Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Last summer (2013) Mark Thiedeman

par Neil 14 Janvier 2014, 06:41 Avant-Première

Last_Summer.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie : 2014
Durée : 1h13
Genre : adolescents amoureux
Scénario : Mark Thiedeman
Image : David Goodman
Avec Samuel Pettit (Luke), Sean Rose (Jonah), Deb Lewis (le professeur), Robert R. Sullivan (la mère de Jonah), Byron Taylor (le père de Luke)...


Résumé: dernier été, le dernier de l'amour entre Luke et Jonah, deux adolescents du Sud américain que la vie s'apprête à séparer. À la fin de l'été, lorsqu'il faudra ranger les vélos et dire au revoir aux jeux dans la rivière, les deux garçons prendront des chemins différents.

Mon avis : que sera notre amour devenu ?

Nous avons à faire avec Last summer au premier long-métrage de Mark Thiedeman, réalisateur qui n’avait jusque là réalisé que des court-métrages. À voir leur sujet, certains d’entre eux ne paraissent sur le papier d’ailleurs pas inintéressants. Passons sur le premier, The scoundrel, qui raconte les mésaventures d’un provincial qui arrive à New-York plein d’espoir et se retrouve avec un paquet de désillusions. Le deuxième a l’air déjà plus intéressant : A christian boy raconte comment un adolescent tombe amoureux d’un homme qu’il croise dans la rue et qui ressemble à Jésus. Celui d’après, Cain and Abel, reste sur la même thématique en revisitant l’épisode biblique. Bref, acclamé un peu partout pour son esthétique prononcé, le réalisateur semble se faire un place de choix dans le monde merveilleux du cinéma indépendant américain.

Avant de mourir, la mère de Luke lui disait qu'il n'était pas attardé, mais qu’il mettait juste plus de temps que les autres à faire ses devoirs. Lors d'une session de cours d'été, sa professeur essaye d'en savoir un peu plus sur lui afin de pouvoir l'aider. Luke lui apprend qu'en dehors de l'école il y a principalement Jonah, son petit ami, qu'il connaît depuis l'âge de quatre ans. Les parents des deux garçons sont au courant de leur relation et ça n'a pas l'air d'être un problème pour eux. Malheureusement, Jonah doit partir à la fin de l'été pour l'université, loin de leur sud natal. Luke se résigne à la quitter, et il ne sait pas trop ce qu'il fera plus tard, il se débrouille cela dit assez bien en sport, ce qui est un avantage. Après cette réunion, Luke va retrouver son amoureux et ils traînent ensemble, complices.

On va peut-être vous dire que Last summer fait penser à du Gus Van Sant. Grave erreur : il ne suffit pas de filmer une histoire d'amour d'adolescents entre deux plans fixes avec une esthétique prononcée et quelques touches de musique classique pour pouvoir se comparer au réalisateur d'Elephant. Pourtant tout y est : l'Amérique profonde, l'évanescence des êtres, l'ennui profond sublimé par quelques réflexions pseudo philosophiques. Justement, c'est là le piège dans lequel tombe Mark Thiedeman, qui dans son cliché ne réussira à décrocher que quelques polis encouragements de la part de personnes qui se veulent branchées car elles citent deux ou trois poncifs sur l'art et sur l'esthétisme. Or on a déjà vu ces images là des dizaines de fois, souvent amenées de façon plus pertinente.

Certes, la photographie de Last summer est bien léchée. Certes, le film possède une identité visuelle bien à lui. Certes, la direction artistique et la mise en scène sont maîtrisées. Mais le film ne raconte rien, si ce n'est les états d'âme de deux adolescents amoureux qui vont devoir se séparer. Le passage de l'adolescence à la vie d'adultes, l'amour fou, éternel, qui transcende le quotidien c'est bien beau mais ça ne tient pas en soit sur un long-métrage, en tout cas pas sur celui-ci. Et pourtant les vingt premières minutes du film sont bonnes, on nous y présente très bien
l'intrigue et les personnages (campés par des acteurs choupinous à souhait) tandis qu'avec une poésie certaine le réalisateur nous montre ce bel amour. Mais ça aurait en rester au stade de court-métrage : après il ne fait que répéter à l'envi ce que l'on sait déjà, sans rien apporter de nouveau ni développer d'autre sujet.

Ma note : °

commentaires

Haut de page