Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le voyage de Lucia (2011) Stefano Pasetto

par Neil 30 Juillet 2011, 05:55 2010's

Fiche technique
Film italien
Date de sortie : 3 août 2011
Titre original : La Llamada
Genre : destins croisés
Durée : 1h32
Scénario : Veronica Cascelli
Image : Guillermo « Bill » Nieto
Musique : Andrea Farri
Avec Sandra Ceccarelli (Lucia), Cesar Bordon (Bruno), Francesca Inaudi (Lea), Guillermo Pfening (Marco), Hilda Bernard (Mathilde), Arturo Goetz (Docteur Rauch)…

Synopsis : À Buenos Aires, Lucia et Lea, deux femmes que tout sépare, vivent une amitié qui les emmènera jusqu’en Patagonie, loin des hommes et de leurs certitudes.

Mon avis : Qui arrête les colombes en plein vol, à deux, au ras du sol

Présenté au Festival de Toronto en septembre 2010, Le voyage de Lucia est le deuxième long-métrage de Stefano Pasetto. Le réalisateur italien a voulu raconter l’histoire de deux femmes en grande partie parce que la condition féminine est aujourd’hui un sujet éminemment sensible dans son pays d’origine. C’est sans doute également pour ça - et pour des raisons artistiques amplement méritées vues les superbes paysages qui nous sont présentés - qu’il a désiré tourner son film en Argentine, un pays qui côtoie une mégalopole et des grandes étendues de nature sauvage. Très touchant, le film révèle un metteur en scène à la sensibilité aiguë.

Dans l‘abattoir à poulets où elle travaille, Lea confie volontiers à ses collègues féminines qu‘elle n’y fera pas sa carrière. Elle garde cependant secrets ses projets et retrouve le soir venu son compagnon Marco, avec qui elle vit une passion dévorante. Lucia, quant à elle, est mariée à Bruno, allergologue, et exerce son métier d’hôtesse de l’air jusqu’au jour où elle est prise d’un malaise en plein vol. Victime de nausées depuis quelques jours elle découvre qu’elle est enceinte mais fait malheureusement une fausse couche quelques jours plus tard. Déprimée, elle arrête son travail et reste prostrée chez elle quand elle reçoit le coup de téléphone de Lea. Celle-ci a besoin de cours de piano, et Lucia en donnait il y a maintenant longtemps.

Certains films, comme Le voyage de Lucia, sont organiques : ils utilisent en grande partie l‘environnement extérieur pour exprimer les sentiments des personnages et les sous-entendus implicites. Ici, les paysages de la Patagonie symbolisent les espoirs que fondent les deux héroïnes et leurs rêves d’une vie meilleure. Les animaux omniprésents nous informent sur les enjeux dramatiques qui sont en cours - la solitude de l’un, la maternité perdue de l’autre. C’est à chaque fois par petites touches sensibles que la mise en scène nous apporte les éléments clés de l’intrigue.

À nous de les comprendre, de les ressentir et d’en saisir toute leur portée. Non pas que le film ne se laisse appréhender sans eux -  il est au contraire d’une clarté limpide - mais ces divers petites touches apportent une cohésion à l’ensemble, tout simplement. Et la simplicité est le maître-mot du Voyage de Lucia. L’histoire de ces deux femmes que tout oppose mais qui vont se trouver est tout sauf chargée. Au contraire, les voir se réunir toutes deux nous semble d’un naturel déconcertant et la relation qui va les unir est touchante, apaisante.

C’est comme si une bulle les protégeait du reste du monde, si manichéen et rationnel : elles vont vivre leur histoire sensuelle et sans suite, mais avec la soif d’un bonheur retrouvé. Et qu’importe si c’est leur première ou leur dernière histoire d’amour : elles vont apprendre l'une de l'autre, loin du reste du monde et du qu’en dira-t-on. Deux actrices formidables interprètent ces femmes en rupture : Sandra Ceccarelli et Francesca Inaudi. Elles illuminent Le voyage de Lucia, émouvant et sincère, qui nous fait passer un beau moment de cinéma.


Ma note : ***

Le voyage de Lucia (2011) Stefano Pasetto
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page