Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kyss mig : une histoire suédoise (2012) Alexandra-Therese Keining

par Neil 6 Mars 2013, 06:41 2010's

Kyss_Mig.jpgFiche technique
Film suédois
Date de sortie : 29 août 2012
Duré : 1h43
Genre : drame familial
Scénario : Josefine Tengblad
Image : Ragna Jorming
Musique : Marc Collin
Avec Ruth Vega Fernandez (Mia), Krister Henriksson (Lasse), Liv Mjönes (Frida), Joakim Nätterqvist (Tim), Lena Endre (Élisabeth), Tom Ljungman (Oskar)...

Synopsis
: En Suède, une famille recomposée comme une autre : Lasse, le père de Mia et Oskar, va épouser Elisabeth, la mère de Frida, et organise à cette occasion une fête où tous deux convient leurs amis et enfants. Venue de Stockholm où elle vit avec son fiancé depuis plusieurs années, Mia, qui rend rarement visite à son père, ne se lie pas facilement avec sa future belle-famille. Surtout avec Frida dont elle apprécie peu l'exubérance...

Mon avis
: coup de foudre et conséquences

La réalisatrice de Kyss mig : une histoire suédoise n'en était pas à son coup d'essai lorsqu'elle a mis en branle la production de son film. Son premier film Hot dog, réalisé en 2002, racontait déjà l'histoire d'une jeune femme de Stockholm qui va à Malmö. Dix ans plus tard, après quelques démêles pour pouvoir sortir sur les écrans, son deuxième film a bien marché en Suède. Pour la petite anecdote, c'est juste le deuxième film suédois dont l'héroïne est lesbienne, après Fucking
Åmål en 2000. Elle a développé son scénario avec Josefine Tengblad, d'après une idée que celle-ci lui a apporté. Typiquement scandinave, le film nous permet d'apercevoir dans un second rôle une des actrices suédoises les plus célèbres en la personne de Lena Endre. On a pu la voir en directrice de rédaction de Millenium ou même dans le dernier Paul Thomas Anderson, The master.

Avec son compagnon Tim, la jeune Mia se rend en avion de Stockholm à Malmö. Elle y retrouve son frère Oskar qui lui présente leur demi-sœur Frida. Pour ses soixante ans, leur père Lasse annonce une bonne nouvelle : il se fiance avec sa compagne Élisabeth. Mia en profite pour dire qu'elle et Tim vont bientôt se marier. Lors de la fête, la jeune femme scrute sa demi-sœur, qu'elle trouve un peu trop entreprenante à l'égard de son fiancé. Le lendemain matin, au petit-déjeuner, un blanc se créé dans la conversation lorsque Mia confie qu'elle souhaite épouser Tim dans la robe de mariée de sa mère. La tension est palpable, Lasse ne voyant pas trop pourquoi sa fille ferait un tel geste. Quand elle parle de l'incident à Tim, celui-ci ne comprend pas non plus la symbolique que Mia porte associée.

On ne peut pas dire que Kyss mig : une histoire suédoise déborde d'originalité. Nous sommes en présence d'une jeune femme qui, à la veille de son mariage, se découvre une attirance lesbienne. Soit, nous avons déjà vu ça une bonne dizaine de fois, voyons un peu le traitement qu'opère la réalisatrice. Et là encore, on ne peut pas dire que l'innovation soit le maître-mot de la mise en scène. Le scénario est d'un classicisme assez confondant et les scènes filmées en gros plans se succèdent les unes après les autres. Alors oui, nous avons bien compris que tout cela est fait pour nous montrer la sensualité des corps qui sont inexorablement attirés. C'est tout de même un peu sur-représentatif et la timidité des mouvements de caméra en dehors de ces plans n'est pas franchement très enthousiasmante.

Par contre si vous aimez la Suède, Kyss mig : une histoire suédoise est fait pour vous. La très belle lumière de la chef opératrice met très bien valeur les paysages scandinaves. La photographie est superbe, peut-être même un peu trop si l'on veut pinailler, en tout cas arrive-t-elle à capter de jolie façon les couleurs de ces nuits si particulières. Ces décors servent une intrigue assez banale où les personnages secondaires sont inexistants. Les deux jeunes actrices s'en sortent toutefois assez bien et parviennent à nous faire ressentir l'émotion qui les étreint et le trouble dont elles sont victime. Rien de bien original, donc, mais on peut souligner le soin apporté aux caractéristiques techniques du film. C'est la moindre des choses, me direz-vous, mais ce n'est pas forcément le cas dans toutes les productions, en particulier quand elles se veulent gay-friendly.

Ma note : **

commentaires

Leo M 08/07/2014 15:32

Ce long métrage a une histoire intéressante. Cependant, il manque un peu de punch dans certaines scènes.

neil 11/07/2014 18:42

Oui, je suis assez d'accord : l'histoire mériterait d'être un peu plus resserrée.

Haut de page