Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La conquête (2011) Xavier Durringer

par Neil 27 Mai 2011, 05:26 2010's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 18 mai 2011
Genre : accession au pouvoir
Durée : 1h45
Scénario : Patrick Rotman
Image : Gilles Porte
Musique :Nicola Piovani
Avec Denis Podalydès (Nicolas Sarkozy), Florence Pernel (Cécilia Sarkozy), Bernard Le Coq (Jacques Chirac), Michèle Moretti (Bernadette Chirac), Hippolyte Girardot (Claude Guéant), Saida Jawad (Rachida Dati), Samuel Labarthe (Dominique de Villepin)…

Synopsis : 6 mai 2007, second tour de l'élection présidentielle. Alors que les Français s’apprêtent à élire leur nouveau Président, Nicolas Sarkozy, sûr de sa victoire, reste cloîtré chez lui, en peignoir, sombre et abattu. Toute la journée, il cherche à joindre Cécilia qui le fuit. Les cinq années qui viennent de s'écouler défilent. (allocine)

Mon avis : Les arcanes du pouvoir et leurs petites histoires

Le pitch de La conquête était peut-être prometteur pour les journalistes et pour les acteurs qui ont vécu cette histoire là. Seulement on peut se demander si cette petite portion très récente de l’Histoire méritait d’en faire un long-métrage. Alors bien sûr il est important que la France ait la capacité elle aussi de s’interroger sur son passé, mais faut-il que le thème évoqué ait de l‘intérêt, et il y en a une flopée, ne serait-ce que certains sous-thèmes se trouvant à l’intérieur de La conquête. Mais la trame principale du film, l’accession au pouvoir d’un homme, fut-il président, reste tout de même de l’ordre l’anecdotique, même s’il vit en parallèle des tourments personnels.

Le matin de l‘élection présidentielle de mai 2007, Nicolas Sarkozy écoute chez lui les journaux radiophoniques. Il essaye en vain de joindre sa femme Cécilia, et se remémore les cinq années qui viennent de s’écouler. Tout commence en 2002, lorsqu’il est nommé ministre de l’Intérieur par Jacques Chirac, nouvellement élu Président. Déçu de ne pas avoir décroché le poste de Premier ministre, il raille Jean-Pierre Raffarin et a des relations houleuses avec son homologue au ministère des Affaires Étrangères, Dominique de Villepin. Sa femme Cécilia le soutien dans toutes ses décision et l’accompagne quotidiennement, lui donnant des conseils judicieux en vue de sa prochaine candidature à la Présidence de la République.

Le name dropping est la marque de fabrique de La conquête. On nous parle d’un ministre ambitieux, d’un président sarcastique, d’une femme de pouvoir lassée. Malgré la première phrase du film, protégeant les auteurs, on sait bien que tous ces personnages sont réels et que ce qu’ils ont vécu est peu ou prou arrivé. Ce sont des faits qui sont connus de tous, on n’apprend rien, ce sont des faits établis. On s’amuse bien sûr des nombreuses vacheries qui émaillent le film, mais encore une fois on les avait déjà entendues ailleurs, elles sont juste à peu près contextualisées.

Tout ça apparait donc comme du folklore, un univers qui nous est en apparence familier même si on est tous loin de ces cercles de pouvoir. Et malheureusement La conquête s‘arrête là dans ses ambitions, ne cherchant aucunement à avoir des prétentions artistiques. La mise en scène est inexistante, la majorité des scènes égrenant platement des champs/contrechamps. Le scénario est bâclé, on passe aussi rapidement sur une affaire d’état que sur un contexte social bouillant ou sur un aller-retour affectif lassant, tout ça grâce à des flashbacks grossiers.

La performance des acteurs est difficilement appréciable, étant donné qu’on a en tête à la fois les originaux et les caricatures. Bernard Le Coq a peut-être plus su donner du caractère à son personnage (et notons l’admirable performance de Michèle Moretti en Bernadette). À part ça, La conquête, pas plus que son personnage principal, ne rend pas honneur à la politique, vue comme une succession de coups bas et de communication. Il ne rend pas plus honneur au cinéma.


Ma note : °

La conquête (2011) Xavier Durringer
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 28/07/2011 01:41



Décidément, je crois que personne ne le sauve celui-là, et je vais continuer à me l'épargner !



Neil 28/07/2011 15:35



Heu... non, je crains de ne pas avoir vu un article positif sur le film en fait...



Jérémy 03/06/2011 22:12



Tout à fait d'accord. L'effet guignolesque est intéressant et plein d'ironie. Les acteurs sont très bons.


Reste que la mise en scène est assez statique, et le résultant peu progressif tout de même.



Neil 04/06/2011 00:19



Oui, l'effet guigolesque est amusant vite fait mais bon on l'a tous les soirs vers 20h donc je ne vois pas trop le plus cinématographique...



Chris 30/05/2011 23:03



D'accord avec toi, j'ai trouvé le film insipide et vain.



Neil 31/05/2011 22:46



Tout le monde s'accorde d'ailleurs sur la faiblesse du film



Haut de page