Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’italien (2009) Olivier Baroux

par Neil 13 Juillet 2010, 07:41 2010's

Italien.jpg
Fiche technique
Film français
Date de sortie : 14 juillet 2010
Genre : fausse identité
Durée : 1h42
Scénario : Nicolas Boukhrief et Stéphane Ben Lahcene
Photographie : Arnaud Stefani
Musique : Martin Rappeneau
Avec Kad Merad (Dino Fabrizzi), Valérie Benguigui (Hélène), Roland Giraud (Charles Lemonnier), Philippe Lefebvre (Cyril Landrin), Guillaume Gallienne (Jacques), Saphia Azzedine (Amel), Arielle Sémenoff (Marie-Paule)…

Synopsis
 : Dino Fabrizzi est vendeur à la concession Maserati de Nice. A 42 ans, il arrive à un tournant de sa vie, le poste de directeur lui est ouvertement proposé et sa compagne, Hélène, a la ferme intention de l'épouser. Pour Dino, la vie est belle, sauf que cette vie parfaite s'est construite sur un mensonge. Dino s'appelle en fait Mourad Ben Saoud... (Allociné)

Mon avis : Avoir le cul ente deux chaises, c’est pas bien pratique

J’ai une certaine tendresse pour Kad Mérad et Olivier Baroux. En grande partie parce que je les ai connus quand ils officiaient sur Ouï FM et faisaient la post-synchro d’Hélène et les garçons. Moment culte et inédit de la radio, introuvable aujourd’hui (question de droits parait-il).  Après je les ai un peu perdus de vue chez Delarue, puis retrouvé avec joie pour le Kamoulox sur Canal Plus. Depuis Kad a fait sa star nationale et Olivier Baroux a réalisé deux films qui me sont passés totalement inaperçus. Je n’attendais donc pas grand chose de son nouveau projet, L’italien, issu d’un scénario écrit par Nicolas Boukhrief.

Dans la belle ville de Nice habite Dino, vendeur star de voitures chez Maserati. Il est en couple avec Hélène et tout se passe plutôt bien pour lui. Le week-end, il le passe en famille, chez ses parents qui habitent Marseille et viennent le chercher tous les week-end à l’aéroport. Dino, ou plutôt Mourad, leur fait croire, au grand dam de sa sœur Amel, qu’il habite et travaille à Rome. Car Mourad et sa famille sont d’origine algérienne et quand ils sont arrivés en France ça n’a pas été facile. Mourad a donc décidé de troqué son nom et son origine magrébine pour une identité plus passe-partout. Seulement quand le père de Mourad, malade, lui demande de faire le ramadan, ça pose quelques petits problèmes à Dino.

En regardant L‘italen, on a le sentiment d‘assister à deux films. La première partie se veut drôle tandis que les dernières quarante minutes se placent plus nettement dans le registre de la comédie dramatique. Du coup on ne sait pas trop sur quel pied danser, le film est sur un équilibre précaire et peu confortable. D’autant que la première heure du film ne fait finalement pas beaucoup rire. De nombreux gags sont ratés et le comique de situation a tendance à se répéter. Au fur et à mesure qu’il voit Dino/Mourad se perdre dans ses mensonges, le spectateur se demande où Olivier Baroux veut en venir. Et la clé du film intervient bien tard, et bien lourdement. Les passages sur l’intégration sont pesants et peu crédibles, bien qu’ils partent d’une intention très louable : dénoncer les défauts actuels de la société française.

Donc on est souvent mal à l’aise devant L’italien et les quelques acteurs qui tentent de sauver la situation. Les second rôles sont d’ailleurs particulièrement réussis, même si on les voit bien peu. Guillaume Gallienne prouve encore qu’il sait à peu près tout jouer, de Jet Set à Sagan en passant par Le misanthrope. Chez les garçons, Pascal Vincent, un rescapé des Robin des bois, tire son épingle du jeu tandis que chez les filles Saphia Azzedine, écrivain télégénique, obtient un beau rôle. Et je note pour ma part l’apparition brève mais charmante d’Arielle Sémenoff, que je n’avais pas vue depuis bien longtemps et qui m’a rappelé des souvenirs. Voilà, le reste du film n’est pas très convaincant, le film pèche par trop de bons sentiments et une volonté un peu trop marquée de prêcher des convertis. Si j’étais vache je dirais que Kad et O ont voulu faire leur Tchao Pantin, mais je ne le suis pas… quoique.

Ma note : 4/10

commentaires

Yves-André Samère 11/09/2010 16:54


J'étais invité à une projection de presse aux Champs-Élysées, quelques jours avant la première, et les deux acolytes Merad et Baroux devaient venir se faire mousser devant les invités. Mais ils
étaient en retard, et le film m'avait tant déçu que je suis parti sans les attendre. Ils ont au moins évité mon commentaire, qui n'aurait pas été aimable (bien qu'eux et moi ayons un ami commun,
Didier Porte).


Neil 11/09/2010 18:20



J'étais moi aussi à cette avant-première. J'avais attendu Kad et Olivier, qui n'ont pas été fordidablement originaux dans leurs réponses. Mais j'apprécie tout de même de pouvoir
discuter avec les protagonistes des films quand je les vois.



Yves-André Samère 09/09/2010 17:07


Tout cela est raconté de manière très négligente, et les scénaristes ne se sont pas documentés. On voit beaucoup à l’écran le livre "L’islam pour les nuls", mais ils ont oublié de le lire !
Ainsi, d’où vient cette prétendue obligation religieuse interdisant aux musulmans les relations sexuelles la nuit pendant le Ramadan ? Énormité ! Elles ne sont prohibées que durant la
journée, au même titre que la prise de nourriture, de boisson et l’acte de fumer ! Cette négligence de scénario ruine tout un pan du récit. Et ce n’est pas la seule : on a du mal à croire
que ce type complètement indifférent à la religion se mette vraiment à faire le Ramadan parce qu’il l’a promis à son père, au point de flanquer toute sa vie en l’air ! Et ce petit dialogue
entre Mourad et sa maîtresse : "Comment traduit-on ragazza en arabe ? – Habiba". Autre bourde, "ragazza", soit "fille" en italien, ne se traduit pas par "habiba", qui signifie "chérie" ou
"bien-aimée" (c’est d’ailleurs un prénom féminin ; or quels parents prénommeraient leur fille "Fille" ?).

Enfin, comble de niaiserie, où a-t-on vu qu’un individu sous une fausse identité peut se faire engager dans une firme sérieuse, cotiser à la Sécurité sociale, et ouvrir un compte bancaire, tout
cela sans jamais produire de justificatifs ?


Neil 11/09/2010 09:42



Oui, beaucoup d'imprécisions dans le scénario du film. C'est assez décevant, d'ailleurs le film n'a pas eu beaucoup d'écho...



Haut de page