Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Instants critiques (2011) François Morel

par Neil 25 Octobre 2011, 05:17 Spectacle vivant

Fiche technique
Adaptation : François Morel et Olivier Broche
En tournée
Genre : complicité journalistique
Produit par Les Productions de l’Explorateur
Avec Olivier Broche (Jean-Louis Bory), Olivier Saladin (Georges Charensol) et Lucrèce Sassella (L’ouvreuse)

Résumé : Derrière les transistors fraîchement apparus, deux voix légendaires chroniquent le septième art au travers de brillantes joutes verbales et font de l’émission d’inter, Le masque et la plume, un moment d’intelligence, d’insoumission, de liberté voire de franche rigolade.

Mon avis : Singulier tandem aux opinions plurielles

On retrouve dans Instants critiques le charme discret qui se dégage des échanges au Masque et la plume. François Morel s’est inspiré de deux légendes de l’émission radiophonique qui y officièrent durant les années 60 et 70. Nous avons tout d’abord Jean-Louis Bory, figure incontournable de l’univers journalistique d’alors. Homosexuel militant, il s’enflamme pour tous les combats et défend la Nouvelle vague en se dressant contre le « cinéma de papa ». Georges Charensol est lui plus mesuré et plus bourru. Il nuance et se méfie des fausses valeurs d’un cinéma qu’il juge parfois surfait, quitte à passer à côté d’un courant qu’on dit alors révolutionnaire. Ces deux compères vont profiter de l’arène que leur propose l’émission alors présentée par Michel Polac pour scénariser leurs dissonances.

Dans le décor d‘une salle de cinéma, deux hommes entrent et évoquent le film qu‘ils viennent de visionner. Il s’agit de Bande à part, et Bory et Charensol n’ont évidemment pas la même vision. Le premier défend le film ardemment : il trouve que ce nouvel opus de Jean-Luc Godard est absolument formidable. Alors que Charensol le trouve vide et peu intéressant, Bory va lui expliquer en long en large et en travers les qualités du film, n’hésitant pas à décortiquer chaque scène pour en tirer sa substance. Pour lui le film est une allégorie, un film certes littéraire mais qui contient toute la substance du cinéma de son auteur, un artiste majeur qu’il ne s’agirait pas de sous-estimer.

Durant toute la durée d’Instant critiques, nous allons ainsi assister à une analyse filmique exemplaire. Les deux acteurs décortiquent une vingtaine de films, de classiques comme Cris et chuchotements à des petits films improbables comme 100 briques et des tuiles. Pour un cinéphile c’est un bonheur absolu que de voir revisiter les films qu’il aime ou qu’il déteste, et de voir s’écharper deux individus aux opinions contraires. Ce qui du coup relativise habilement l’exercice critique, par essence subjectif mais qui enflamme les esprits. Pour un non cinéphile, c’est également un plaisir indicible car il ne faut pas avoir vu ou connaitre les films dont il est question. La pièce acquière une dimension supérieure grâce à l’humanité qui s’en dégage. Peu à peu, c’est une histoire d’amitié qui nous est conté, en filigrane, est c’est tout à fait émouvant.

Ainsi Instants critiques revisite le thème du clown blanc et de l‘auguste, et dresse un portrait saisissant de l‘époque. La pièce de François Morel évite le côté statique qui pourrait naturellement en découler par une mise en scène subtile. Des intermèdes joyeux sont esquissés par une pianiste qui reprend certains thèmes musicaux et interagit avec les acteurs. On les voit ainsi chanter et danser ensemble et rejouer certaines scènes cultes des films évoqués. La complicité s’installe peu à peu entre les acteurs, absolument excellents, qu’on avait pu voir dans Les Deschiens. Olivier Broche et Olivier Saladin s’amusent et le public rit beaucoup. C’est enlevé, c’est intelligent et même souvent passionnant. L’analyse de Théorème est géniale, le passage autour des Parapluies de Cherbourg est irrésistible. Une pièce à ne pas rater si elle passe près de chez vous : la tournée démarre bientôt et fera sans nul doute salle comble à chaque passage.

Ma note : ****

Instants critiques (2011) François Morel
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Eeguab 09/10/2012 22:28


Je sors du spectacle à l'instant.Je me suis régalé et j'ai apprécié toute la pièce.J'ai trouvé judicieux de ne pas trop tirer Charensol vers la vieille baderne réac.J'ai aimé la drôlerie,le
rythme musical fort bien venu.Et la critique finale de Cris et chuchotements est sidérante de beauté.Ainsi que l'adieu à Jean-Louis.Et les Deschiens font tous de très
grands comédiens. Je comprends la tendresse de Fraonçois Morel pour ces textes et ces hommes.

Neil 11/10/2012 17:43



Ah je suis heureux que tu aies apprécié la pièce. J'en garde encore des très bons souvenirs. Et les extraits du Masque avec Bory que j'ai pu récupérer sont un vrai
plaisir.



Eeguab 26/10/2011 21:26



Vu mon âge je me souviens de l'un comme de l'autre.J'ai peur de n'avoir pas bien compris.Est-ce le texte exact de leurs critiques ou est-ce une sorte d'hommage-variation?.En tout cas bonne
idée.Mais François Morel n'en manque pas(de bonnes idées).



Neil 27/10/2011 10:44



Quelle chance de les avoir écoutés ! J'ai pu récupérer un petit florilège de 30 minutes des interventions de Bory et c'était du bonheur.
Je crois que François Morel a pris les textes exacts des interventions et qu'il les a peu modifiés, mais plus mis en scène pour les adapter au théâtre.



Wilyrah 25/10/2011 15:11



Tiens tiens, il me semble en avoir entendu parler dans Kaboom ^^



Neil 27/10/2011 10:41



Oui c'est pas faux. Frédéric Mercier en a loué les mérites, et il a bien raison :)



Vance 25/10/2011 07:58



Ah ben je note ! Ca donne franchement envie !



Neil 25/10/2011 10:50



Oui oui oui c'est un régal de cinéphiles



Haut de page