Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le loup de Wall Street (2013) Martin Scorsese

par Neil 22 Janvier 2014, 06:13 En salles

Loup_Wall.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie : 25 décembre 2013

Durée : 2h59
Genre : orgie financière
Scénario : Terence Winter, d'après l’œuvre de Jordan Belfort
Image : Rodrigo Prieto
Musique : Howard Shore
Avec Leonardo DiCaprio (Jordan Belfort), Margot Robbie (Naomi Lapaglia), Jonah Hill (Donnie Azoff), Joanna Lumley (Tante Emma), Matthew McConaughey (Mark Hanna), Christine Ebersole (Leah Belfort)...

Résumé
: l’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez. (allocine)

Mon avis
: I hate America

C'est une autobiographie qui inspira Le loup de Wall Street, celle de l'ancien courtier Jordan Belfort. Au début des années 2000, il passe presque deux ans en prison pour diverses malversations financières, et en sort avec sa propre histoire, qu'il a écrite durant ce temps. Une fois le livre publié, une guerre se mène à Hollywood, en particulier entre Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, pour obtenir les droits de son adaptation. C'est le premier qui gagne, avec à la clé la promesse que Martin Scorsese sera aux commandes pour la mettre en scène. La grève des scénaristes de La Mecque du cinéma, en 2007, retarde un temps le film qui sortira finalement en France le jour de Noël, un cadeau pour de nombreux cinéphiles attendant le dernier Scorses comme le Messie.

De sa plate-forme de courtage où un lancer de nains est en train de se produire, Jordan Belfort nous raconte les débuts de sa vie professionnelle, après avoir énuméré le nombre de substances auxquelles il est accro. C'est à l'âge de 21 ans que le jeune homme arrive à Wall Street pour son premier emploi. Il se voit accueilli par Mark Hanna, qui lui fait un speech blasé et l'invite à déjeuner. Dans un restaurant de luxe au top d'un gratte-ciel, il lui raconte, entre deux rails de coke et plusieurs verres d'alcool, tout ce qu'il doit savoir. Pour résumer, seul le profit personnel compte, l'argent est le seul bute qu'il faille rechercher et en plus de la drogue, la seule façon de survivre dans un monde comme la bourse est de se branler le plus souvent possible : la pression est telle que rien ne vaut une bonne décharge de sperme pour se défouler.

Ce que nous raconte Le loup de Wall Street, c'est l'histoire d'un trou du cul. Un mec qui baise toutes les chattes qu'il peut, un type qui sniffe de la dope à longueur de journée. Durant trois heures interminables, le film ne fait qu’enchaîner scène après scène nous montrant la vie quotidienne de ce petit con qui ne jure que par l'argent. Et Martin Scorsese de recommencer à l'envi le même schéma jusqu'à nous donner la nausée. C'est son but, que l'on devine dès le premier quart d'heure : ne nous faire ressentir que du dégoût envers les personnages qui s'agitent inutilement devant l'écran. Et il le réussit magistralement, à l'aide d'une mise en scène impeccable et un très bon casting, d'un DiCaprio survitaminé aux seconds rôles excellents, tels la magnifique Joanna Lumley. On ne peut toutefois s'empêcher de se demander quel est le but de tout ça.

Bien sûr Le loup de Wall Street nous met en image la déliquescence d'un monde qui court à sa perte. Le pire dans tout ça étant que bien entendu personne ne tire aucune leçon de ce qui arrive, et que les choses ne feront que se répéter encore et encore. Mais on n'a pas besoin d'être fou pour soigner les fous, autrement dit on peut se demander si le réalisateur se devait d'adopter cette absence de recul pour raconter cette histoire pathétique. C'est le syndrome The social network, où une mise en scène virtuose et un flot ininterrompu de dialogues ne fait que mettre en avant le vide du scénario. Ici les partouzes, les culs et les liasses de dollars ne font que signifier l'inutilité du rêve américain, perverti par une bande de petits connards. Ce n'est que le reflet de notre société actuelle, sans relief et sans but. Une toupie qui tourne et ne s'arrête jamais, entraînant dans sa chute tout ce qu'elle touche, y compris le cinéma.


Ma note : °

commentaires

Leo M 09/12/2014 16:07

À mon avis, c’est l’un des plus grands films de Martin Scorsese, car cette projection est tout simplement géniale.

neil 10/12/2014 08:19

J'ai vraiment eu beaucoup de mal en le voyant, et même en le revoyant plus tard je n'ai pas plus adhéré...

Film Streaming 25/04/2014 14:51

D'abord merci pour ton avis très unique je te partage le même avis, le loup de wall street est énorme ;)

neil 30/04/2014 17:49

Beaucoup l'ont trouvé très bon en tout cas...

D&D 22/02/2014 12:13


Ah, je crois que je ne le vois pas comme toi, mais j'ai besoin de le revoir, ce n'est pas tout à fait ma tasse de thé. Je te relirai aprè revoyure.

Neil 22/02/2014 13:00



Déjà avons-nous tous deux un avis mitigé sur le film. Ou pas ? Pourtant il a été encensé...



Camélia 28/01/2014 12:37


Allélujah !!! Enfin quelqu'un de sensé ;-) J'ai pensé tout pareil. J'ai trouvé qu'en rachetant les droits de ce bouquin et en en faisant un film c'était rajouté une couche de dégueuli sur une
montagne de déchets ( j'exahère à peine ). C'est trouvé ça très sale et ça m'a fort gênée

Neil 02/02/2014 17:11



Ah ben moi aussi je suis rassuré de voir que je ne suis pas seul à penser ça :). C'est vrai que je n'avais pas pensé à ces histoires de droit d'auteur. bref, très oubliable.



mymp 26/01/2014 12:21


Comment tu y vas ! Tout n'est quand même pas à chier dans le film (déjà je ne me suis pas emmerdé pendant 3h), mais je suis d'accord sur le fond : c'est vide, convenu et déjà vu.

Neil 26/01/2014 19:55



Il suffit pas de ne pas s'emmerder pendant un film pour le trouver bon. En l'occurence, le fait qu'il soit vide, convenu et déjà-vu me suffit : j'en ai marre de me fader toujours les mêmes films.



dasola 23/01/2014 10:00


Bonjour Neil, j'ai été un peu moins virulente que toi mais c'est un film qu'on voit une fois et pas plus. Bonne journée.

Neil 23/01/2014 17:12



Bonjour Dasola, je suis donc rassuré de ne pas être le seul à ne pas avoir adhéré avec le film. Bonne journée



robin 22/01/2014 20:25


tu dois te sentir bien seul au milieu des autres critiques ! :)

Neil 23/01/2014 17:12



Bah oui et non : certains grands noms de la critique (papier) ont également descendu le film. Ce qui n'est pas forcément une référence mais quand même...



Haut de page