Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le gamin au vélo (2011) Jean-Pierre et Luc Dardenne

par Neil 23 Mai 2011, 05:19 2010's

Fiche technique
Film belge
Date de sortie : 18 mai 2011
Genre : garçon paumé
Durée : 1h27
Scénario : Jean-Pierre et Luc Dardenne
Image : Alain Marcoen
Avec Thomas Doret (Cyril Catoul), Cécile de France (Samantha), Jérémie Rénier (Guy Catoul), Olivier Gourmet (Le patron du bistrot), Fabrizio Rongione (Le libraire), Egon Di Mateo (Wes)…

Synopsis : Cyril, bientôt 12 ans, n'a qu'une idée en tête : retrouver son père qui l'a placé provisoirement dans un foyer pour enfants. Il rencontre par hasard Samantha, qui tient un salon de coiffure et qui accepte de l'accueillir chez elle pendant les week-ends. Mais Cyril ne voit pas encore l'amour que Samantha lui porte. (allocine)

Mon avis : Je (ne) suis (pas) là pour être aimé

C‘est pas moi, m‘sieur l‘agent, j‘ai rien fait : si je suis allé voir Le gamin au vélo c‘est la faute à Chris et à son festival de mes deux de printemps. Moi je voulais pas le voir, d’abord, j‘aime pas les frères Dardenne et leur cinéma. Oui bon je sais, je suis sectaire, j’y allais avec plein d’a priori. Mais faut dire que le cinéma social à la Rosetta ça va un moment mais quinze ans plus tard faudrait songer à changer de crèmerie. Et puis bon ça va quoi, tout le monde fait du social maintenant, leur cinéma épuré il est plus novateur depuis belle lurette. Quoi, il est présenté au Festival de Cannes ? Oui ben ça le choix des sélectionneurs, ma bonne dame… vous savez bien en plus qu’ils aiment bien les quotas (en l’occurrence de belges).

Quand il essaye d‘appeler son père, Cyril se rend compte que le numéro n‘est plus attribué. De son foyer, son éducateur essaye bien de lui faire comprendre que son paternel s’est fait la malle mais y a rien à faire, le gamin veut pas croire qu’il l’a laissé sans laisser d’adresse. Têtu comme une mule, il décide de faire le mur pour aller chez son père et au moins récupérer son vélo, à défaut de pouvoir lui parler. Et là rebelote : il sonne chez lui et papounet est parti. Quand son éducateur vient le chercher, il se réfugie dans un cabinet médical et bouscule une pauvre petite dame qui avait rien demandé à personne. Mais v’là-t-y pas qu’elle se prend d’affection pour le gnome.

Dès le début les failles dans le scénario du Gamin au vélo m‘ont gonflé. Elle est bien gentille la Samantha, mais elle ne connaît ni d’Eve ni d’Adam ce petit gosse et quand elle apprend qu’il est en foyer elle décide de l’accueillir chez elle, comme ça. Pire, ce n’est que quand Cyril lui demande de but en blanc si il peut pas venir squatter le week-end qu’elle dit oui, pourquoi pas, ça pourrait être sympa. Si je ne m’abuse il y a des centaines de couples qui voudraient adopter mais qui attendent des lustres avant d’avoir un avis favorable.

Et puis c’est une décision qui se réfléchit, on se réveille pas un matin en se disant tiens, si je me récupérais un enfant. Alors peut-être que Samantha en voulait un depuis longtemps mais purée faut le dire les gars, on balance pas ça comme si on était dans l’intimité du personnage qu’on vient juste de rencontrer. En même temps cette absence d’explications est également un atout dans Le gamin au vélo. Aucune psychologie ni surinterprétation des faits. Ils nous sont fournis bruts de décoffrage, à nous de nous débrouiller avec.

Par contre les personnages ne sont pas très finement esquissés : le gamin est une tête à claque qu’on a, soyons honnête, la plupart du temps envie de baffer. Samantha, au contraire, est trop bonne pour être honnête ; alors soit c’est le prototype de la mère courage universelle soit elle manque totalement de discernement. À part ça, Le gamin au vélo est propre est bien cadré, fluide dans sa mise en scène. Seulement c’est un peu court, jeunes hommes, a-t-on envie de dire aux frères Dardenne ; en d’autres mots : tout ça pour ça.


Ma note : *

Le gamin au vélo (2011) Jean-Pierre et Luc Dardenne
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

drag 26/12/2014 11:23

D'un côté j'ai trouvé cette paternité de substitution auprès d'une femme assez attachante et émouvante, mais d'un autre côté je n'ai pas réussi du tout m'attacher au petit Cyril, il m'a un peu voir beaucoup tapé sur les nerfs...donc mitigé ;-)

neil 04/01/2015 10:29

Je suis assez d'accord, le caractère du gamin ne facilite pas l'empathie

dasola 27/05/2011 17:19



Bonjour Neil, ah je suis contente que tu trouve Cyril, tête à claques. Ce garçon m'a beaucoup crispée et j'ai trouvé aussi des failles dans le scénario car tout nous est imposé. Le but est que le
film se termine sur une note d'espoir: pourquoi pas? Mais, bon/bof. Bonne après-midi.



Neil 27/05/2011 22:37



Tiens donc, un autre avis un peu divergent de la majorité des critiques. Comme quoi je ne suis pas le seul... même si le film n'est pas mauvais en soi. Bonne soirée, Dasola



Marcozeblog 26/05/2011 17:31



Alors là, tu me tues Neil . J'ai adoré ce film. Vrai, brut, sans chichi. Pas d'autres arguments à part sur mon blog à partir de demain matin .



Neil 26/05/2011 21:36



Oui c'est drôle. Pourtant j'aime beaucoup les films néo-réalistes des années 50, dont les frères Dardenne, et ce film en particulier, sont à priori en droite lignée...



Squizzz 24/05/2011 23:25



Quatre étoiles pour ta critique ! Carrément d'accord. Et je comprends complétement qu'on puisse pas avoir envie de voir
un film des frères Dardenne, d'ailleurs moi, avant "La Gamin au vélo", ben j'avais pas eu envie, donc j'en avais vu aucun (bouh c'est pas bien !).



Neil 26/05/2011 21:32



Bah merci, mon article est un peu partisant mais bon, ça arrive...



Eeguab 24/05/2011 21:00



Les trois ou quatre films des frères Dardenne que j'ai vus m'ont plu.Je n'ai pas vu Le gamin au vélo.Mais je trouve très bien qu'on ne soit pas forcément d'accord avec
leur cinéma.On a tout à fait le droit de ne guère le goûter.



Neil 24/05/2011 21:48



Je ne prétends pas bien connaître leur filmo. De ceux que j'ai vu c'est peut-être Le silence de Lorna qui m'avait le plus touché, et ce n'est pas le plus représentatif de leur
cinéma me semble-t-il. Mais bon, je me suis tout de même permis de réévaluer la note de ce Gamin au vélo après coup : même si je n'y ai pas été sensible, je ne peux nier que le
film possède des qualités artistiques certaines.



Vincent 23/05/2011 13:40



T'es fou toi, c'est un putain de grand film ce Dardenne-ci, plein de mini-révolution (musique pour la première fois, incursion d'une "star" dans leur paysage, volonté d'être plus solaire, trouver
un optimisme dans leur cinéma). "Tout ça pour ça", tout ça pour un Grand Prix oui plutôt.



Neil 24/05/2011 21:46



Ouais je suis un ouf malade. Et j'entends bien tes arguments. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé les incursions musicales. Mais le film m'a semblé lourd, malgré son côté "solaire"...



Haut de page