Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le fil (2008) Mehdi Ben Attia

par Neil 26 Mars 2019, 03:42 2000's

Fiche technique
Film franco-belge
Date de sortie : 12 mai 2010
Genre : coming-out à l’orientale
Durée : 1h33
Scénario : Mehdi Ben Attia et Olivier Laneurie
Photographie : Sofian El Fani
Musique : Karol Beffa
Avec Antonin Sthaly (Malik), Claudia Cardinale (Sara), Salim Kechiouche (Bilal), Ramla Ayari (Syrine), Anissa B’Diri (Aida), Abir Bennani (Leila)…

Synopsis : De retour en Tunisie, après la mort de son père, Malik, la trentaine, doit à nouveau vivre chez sa mère. Il voudrait lui dire qu'il aime les hommes, mais il n'y arrive pas et s'enfonce dans ses mensonges. Lorsqu'il rencontre Bilal, tout devient possible : le jeune architecte, son amant et sa mère s'affranchissent des interdits pour embrasser pleinement la vie... (Allociné)

Mon avis : La mère, le fils et le saint épris

Gageons que Mehdi Ben Attia a dû avoir du mal à monter Le fil. D‘ailleurs le film n‘est pas sorti en Tunisie,  pays dans lequel il se passe, et a même failli ne pas se tourner. Il a fallu l’intervention de Claudia Cardinale, icône dans son pays (et dans lequel elle n’avait pourtant jamais tourné), pour que le film puisse se faire. Et pourtant Mehdi Ben Attia n’est pas un inconnu : scénariste pour André Téchiné et pour la télévision, il bénéficie d’une certaine notoriété. Oui mais voilà, son film parle d’homosexualité dans un pays où les tabous sont encore tenaces. Et ça gêne donc les autorités locales.

Malik a, on le suppose, peut connu la Tunisie avant d‘y revenir dans sa jeune trentaine, ou en tout cas ça fait longtemps qu’il vit en France. Quelques mois après la mort de son père, il décide de revenir auprès de sa mère pour faire sa carrière dans son pays d’origine. Dès le premier soir, il échoue dans sa tentative de faire son coming-out à sa mère, et il se rend bien vite compte qu’elle risque de ne pas être réceptive. Dès le premier soir aussi il tombe sous le charme de Bilal, le jeune homme qui vient aider sa mère. Le jeune homme accomplit quelques menues tâches en échange d’un endroit où crécher.

Autant le dire tout de suite, on peut se sentir très proche de ce personnage, tiraillé entre sa famille et son identité. Malik a grandi dans une famille chrétienne d’Orient et aisée, avec ses tantes excentriques et malgré tout sympathiques. Il se sent toutefois en décalage avec ce passé familial, à la fois redevable et coupable, à l’image de ce fil psychologique qu’il ne cesse de vouloir démêler. C’est cet aspect psychologique, traité dans Le fil de façon très légère par la mise en scène, est assez intéressant. Le caractère de la mère aussi est très bien dépeint par Mehdi Ben Attia : c’est une mamma à l’orientale, pleine d’amour et pourtant possessive, à la fois intraitable et terriblement généreuse.

Alors oui, Le fil possède de nombreux atouts mais aussi des défauts. Tout d’abord la mise en scène qui est gentillette, un peu désuète et qui manque un peu d’emphase. Le jeu des acteurs aussi ne m’a pas convaincu : on les sent pas vraiment à l’aise, gauches et récitant leur texte sans enthousiasme. On a pu voir Claudia Cardinale en meilleure forme. Reste la révélation qu’est Antonin Stahly, très bel éphèbe avec un réel potentiel. Mais qu’importe ces défauts, le film est très intéressant (surtout sa deuxième partie) et possède des scènes fortes et pleines d’émotion. Le fil est important, ne serait-ce que pour son symbole, et il nous raconte une fraîche histoire d’amour donc ne faisons pas la fine bouche.

Ma note : ***

Le fil (2008) Mehdi Ben Attia
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page