Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le tribunal des âmes (2011) Donato Carrisi

par Neil 21 Décembre 2013, 06:11 Bouquins

 

Tribunal_Ames.jpgFiche technique
Roman italien
Titre original : Il tribunale delle anime
Date de parution : mars 2012
Genre : enquête occulte
458 pages
Édité chez Calmann-Lévy


4ème de couverture : Rome. Sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables. Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée.

Mon avis: abondance de rebondissements nuit au thriller

Pour son deuxième roman, Le tribunal des âmes, l’auteur transalpin Donato Carrisi est allé cherché l’inspiration du côté du Vatican. La trame de son roman tourne autour de la Pénitencerie apostolique, tribunal catholique qui accueille les confessions des pèlerins et s’occupe des indulgences. L’auteur s’en inspire dans l’incarnation de plusieurs de ses personnages, des pénitenciers auxquels il octroie des fonctions d’enquêteurs spéciaux. Ils sont chargés de résoudre les crimes non élucidés par la police, en s’inspirant des confessions reçues sous le sceau du secret. Ils sont bien entendu tenus par la confidentialité et doivent diriger très discrètement leurs résultats vers les autorités, sans se faire connaître par quiconque. Le tout se déroule dans les endroits sacrés de Rome, se qui confère à l’enquête un caractère un peu occulte.

Une ambulance a été appelée dans un quartier de la banlieue de Rome un soir pour une urgence. En entrant dans la villa, Monica et son collègue découvrent un corps inanimé. En le mettant torse nu, ils remarquent deux mots écrits sur son thorax : « Tue-moi ». Ils tentent tout de même un massage cardiaque quand soudain un objet retient leur attention : il s’agit d’un patin à roulettes rouge avec des sangles dorés. Le même que la sœur jumelle de Monica portait quand elle a été trouvée égorgée il y a plus de vingt ans. Le lendemain matin, deux hommes se retrouvent dans un café dans le centre-ville. Clemente propose à Marcus un nouveau contrat, il s’agit de retrouver une jeune femme disparue du nom de Laura. Du jour au lendemain, personne n’a eu de nouvelles d’elle et la police penche pour une fugue. Or le jour de sa disparition sa porte était fermée de l’intérieur.

Deux intrigues parallèles sont narrées dans Le tribunal des âmes. D’un côté, une photographe qui travaille pour la police scientifique cherche à résoudre le mystère de la mort de son époux. De l’autre un mystérieux homme d’église fait tout pour garder l’anonymat sur ses activités d’investigateur. Et il faut attendre le dernier quart du roman pour que les deux pans de l’histoire se rejoignent péniblement, alors qu’ils travaillaient tous deux grosso modo sur les mêmes champ d’étude. Donato Carrisi y ajoute la course poursuite de deux hommes énigmatiques dans le passé, qu’on sent reliés aux personnages mais seules les dernières lignes nous expliquent comment. Tout cet imbroglio, au lieu de titiller notre curiosité, finit par nous lasser : on se fiche finalement pas mal du devenir de ces protagonistes qui pourtant ne manquent pas de chair.

On ne compte pas le nombre de péripéties qui s’enchaînent dans Le tribunal des âmes. Certes l’intérêt d lecteur est sans cesse renouvelé, mais à force d’engrener les twists, l’intrigue perd le sens de la hiérarchie. On ne sait plus qu’est-ce qui est important ou pas, et on finit par ne plus savoir si certains des personnages secondaires appartiennent au présent ou au passé, s’ils sont vivant ou mort et en quoi la résolution de leur crime éventuel fait avancer l’intrigue. L’ajout de cet imbroglio religieux qui lorgne vers le thriller à la Dan Brown mais pas trop quand même ne fait qu’épaissir la clarté de la narration, et la romance téléphonée n’arrange rien à l’affaire. Pourtant sur le papier le résumé donne plutôt envie d’aimer le roman, et la description méticuleuse de la géographie romaine est passionnante. Le reste s’enfonce un peu trop dans les méandres de son récit confus.


Ma note : *

commentaires

dasola 27/12/2013 14:15


Bonjour Neil, autant le Chuchoteur était très bien, autant ce roman ci m'a beaucoup déçu et l'histoire est abracadabrantesque. Je n'ai pas rédigé de billet sur ce roman. En revanche, je vais lire
l'Ecorchée, la suite du Chuchoteur. Bonne après-midi et bonne fête de fin d'année.

Neil 29/12/2013 10:23



Bonjour Dasola, je suis rassuré de voir que tu partages mon point de vue sur ce livre. Bonne journée à toi, et joyeux réveillon.



Haut de page