Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kaboom (2010) Gregg Araki

par Neil 13 Avril 2019, 02:18 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 6 octobre 2010
Genre : trip apocalyptique
Durée : 1h26
Scénario : Gregg Araki
Directeur de la photographie : Sandra Valde-Hansen
Musique : Vivek Maddala
Avec Thomas Dekker (Smith), Haley Bennett (Stella), hris Zylka (Thor), Juno Temple (London), James Duval (Le Messie), Roxane Mesquida (Lorelei)…

Synopsis : Smith mène une vie tranquille sur le campus - il traîne avec sa meilleure amie, l’insolente Stella, couche avec la belle London, tout en désirant Thor, son sublime colocataire, un surfeur un peu simplet - jusqu’à une nuit terrifiante où tout va basculer. (allocine)

Mon avis : It’s the end of the world as we know it

Le paranormal est les univers borderline sont familiers dans les films de Gregg Araki. L’excellent Mysterious skin abordait notamment le surnaturel comme une façon elliptique de se détourner de la réalité. Dans Kaboom des évènements étranges émaillent le quotidien des protagonistes, et ici le réalisateur prend le thème à bras le corps, n’hésitant pas à en faire un élément central de son récit. De facteur très étrange, Kaboom est pourtant le film qui assoit la notoriété d’Araki : lauréat de la Queer palm à Cannes (ça vaut ce que ça vaut mais c’est un signe), le film bénéficie d’un plan marketing costaud, avec une large distribution et cerise sur le gâteau un bouche à oreille critique des plus favorable.

Dans un campus américain comme les autres végète Smith, jeune homme de 19 ans qui fait des études de cinéma. Il a pour colocataire Thor, surfeur sexy et con comme un balai mais qui lui fait un effet bœuf. Il passe ses journées avec Stella, sa meilleure amie depuis des années ; lesbienne assumée, elle est décalée et pleine de bon sens. Elle l’amène à une soirée pour le lâcher au out de cinq minutes et rejoindre Lorelei. Dès qu’il la rencontre Smith se rappelle du rêve bizarre où il l’a vue avec une autre fille rousse, et justement celle-ci se pointe et lui gerbe sur ses chaussures. Se remettant à peine de ces coïncidences, Smith se réfugie aux toilettes pour nettoyer ce bordel.

Aucun doute là-dessus, Kaboom est un film jubilatoirement décomplexé, et il fait plaisir à voir. Construit en deux parties distinctes - l’une consacrée au sexe, l’autre à la résolution d’une énigme policière - le film est très habilement structuré et pourtant part dans tous les sens. Justement, les sens sont résolument aux aguets devant les images hallucinantes qui défilent devant nous. Ainsi, avec un esthétisme baroque, des lumières et des couleurs très kitsch qui collent très bien à l’ambiance, le film éveille tous nos sens et nous ragaillardit.

Scènes de sexe décomplexées, culte du corps qui exulte, ouverture de l’esprit et de ses chakras : Greg Araki nous emmène dans un trip fascinant et qui ne se limite pas qu’à cette apparence. Car ce que nous dit Kaboom, en substance, c’est que la fin du monde est proche. Propos délirant d’un chef de secte sous LSD ? Pas vraiment : ce qu’Araki met habilement en valeur, c’est la décadence de la société contemporaine et sa vacuité. Le monde est pourri, nous filons tout droit vers une dégénérescence inéluctable.

Alors que faire, selon Kaboom : s’éclater, prendre du plaisir, profiter. C'est caricaturer le propos évidemment, mais il y a de ça dans cette vision bunuelo-lynchienne des rapports humains. Le surnaturel, l’étrange, l’onirique est là pour nous rappeler notre condition de mortels. Servi par de jeunes acteurs non seulement beaux mais qui jouent impeccablement leur rôle quelquefois stigmatisé à outrance, le film est traversé par une énergie stimulante et grisante.


Ma note : ****

Kaboom (2010) Gregg Araki
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 24/11/2010 22:35


Ah la la, je partage ta jubilation. D'ailleurs, je n'avais presque rien vu d'Araki auparavant et j'ai presque tout "rattrapé" depuis.
Pas le meilleur film de l'année, mais mon plus grand plaisir, ça s'est sûr !


Neil 25/11/2010 21:55



Ah, je suis content que tu me suive là-dessus. Une grande bouffée de plaisir je suis d'accord avec toi. Et j'ai rattrapé pas mal d'Araki depuis sa vision, comme toi.



Benoît 17/10/2010 19:24


A part un avis, tout le monde en parle en bien et pourtant je demeure toujours assez peu intéressé par le film. Je n'ai toujours rien vu de Arakki donc voilà.:)


Neil 17/10/2010 21:23



Je suis justement en train de me faire un revival Araki en ce moment. Et Kaboom est je trouve le plus "grand public" de réalisateur. Et un des meilleur. Donc si tu veux un conseil :
n'hésite pas :)



Wilyrah 16/10/2010 15:37


On en fait la même critique, les mêmes adjectifs (jubilatoire, décomplexé...) en ressortent et le même plaisir se traduit à la lecture de l'article... et la même note !
Je pense qu'on en a eu la même impression :)


Neil 17/10/2010 17:31



Pas mal d'indices vont dans ce sens, en effet... ^^



Haut de page