Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les marches du pouvoir (2011) George Clooney

par Neil 15 Novembre 2011, 06:43 En salles

Marches_Pouvoir.jpg   
Fiche technique
Film américain
Titre original : The Ides of March
Date de sortie : 26 octobre 2011
Genre : ambition politique
Durée : 1h35
Scénario : Grant Heslov, d’après l’œuvre de Beau Willimon
Photographie : Phedon Papamichael
Musique : Alexandre Desplat
Avec Ryan Gosling (Stephen Myers), Evan Rachel Wood (Molly Stearns), Philip Seymour Hoffman (Paul Zara), Marisa Tomei (Ida Horowicz), George Clooney (Mike Morris)

Synopsis : Stephen Meyers est le jeune mais déjà expérimenté conseiller de campagne du gouverneur Morris, qui se prépare pour les élections à la présidence américaine. Idéaliste et décidé à faire honnêtement tout ce qu’il peut pour faire gagner celui qu’il considère sincèrement comme le meilleur candidat, Stephen s’engage totalement.  (Allociné)

Mon avis : Au pays des politiciens les innocents sont broyés

Avec Les marches du pouvoir c’est le quatrième film en tant que réalisateur que nous propose George Clooney. Drôle de personnage que cet auteur dont le parcours mérite d’être souligné. Il commence sa carrière comme il peut, avec quelques rôles dans des téléfilms et autres productions dites de seconde zone (n’oublions pas qu’il a joué dans Le retour des tomates tueuses). Puis arrive le mythique rôle de Doug Ross qui l’a propulsé au sommet et a consacré son statut de playboy. Sa rencontre avec Steven Soderbergh sera décisive : en plus de débuter une collaboration fructueuse, elle lui apporte la caution critique qui lui manquait jusqu’alors. S’ensuit une carrière cinématographique qui enchaîne souvent des films plus ou moins engagés politiquement.

La campagne pour les primaires démocrates bat son plein. Le gouverneur Morris affronte pour l’investiture le sénateur Pullman, et son conseiller de campagne prépare le terrain à chaque meeting. Stephen Meyers s’active ainsi en coulisses afin que son poulain soit le mieux préparé et arrive en tête des sondages. Dans son staff de campagne la jeune Molly Stearns lui tape dans l’œil tandis qu’il se fait courtiser par le camp d’en face. L’étape décisive de l’Ohio, où se décide la majorité des victoires depuis quelques années, sera l’acmé de tous les conflits.

Sortant de la projection des Marches du pouvoir, une personne me disait que l’intérêt du film se faisait sentir âprement en France au vue des primaires socialistes citoyennes que nous avons vécues. Je nuancerais toutefois le propos. Si le film nous offre un éclairage sur le fonctionnement d’une campagne interne, il est avant tout centré sur les péripéties de ses protagonistes. On s’intéresse d’ailleurs plus particulièrement au personnage archétypal interprété assez habilement par Ryan Gosling : un plus ou moins jeune homme carriériste et néammoins naïf. Il croit en ses idées, ou tout du moins en celles que défend son gouverneur de patron, et refuse en bloc les magouilles politiciennes. Il va évidemment lui arriver plein de choses qui vont lourdement lui faire voir les choses autrement. Le film déçoit au passage sur le peu de nuances apportée au propos.

En cela, Les marches du pouvoir se révèle très américain. Non pas dans sa mise en scène qui, bien que très professionnelle, ne déploit pas les gros artifices hollywoodiens. Il se révèle moins universel qu’il n’en a l’air (quoique…) par les grosses ficelles de son scénario : le coup de la stagiaire, le manichéisme à outrance, les grands élans patriotiques. Tout ça est assez grossier et plus particulièrement pregnant aux Etats-Unis. Combiné à quelques longueurs et à des scènes attendues (le « duel » dans l’arrière-cour d’un restaurant par exemple), le film ne décolle pas beaucoup et expose très sagement, mais avec réussite, les convictions de son réalisateur. Un joli travail porté par des acteurs efficaces, mais rien de révolutionnaire.

Ma note : **

commentaires

Wilyrah 16/11/2011 10:08



De belles qualités mais un film trop classique.



Neil 16/11/2011 10:45



Trop classique, c'est bien ça le problème. On pourrait en attendre mieux.



Squizzz 15/11/2011 13:51



Clooney réalisateur n'a pas encore réussi à totalement me convaincre. Je m'étais déjà assoupi devant Good night and good luck, il en fût de même pour celui-ci. Le côté thriller est
sympa, mais les ficelles sont trop grosses pour que le propos ressorte vraiment.



Neil 15/11/2011 14:03



Moi Good night and good luck m'avait bien plu. C'est sans doute trop verbeux, mais plus fin que celui-ci je trouve.



Haut de page