Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Insidious (2011) James Wan

par Neil 21 Juin 2011, 05:16 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 15 juin 2011
Genre : phénomènes paranormaux
Durée : 1h42
Scénario : Leigh Whannell
Image : David M. Brewer
Musique : Joseph Bishara
Avec Patrick Wilson (Josh Lambert), Rose Byrne (Renai Lambert), Ty Simpkins (Dalton Lambert), Lin Shaye (Elise Rainier), Leigh Whannell (Specs), Barbara Hershey (Lorraine Lambert)…

Synopsis : Josh, son épouse et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l’aîné tombe dans un coma inexpliqué. Étrangement, une succession de phénomènes paranormaux débute peu après. Un médium leur révèle alors que l’âme de leur fils se trouve quelque part entre la vie et la mort. (allocine)

Mon avis : Esprits, faites moi peur

Avant Insidious, je n’avais vu qu’un seul film de James Wan, à savoir Saw - seul film de la saga que j’ai eu la curiosité de regarder. Il faut dire que je ne suis pas un fanatique des films d’horreur, ou des films gores, on ne sait plus trop comment les appeler. Je ne savais d’ailleurs même pas que le metteur en scène avait réalisé deux autres films, dont la sortie en salles m’a totalement échappé. Donc j’abordais Insidious avec un œil quasi vierge en matière de films du genre. Enfin, notons toutefois que le film se démarque de la série bouchère en ce sens qu’il fait plutôt penser à des films d’horreur « old school ». Plusieurs petites références sont disséminées par ci par là : un prête, une exorciste, deux jumelles, des griffes… c’est marrant.

La famille Lambert - les deux parents Josh et Renai ainsi que leurs deux fils et leur toute petite fille - emménage dans une nouvelle maison. En rangeant les affaires, Renai monte au grenier et découvre une pièce bien sombre. Elle monte sur une échelle en bois pour allumer la lumière et l’une des marches se casse. Retournant au salon, elle découvre que les livres qu’elle avait mis dans la bibliothèque sont étalés par terre. Elle sermonne son fils qui lui promet qu’il n’a pas touché aux objets. Il lui confie plus tard que sa chambre lui fait peur et qu’il n’arrive pas bien à dormir. Renai n’y fait pas très attention mais elle se rend tout de même compte qu’une atmosphère bizarre se dégage de cette maison.

Plusieurs genre différents coexistent dans Insidious. Premier point positif pour le film, son générique est assez bien fichu et nous laisse entrevoir quelques détails qui laisse présager de bonnes choses. Après s’installe un film lent, où la tension permanente est suggérée par un travail sur le son particulièrement réussi. Quelques événements étranges se déroulent mais on n’est pas encore entré dans le vif du sujet ; pourtant notre curiosité est aiguisée et on a envie d’en savoir plus. Vient alors le début de la résolution de l’intrigue, qui met beaucoup de temps à s’installer.

Des moments de flottements s’installent et on s’inquiète pour la suite. La dernière partie nous emmène ensuite dans un univers particulier et qui ne manque pas d’intérêt, pour finalement partir dans tous les sens - bouffonnerie, absurde, humour pas drôle, semi-gore. C‘est donc un objet étrange que cet Insidious, qui nous fait passer par des états bien différents les uns des autres. Revenons au générique où un détail du casting attire notre attention : on devine déjà par qui va venir la révélation finale. Pourtant on ne la voit pas durant toute une moitié du film, et quand son personnage apparait on avait presque oublié son existence.

Ensuite, alors qu’on est en plein dans une explication très sérieuse de phénomènes complètement irrationnels, l’irruption de deux personnages dont l’attitude dénote totalement avec l’ambiance générale provoque l’hilarité générale.
Ce mélange un peu foutraque fait un peu tâche, d’autant qu’on se demande parfois si les rires dans la salle étaient prévus par le réalisateur. Quant au reste du casting, il est honnête : j’ai une affection particulière et inexpliquée pour Rose Byrne - peut-être depuis que j’ai vu quelques épisode de Damages - et puis on voit les biscotos de Patrick Wilson donc c‘est déjà pas mal.

Ma note : **

Insidious (2011) James Wan
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Christophe 05/07/2011 11:10



La première partie d'Insidious respecte le cahier des charges habituel d’un film de maison hanté : portes qui claquent, grincements, lumières
hésitantes, chuchotements inquiétants, jump scares supposés faire sursauter, apparitions furtives et malveillantes… Rien que de très convenu. Et pourtant, à ma grande surprise, je
n’ai pas été insensible à ces effets classiques. Quelques frissons ont même parcouru mon échine percluse de douleurs… Malheureusement, l'intrusion des deux comiques, je parle évidemment des
chasseurs d’ectoplasmes tout droit sortis de Ghostbusters (on s'attend presque à entendre, au détour d'une scène, There's something strange and it dont't look good, who're you
gonna call...) gâche tout. La rupture de ton est terrible. Et le film ne s’en remet pas. On peine d’abord à garder son sérieux, notamment lors de l'inénarrable séance
médiumnique, lorsque Elise (Lin Shaye, rescapée des Griffes de la nuit et d'Amityville) met un masque à gaz relié à l'oreille d'un des deux clowns. Puis, peu à peu, on est
gagné par l’ennui. A tel point que j’ai cru, moi aussi, faire un voyage astral, comme Dalton. Heureusement, il y a l’émouvant et doux minois de la craquante Rose Byrne pour empêcher le spectateur
de sombrer dans un coma profond ! Car ce n’est pas la fin, prévisible à des kilomètres, qui est en mesure de retenir son attention… Bref, passez votre chemin, il n’y a pas grand chose à
voir. Mais pouvait-on attendre autre chose du créateur de Saw ?



Neil 05/07/2011 17:11



La première partie du film est effectivement très réussie. Après, le film s'étire et s'égare dans trop de genres différents pour être réellement crédible.



Flow 27/06/2011 18:13



Ouais, un gros bof pour ce film :)


Foutraque c'est le mot!



Neil 28/06/2011 08:21



Bof bof mais bon on a vu pire lol



Haut de page