Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Unconditional (2013) Bryn Higgins

par Neil 18 Janvier 2014, 06:59 Avant-Première

Unconditional.jpgFiche technique
Film britannique
Date de sortie inconnue
Durée : 1h32
Genre : névrose loufoque
Scénario : Joe Fisher
Image : Paul Otter
Musique : John Lunn
Avec Harry McEntire (Owen),
Madeleine Clark (Kristen), Christian Cooke (Liam), Melanie Hill (la mère), James Bolam (Hutch)...

Résumé
: Owen et Kirsten sont jumeaux. Ils vivent seuls avec leur mère handicapée dont ils doivent s'occuper. Ils s'ennuient dans leur cité. Jusqu'au jour où apparaît Liam, jeune analyste financier aux costumes élégants et à la voiture clinquante.

Mon avis
: pervers ascendant sur une âme fragile

Présenté dans plusieurs festivals américains en 2012, Inconditionnel n'a pas encore de distributeur français. Il fait partie de ces films qui, lors d'événements comme le festival Chéries-Chéris, où il était diffusé cette année, trouvent parfois l'occasion de sortir sur le territoire. Son réalisateur est Bryn Higgins, il a majoritairement travaillé pour la télévision britannique, tandis que l'un de ses acteurs principaux est Christian Cooke. On ne le connais pas bien encore, mais avec sa gueule de beau gosse il risque peut-être de bientôt faire parler de lui puisqu'il a été pressenti pour incarner, suite au désistement de Charlie Hunnam, le personnage principal de l'adaptation cinématographique de Fifty Shades of Grey. Pour l'instant, cet acteur britannique n'a joué que des rôles à la télévision, il est donc comme on dit « un acteur qui monte », autrement dit à surveiller.

À la caisse d'un supermarché, Owen et sa soeur jumelle Kristen n'ont pas de quoi payer leurs courses et doivent laisser une partie de ce qu'ils voulaient. Kristen est furieuse, et Owen la console en jouant avant de revenir chez leur mère handicapée. Peu de temps après, Liam, un bel homme, sonne à la porte pour apporter une bonne nouvelle à Kristen : le prêt qu'elle avait demandé a été accepté. Le lendemain au supermarché, Owen rencontre Liam qui lui propose d'aller boire un verre le soir dans un pub. Le jeune homme, peu habitué à sortir, ne sait pas quelle tenue mettre ; il passe finalement une très bonne soirée avec Liam, qui lui propose d'aller boire un verre chez lui après. Owen accepte, lui demandant tout de même s'il ne veut pas passer voir Kristen avant, ce que Liam refuse.

L'histoire que développe Inconditionnel est peu banale. On suit petit à petit un homme prendre de l'ascendant sur ce jeune homme qui finalement n'attendait que ça. Sauf que les choses dérapent assez vite tandis que l'un et l'autre s'attachent de plus en plus. Une relation perverse s'installe alors entre les deux hommes, qui semble ne pas pouvoir avoir de conclusion heureuse. Ou en tout cas celle que propose le plus âgé des deux ne convient pas au second, qui reste pourtant dépendant de lui. Amour passionnel ou bien addiction incontrôlable, le fait est que la folie de l'un semble gagner l'autre. Il ne lui manque qu'un peu de courage pour basculer de l'autre côté, à moins que ça ne soit la saine décision de se préserver. Car s'il franchit cette ligne il n'y aura pour lui pas de retour possible à sa vie d'avant.

Le personnage le plus intéressant d'Inconditionnel est surtout celui de Liam. De prime abord lisse et propre sur lui, il laisse peu à peu apparaître ses failles, qui se révèlent des abîmes de déraison. Il incarne l'exemple extrême de l'homosexuel qui ne s'assume pas, et qui a l'esprit totalement perverti par son environnement. Tout ce qu'il désire sont des chimères : une épouse bien comme il faut qu'il peut présenter à ses parents, un bel appartement qui va avec sa situation confortable. Il se rêve un autre dans cette société de consommation dominée par la norme hétérosexuelle. En tout cas, l'acteur qui l'incarne, Christian Cooke, sorte de faux mélange entre Colin Farrell et Ryan Gosling, possède un charisme certain et un potentiel que l'on aimerait bien voir exploité dans les années à venir.

Ma note : ***

commentaires

D&D 02/02/2014 03:33


Ah, tu m'as fait peur ! En voyant le titre, je me suis dit : "ça y est, j'ai passé un nouveau cap : je n'en ai carrément jamais entendu parler ; l'hospice est pour bientôt, cette fois". 


Merci donc d'arrêter de jouer ainsi avec mon Alzheimer (espèce de "pervers ascendant sur âme fragile") :-)))

Neil 02/02/2014 17:13



Arf oui effectivement. On a parfois des surprises avec les "films de festival", qui peuvent sortir deux ou trois ans après leur diffusion. Là je n'ai pas réussi à trouver de distributeur
associé...



Haut de page