Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les adieux à la reine (2012) Benoît Jacquot

par Neil 24 Mars 2012, 06:46 2010's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 21 mars 2012
Genre : fin de règne
Durée : 1h40
Scénario : Gilles Taurand,  d’après l’œuvre de Chantal Thomas
Image : Romain Winding
Musique : Bruno Coulais
Avec Léa Seydoux (Sidonie Laborde), Diane Kruger (Marie-Antoinette), Virginie Ledoyen (Gabrielle de Polignac), Xavier Beauvois (Louis XVI ), Noémie Lvovsky (Mme Campan), Michel Robin (Jacob Nicolas Moreau)…


Synopsis : En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend.  (allocine)

Mon avis : Intrigues de cour sur fond de révolution française

Du roman de l’universitaire Chantal Thomas, Les adieux à la reine, Benoît Jacquot élabore une fiction qui s’éloigne à la fois de l’œuvre littéraire et de la réalité historique. Ce qui l’intéresse dans cette histoire c’est de raconter une fin de règne. Non seulement celui de Louis XVI et de Marie Antoinette, mais surtout la fin de l’Ancien Régime. Resserré en quatre jours et débutant le 14 juillet 1789, c’est un des points fascinants du film. Car il nous fait voir les évènements de la Révolution Française non pas du point de vue des insurgés, mais du point de vue de la cour de Versailles. C’est tout un univers qui nous est dépeint, avec ces petites histoires qui se mêlent à la grande Histoire.

En retard, Sidonie se réveille à la hâte et se prépare pour aller rejoindre la reine. Lectrice de Marie-Antoinette, elle prend soin de s’apprêter et toque à la porte de ses amies pour leur emprunter un ultime accessoire de maquillage. Courant jusqu’au Petit Trianon, elle chute forcément et se retrouve crottée, ce qui ne manque pas d’agacer Mme Campan, la première femme de chambre de la reine. Celle-ci est toutefois ravie de retrouver sa lectrice et lui demande ce qu’elle a prévu comme lecture pour la matinée. Sidonie, sur les conseils de Mme Campan, lui propose une oraison funèbre de Bossuet mais Marie-Antoinette désire quelque chose de plus léger pour aujourd’hui : elle est un peu d’humeur maussade.

Un sentiment d’urgence se dégage des Adieux à la reine. Les personnages courent beaucoup, tombent, parlent vite. On se prépare à la dernière minute, qui pour un rendez-vous avec la reine, qui pour un départ précipité. Et pour cause : les temps changent, les nouvelles qui arrivent au compte-gouttes ne sont pas très bonnes pour la classe qui nous est dépeinte. Ce bouillonnement est admirablement retranscrit par la mise en scène de Benoît Jacquot : caméra au poing, il nous fait suivre les déambulations de cette lectrice, qui croise au passage nombre de personnages hauts en couleurs. Les travelings et les plans séquence s’enchaînent rapidement, et pourtant on a le temps de ressentir cette atmosphère à la fois décatie et sensuelle.

Car c’est également de ça que nous parle Les adieux à la reine : la sensualité, le désir, l’envie. Le tourbillon d’émotions qui étreint Sidonie quand elle pense à la reine (jamais explicité, toujours évoqué) est mis en perspective avec le trouble ressenti par Marie-Antoinette à l’évocation de Gabrielle de Polignac. Les relations entre ces dernières ne sont d’ailleurs également jamais explicitées, toujours sous-entendues ; rien de véridique dans cette métaphore mais tellement de rumeurs nourries de jalousie ont couru sur la duchesse… Un personnage par ailleurs très bien campé par une Virginie Ledoyen altière, qui rejoint un casting impeccable avec un nombre impressionnant de sociétaires de la Comédie Française. Un film très soigné, tant dans sa mise en scène que dans ses décors ou ses costumes, une très jolie réussite sur le fond comme sur la forme.

Ma note : ****

Les adieux à la reine (2012) Benoît Jacquot
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 05/05/2012 06:09


Ah tiens... Y a pas mal de films de Jacquot que j'aime, et là, j'ai pas trouvé le courage, bizarrement... J'arrive pas à m'intéresser à Seydoux et à Kruger, ça doit venir de là... Bon ben, je
vais essayer de rattraper !

Neil 07/05/2012 10:39



J'ai également du mal à m'emballer pour Léa Seydoux ou Diane Kruger mais là j'avoue qu'elle m'ont bluffé, tout comme le film d'ailleurs.



CHRISTOPHE LEFEVRE 10/04/2012 23:52


Très beau film sur la fin d'un monde. J'aime ce genre de thématique, car les maques tombent et se révèlent les vraies personnalités...

Neil 11/04/2012 22:49



Oui, et le film montre très bien cet aspect si particulier.



Franka 02/04/2012 10:53


Film magnifique.


J'ai tout adoré :


- l'envers du décor, les couloirs étriqués où s'entassent les courtisans, en contraste avec les pièces d'apparat ...


- la distribution : Diane Kruger est royale et touchante . Léa Seydoux s'en sort plutôt bien aussi ... bravo aussi pour les seconds rôles ... la Campan et la Bertin, si "quotidiennes" dans leurs
préoccupations , participent  à recréer un Versailles humain et dépoussiéré... même Virginie Ledoyen, d'habitude si inexpressive, campe ici, pour une fois, une Polignac formidable de
détachement et d'arrogance, même dans sa panique finale (sa "distance" chronique la sert bien en l'occurence)


- les costumes  ... je VEUX la robe verte !!!!!


- et bien sûr tous les paramètres plus techniques : lumière, cadrage... tout est formidable.


Bref, si ce film ne fait pas une moisson de Césars à la prochaine édition, je ne comprends plus rien ....

Neil 02/04/2012 12:08



Je suis entièrement d'accord avec toi, et j'ai été royalement emballé par le film.
Tout ce que tu dis est juste est j'abonde dans ton sens.
Tout ce que j'espère c'est que le film ne soit pas sorti trop tôt pour les Césars de l'an prochain.



bobmorane75 29/03/2012 16:27


J'ai beaucoup aimé l'ambiance de fin de règne, l'envers du décors sur une belle réalisation, une une Diame magnifique !

Neil 31/03/2012 10:58



L'ambiance est effectivement très bien retranscrite, et Diane Kruger est effetcivement très bonne ici.



Marcozeblog 28/03/2012 13:00


Film splendide. La reine est accro à sa duchesse, en quelque sorte amoureuse platoniquement, tout comme Sidonie l'est de sa souveraine.

Neil 28/03/2012 15:14



Content de voir que toi aussi tu as accroché :)



Wilyrah 26/03/2012 12:31


Non non non, je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis sur Drive, car ici la forme est imbuvable. C'est mal filmé et mal mis en scène, pas très bien joué et pas intéressant. Je persiste et
signe, ce film est mauvais. ^^

Neil 28/03/2012 10:06



Je comparais uniquement l'accueil général du film par rapport à ce que tu as ressenti. Je persiste toutefois à dire que Drive a une mise en scène efficace mais clippesque et
arty, dans le sens branchouille du terme. Quant à la mise en scène ici, elle est magnifiquement soignée...



Squizzz 25/03/2012 22:16


Que rajouter, si ce n'est que je suis d'accord avec toi. Un coup de coeur de mon côté aussi ;)

Neil 26/03/2012 09:24



Ah oui, un beau coup de coeur même :)



wildgunslinger 24/03/2012 14:58


J'ai bien envie de le voir!

Neil 24/03/2012 23:39



Et tu as bien raison, c'est pour moi le meilleur film de l'année jusqu'ici.



Haut de page