'en général je préfère Scorsese qui sait qi bien filmer les gangsters des années de la prohibition, là, je tire mon chapeau à Leone
qui nous a fait du GRAND ART CINEMATOGRAPHIQUE



Haut de page

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog