Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La cage dorée (2013) Ruben Alves

par Neil 14 Mai 2013, 05:14 En salles

Cage DoreeFiche technique
Film français
Date de sortie : 24 avril 2013
Durée : 1h30
Genre : chronique portugaise
Scénario : Jean-André Yerles et Hugo Gélin
Image : André Szankowski
Musique : Rodrigo Leao
Avec Rita Blanco (Maria Ribeiro), Joaquim de Almeida (José Ribeiro), Chantal Lauby (Solange Caillaux), Roland Giraud (Francis Caillaux), Barbara Cabrita (Paula Ribeiro), Lannick Gautry (Charles)...

Résumé
: Dans les beaux quartiers de Paris, Maria et José Ribeiro vivent depuis bientôt trente ans au rez-de-chaussée d’un bel immeuble haussmannien, dans leur chère petite loge. Ce couple d’immigrés portugais fait l’unanimité dans le quartier : Maria, excellente concierge, et José, chef de chantier hors pair, sont devenus au fil du temps indispensables à la vie quotidienne de tous ceux qui les entourent. (allocine)

Mon avis
: ma mère est concierge d'immeuble

Un premier film possède dans la majeure partie des cas, de nombreux aspects autobiographiques. En l’occurrence avec La cage dorée, son réalisateur Ruben Alves a sans aucun doute puisé dans ses souvenirs. Né à Paris de parents concierge et maçon, il grandit entre la communauté portugaise et ses amis de lycée. Il réalise en 2002 un court-métrage avec la collaboration d'Hugo Gélin, avec qui il avait déjà travaillé puisque l'année d'avant il jouait dans le court-métrage de ce dernier. Durant dix ans, il poursuit sa carrière d'acteur, travaillant alternativement pour la télévision et le cinéma. Le désir de passer à la mise en scène sur un long-métrage lui trotte dans la tête et il décide de passer le cap, faisant appel à un casting artistique et technique entre la France et le Portugal.

Dans un immeuble parisien d'un quartier chic, la concierge Maria est très occupée. Tous les matins, sa journée commence par la préparation des repas pour sa famille qui part travailler. Son mari est maçon, sa fille aînée avocate et son fils lycéen dans un établissement huppé de la capitale. Le reste de sa matinée se déroule sans interruption, entre la distribution du courrier, les enfants du couple de voisins qu'elle accompagne à l'école, le repassage, le ménage des parties communes et surtout Mme Richet, qui l'accapare pour tout et n'importe quoi, et en particulier le concours des plus belles cour d'immeuble qu'elle compte gagner avec l'aide de sa concierge. Sa sœur et sa meilleure amie l'interrompent à point nommé pour faire une pause, faisant bien comprendre à la dame acariâtre que Maria n'est pas à sa disposition.

Là où La cage dorée étonne, c'est que le film n'a pas d'histoire. Lorsqu'on regarde les premières scènes, on se dit que le réalisateur et ses scénaristes ne parviendront jamais à tenir. L'enjeu est quasi inexistant : un couple hérite d'une situation à l'étranger, so what, ils vont déménager et s'arrêter de travailler. Sauf que le long-métrage tient ses promesses tout du long, et d'une façon très habile. En fait, ce tout petit élément d'intrigue déclenche une série de réactions en chaîne que les protagonistes ne vont pas forcément, voire pas du tout maîtriser. C'est l'essence même de la comédie de situation, où les personnages et leurs actions vont mener le film à sa conclusion. La construction du récit n'apparaît donc pas structurée au premier abord, mais au final on se rend compte que tous les éléments s'enchaînent parfaitement.

Les dialogues fusent dans La cage dorée, qui passe d'un instant à l'autre de l'humour à l'émotion. Une réplique décochée au débotté permet de cerner un peu mieux un personnage, que l'on regarde alors d'une toute autre manière. Les situations rocambolesques se multiplient, jouant avec finesse sur les clichés, prenant le spectateur à rebrousse poil. Ruben Alves utilise les poncifs pour s'en jouer, et parvient à analyser avec recul à la fois son milieu familial et celui dans lequel il a évolué. Il peut compter sur un casting hors pair, composé d'acteurs et d'actrices qui ont l'air de s'amuser franchement. On retiendra, au-delà des premiers rôles excellents, une Chantal Lauby toujours aussi drôle et touchante dans la naïveté de son personnage. Une comédie pleine d'entrain, plus profonde qu'elle n'en a l'air, et dont l'humour fait mouche, assurément.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

D&D 30/06/2013 21:24


Salut monsieur,


Me suis bien amusé aussi avec Chantal Lauby. Billet idéal en tout cas pour te passer le bonjour depuis le Portugal ;-)

Neil 03/07/2013 10:02



Bonjour monsieur, oui le film est vraiment plaisant. Tu prends tes quartiers d'été au pays, chanceux... :)



Haut de page