Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le premier qui l’a dit (2010) Ferzan Ozpetek

par Neil 31 Juillet 2010, 00:01 2010's

Premier_Dit.jpg
Fiche technique
Film italien
Date de sortie : 21 juillet 2010
Genre : identité assumée
Durée : 1h50
Scénario : Ivan Cotroneo
Photographie : Maurizio Calvesi
Musique : Pasquale Catalno
Avec Riccardo Scamarcio (Tommaso Cantone), Nicole Grimaudo (Alba), Alessandro Preziosi (Antonio Cantone), Lunetta Savino (Stefania), Ennio Fantastichini (Vincenzo Cantone), Ilaria Occhini (La grand-mère), Carmine Recano (Marco)…

Synopsis : Grande réunion chez les Cantone, illustre famille de Lecce dans les Pouilles, propriétaire d'une célèbre fabrique de pâtes. Tommaso, le benjamin, veut profiter du dîner pour révéler à tous son homosexualité. Mais alors qu'il s'apprête à prendre la parole, Antonio, son frère aîné, promis à la tête de l'usine, le précède pour faire… la même révélation.... Allociné)

Mon avis : Secrets de famille bien gardés et mise au point salvatrice

D’origine turque, Ferzan Ozpetek n’en est pas à son premier long-métrage. En 1998 il sortait Hammam, film qui avait bénéficié d‘un certain bouche à oreille assez favorable. Les quatre films qu‘il sortira après aborderont également plus ou moins directement la thématique de l‘homosexualité. Ouvertement homosexuel, le réalisateur ne veut toutefois pas se réduire à une simple icône gay. Son dernier film en date, Le premier qui l’a dit, aborde de front la thématique du coming-out dans un milieu à priori pas très favorable à l’idée, le sud de l’Italie.

Tommaso habite à Rome avec son compagnon Marco. Il vient en vacances près de Lecce dans la maison familiale. Lors du dîner, son père aimerait discuter de l’avenir de l’entreprise familiale de pâtes ; c’est à cette occasion que Tommaso aimerait avouer à tout le monde qu’il est gay et accessoirement qu’il n’a pas fait d’études d’économie mais de lettres. Il fait au préalable part de son intention à son frère Antonio, qui va le prendre de court : c’est lui qui va faire son coming-out lors du dîner. Leur père renie Antonio et se retrouve à l’hôpital à cause d’une crise cardiaque. Coincé, Tommaso doit ronger son frein et faire encore semblant ; oui, mais pour combien de temps ?

C‘est une petite comédie bien sympatique que nous offre Ferzan Ozpetek. Le sujet est moult fois rabâché et ne devrait aujourd’hui plus faire de vagues. Seulement, comme le dit un des personnage du film, on est en 2010, plus en 2000, et le contexte politique italien a sacrément changé rien qu’en dix ans. Le premier qui l’a dit n’est pourtant pas un film revendicateur : c’est une comédie qui s’assume et qui n’aspire à priori qu’à la légèreté. Il suffit de voir les meilleures scènes du film, lorsque les amis de Tommaso arrivent de Rome pour passer des vacances dans les Pouilles, pour s’en rendre compte.

Le film ne manque pourtant pas de défauts. La mise en scène en fait un peu trop avec ses mouvements de caméra trop visibles pour être honnêtes, le secret de la grand-mère est trop lourdement souligné, certains personnages frisent parfois la caricature… et pourtant Le premier qui l’a dit respire la fraîcheur et l’on en sort égayé. C’est d’une part dû aux acteurs principaux, beaux et tout à fait crédibles dans leurs rôles. Riccardo Scamarcio, qu’on a pu voir dans Nos meilleures années et dans Romanzo criminale, est très touchant et exprime parfaitement les doutes qui assaillent son personnage partagé entre sa vie personnelle et son respect envers les traditions familiales. Nicole Grimaudo est tout à fait charmante ; nul doute qu’on la retrouvera bientôt dans d’autres films transalpins. Le tout transpire l’Italie et la douceur de vivre, le soleil et la bonne chère. Un bon moment à partager.

Ma note : 7,5/10

commentaires

Haut de page