Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je suis un no man’s land (2010) Thierry Jousse

par Neil 22 Janvier 2011, 06:20 2010's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 26 janvier 2011
Genre : retour aux sources
Durée : 1h32
Scénario : Jérôme Larcher et Camille Taboulay
Directeur de la photographie : Olivier Chambon
Musique : Daven Keller
Avec Philippe Katerine (Philippe), Julie Depardieu (Sylvie), Jackie Berroyer (Le père), Aurore Clément (La mère), Jean-Michel Portal (Vidal), Judith Chemla (Chloé)…

Synopsis : Philippe est chanteur et dans l’existence d’un chanteur, il y a des moments où tout s’accélère, surtout quand une groupie déjantée, des parents délaissés, une ornithologue lunaire et un ami d’enfance coriace conspirent à vous compliquer la vie… Comment en sortir ?

Mon avis : On dirait qu’ça t’gêne de marcher dans la boue…

On sait depuis longtemps que Philippe Katerine est un tout petit peu barré, et c‘est-ce qui fait son charme. Le chanteur  use et abuse de son air dégingandé, de sa voix fluette et de ses tenues chamarrées. Ce qu’on sait moins c’est qu’il est aussi acteur à ses heures perdues, comme dans ce deuxième long-métrage de Thierry Jousse, Je suis un no man’s land. Le réalisateur a d’abord officié en tant que critique cinéma aux Cahiers du cinéma avant de sortir un premier long-métrage, Les invisibles. Il met en scène ici un film étrange au casting original et au scénario improbable.

À la sortie d‘un de ses concerts, Philippe se rend dans sa loge où il retrouve une groupie qui commence à le draguer. Elle repousse son ami d’enfance venu le saluer et entraîner le chanteur dans son appartement. Là Philippe découvre une demeure toute entière dédiée à son propre culte et résiste aux assauts délirants de Chloé pour s’enfuir dans la forêt. Il se perd un peu, croise un cheval en colère et tombe, dans une clairière, sur Sylvie, une ornithorynque qui filme les oiseaux la nuit. Elle lui indique le chemin puis s’évanouit. En reprenant la route, Philippe finit par tomber sur une maison qu’il connaît bien puisque c’est celle de son enfance. En rentrant dans la pièce principale il voit ses parents en robe de chambre et tombe dans les pommes.

Drôle de film que Je suis un no man‘s land. On a droit à un Objet Filmique Non Identifié, bizarrement construit en trois parties vaguement distinctes. L’une est intime et concentrée entre les rapports de Philippe avec ses parents, la deuxième aborde sur un ton décalé le concept de la notoriété et du rapport aux autres, tandis que la dernière est onirique et s’apparente à une histoire d’amour poétique. Le problème est que ces trois parties ne s’emboîtent pas les unes avec les autres.

On passe de l’une à l’autre sans transition et le changement de ton est souvent abrupt. Le tout ne forme pas vraiment un tout très harmonieux, mais est souvent déconcertant. Pourtant la partie intime de Je suis un no man‘s land est assez bien réussie. On ressent beaucoup d’émotion dans cette histoire de fils qui revient au bercail après des années et qui renoue avec ses parents. Une douce complicité existe entre les acteurs, Aurore Clément et Jackie Berroyer sont d’ailleurs particulièrement bons dans leurs rôles respectifs.

Quant à Philippe Katerine, eh bien il fait du Katerine pur jus, amusant et décalé, parfois poétique dans certaines de ses scènes avec Julie Depardieu. On passe un bon moment avec cette histoire aux accents kafkaïens et aux scènes débridées comme celles avec Judith Chemla. Sans que cela en fasse un film à ne pas rater, Je suis un no man’s land est un divertissement sympathique.


Ma note : *

Je suis un no man’s land (2010) Thierry Jousse
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Christophe 03/02/2011 00:41


Autant être honnête tout de suite : je suis loin d'apprécier Philippe Katerine et son univers soit disant décalé. Je dis soit disant, car, pour moi, sa fantaisie est surtout une manière de masquer
l'indigence de son (pseudo) talent, qui est à l'image des paroles de ses chansons :

Dam dam dam dam dam dam
Bonjour je suis la reine d'Angleterre et je vous chie à la raie
Je vous chie à la raie car le monde est ainsi fait
Bonjour je suis la reine d'Angleterre et je vous chie à la raie
Hello I am the queen of Kingdom and I am shitting in your face

Ce n'est pas que je sois par principe opposé à la provocation. Elle ne doit toutefois pas être une fin. Or, là, je ne vois rien d'autre, si ce n'est une insupportable vulgarité...

On comprendra, avec ce préambule, que je suis allé voir Je suis un no man's land avec quelques a priori (c'est peu dire), ce qui est rare de ma part. Et je n'aurai pas fait cet effort si je ne
participais pas au festival d'hiver organisé sur Christoblog... Au final, qu'en est-il ? Eh bien, je n'ai pas été déçu. Ce film est pire que ce que j'avais imaginé. Car Thierry Jousse, qui fut dans
une autre vie rédacteur en chef des Cahiers du cinéma et chroniqueur musical aux Inrockuptibles, joue en plus la carte de l'humour pathétique des Deschiens, que je déteste tout autant que Philippe
Katerine (là encore, je précise que je ne suis pas contre le non-sens, l'absurde, cependant la troupe de Jérôme Deschamps n'a rien à voir avec les Monty Python).

De ce film, je dirai seulement qu'il me fait penser à une œuvre de Piero Manzoni, Merda d'artista (90 petites boites de conserve contenant 30 grammes d'excrément de l'artiste).

Mais tant de médiocrité n'empêche évidemment pas une certaine critique de s'extasier. En témoigne l'article paru dans Libération : Le film, en fusion avec son acteur, est un savant mélange du
coloriste Jacques Demy (Jousse est Nantais), du naturaliste Pialat (celui de La gueule ouverte), voire d’un régime général pop (disques Tricatel, clips de Pierre & Gilles). Mais tout ça,
égrené, ne dit rien du plaisir infini qui y passe. Je suis un no man’s land est un territoire de cinéma dans lequel on se sent bien.

Cette séance fut donc un long moment de dégoût (je te retiens, Chris, avec ta sélection !). En sorte que, pour la première fois, je ne mettrai pas d'étoile.


Neil 03/02/2011 16:44



Un long moment de dégoût je n'irai pas jusque là mais le film peut agacer...



Phil Siné 25/01/2011 17:41


assez d'accord avec toi : pas un grand film, mais un film sympa... et surtout des acteurs très chouettes ! :)


Neil 26/01/2011 12:34



Oui, des acteurs très chouettes, de Judith Chemla à Aurore Clément.



mymp 24/01/2011 12:17


Grand Dieu, j'ai complètement détesté ce film ! Pour ma part, je n'ai réussi à rien ressentir sinon un profond ennui et découragement. TOUT dans ce "film" n'est pas hyper convaincant. Il est juste
raté. Dommage, Katerine est un personnage dont j'aime la folie, mais là ça n'est pas passé.


Neil 26/01/2011 12:33



J'aime bien aussi cette foile douce chez Katerine. Peut-être devrait-il se cantoner à la chanson...



dasola 23/01/2011 22:35


Bonsoir Neil, "Je suis un no man's land" est un film qui ne m'attire pas du tout. Je passe.


Neil 24/01/2011 10:04



Comme beaucoup d'ailleurs je pense. C'est dommage pour cette jolie partie du film consacrée aux rapports familiaux du personnage principal. Le reste n'est pas hyper convaincant.



Haut de page