Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les enfants loups, Ame et Yuki (2012) Mamoru Hosoda

par Neil 8 Octobre 2012, 05:16 En salles

Enfants_Loups.jpgFiche technique
Film d'animation japonais
Date de sortie : 29 août 2012
Titre original : Okami kodomo no ame to yuki
Durée : 1h57
Genre : adolescence particulière
Scénario : Satoko Okudera
Musique : Masakatsu Takagi
Avec les voix de Aoi Miyazaki (Hana), Takao Osawa (L'homme loup), Momoka Ohno (Yuki), Amon Kabe (Ame), Bunta Sugawara (M. Nirasaki)...

Résumé
 : Hana et ses deux enfants, Ame et Yuki, vivent discrètement dans un coin tranquille de la ville. Leur vie est simple et joyeuse, mais ils cachent un secret : leur père est un homme-loup. Quand celui-ci disparaît brutalement, Hana décide de quitter la ville pour élever ses enfants à l'abri des regards. (allocine)

Mon avis
: Le destin peu banal des adolescents hybrides

Pour concrétiser Les enfants loups, Ame et Yuki, le réalisateur Mamoru Hosada a créé sa propre société d'animation, le studio Chizo. Cet auteur a un parcours assez intéressant. Il essaye d'intégrer, après ses études, le studio Ghibli avant d'être recalé et de finalement choisir de travailler avec Toei Animation. C'est une entreprise qu'on connaît presque tous puisque c'est de là qu'on été produit un nombre considérable de dessins animés qui ont envahi les écrans de télévision des années 70 aux années 90. De Candy à Dragon ball, en passant par Goldorak ou bien Ken le survivant, le studio japonais a fait le bonheur de bien des chérubins occidentaux. Et à y regarder de plus près, le trait qui est développé dans le dernier film de Hosada est assez proche de ces dessins, même s'il a depuis évolué.

Étudiante à l'université de Tokyo, Hana travaille dans un pressing pour financer ses cours. Elle croise un jour un jeune homme secret qui fuit la société humaine. Se sentant attirée par lui, elle lui propose de réviser avec elle et de fil en aiguille une relation se noue entre les deux jeunes gens. Un soir, le jeune homme n'est pas au rendez-vous et Hana s'inquiète, avant de le voir réapparaître. A la tombée de la nuit, il lui avoue son terrible secret : il est un homme-loup ; mais il en faut plus pour décourager la jeune femme qui se lance à corps perdu dans cet amour fou. Ils emménagent bientôt ensemble et conçoivent deux beaux enfants, une fille prénommée Yuki et un garçon du nom d'Ame. Mais l'instinct de protection pousse leur père à baisser sa garde, et on le trouve mort, noyé dans une rivière.

De nombreux thèmes sont développés dans Les enfants loups, Ame et Yuki. On trouve d'abord le destin de cette femme, mère courage qui se bat pour élever ses enfants et qui va sacrifier sa vie pour leur offrir le meilleur. D'autant que ce ne sont pas des enfants comme les autre, et là intervient le surnaturel de façon tout à fait banale : on ne doute pas un seul instant de cette histoire peu commune. Les enfants vont devenir au cours des deux heures que durent le film (c'est un peu long, il faut l'admettre) des adolescents qui vont s'initier à la vie et qui à l'orée de l'âge adulte vont être confrontés à un choix. Comme le dit fort justement Frédéric Mercier dans Kaboom, les deux adolescents devront alors choisir entre une destinée à la Croc-blanc et à L'appel de la forêt, ce qui ajoute une dimension au film.

C'est donc un film profond que ce Les enfants loups, Ame et Yuki, qui élabore très finement des métaphores entre les hommes et les animaux. La question de l'altérité est au centre du manga, qui alterne les passages de poésie comme ces moments dans la neige et des moments tragiques qui sont souvent bouleversants. La culture japonaise est bien entendu au cœur de ce récit où les traditions se mêlent encore une fois à la modernité, et où les personnages révèlent peu à peu leur nature.Le trait de l'animation est assez subtile et certains passages nous semblent plus vrais que nature. La nature justement y est très bien représentée et, tropisme japonais toujours, les rapports qu'entretiennent les humains avec les éléments se révèlent d'une beauté tout à fait charmante, sans jamais être cul-cul la praline.

Ma note : ***

commentaires

Haut de page