Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les misérables (2013) Tom Hooper

par Neil 10 Février 2013, 06:59 2010's

Fiche technique
Film britannique
Date de sortie : 13 février 2013
Genre : adaptation chantée
Durée : 2h30
Scénario : William Nicholson, Alain Boublil et Herbert Kretzmer, d'après l’œuvre de Victor Hugo
Image : Danny Cohen
Musique : Claude-Michel Schönberg
Avec Hugh Jackman (Jean Valjean), Anne Hathaway (Fantine), Russel Crowe (Javert), Amanda Seyfried (Cosette), Sacha Baron Cohen (Thénardier), Helena Bonham Carter (Madame Thénardier)...

Résumé
 : Jean Valjean est un ex-bagnard poursuivi sans relâche des décennies durant par l'impitoyable policier Javert. Mais quand Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime, la vie du forçat et de la gamine va en être changée à tout jamais.

Mon avis
: fresque saisissante pour une adaptation consensuelle

Il aura finalement fallu près de 35 ans pour voir apparaître ces Misérables sur nos grands écrans. L'histoire débute en 1978 lorsque les compositeurs Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg décident de travailler sur une comédie musicale, achevée deux ans plus tard. C'est Robert Hossein qui va la mettre en scène au Palais des sports, ce qui, pour la petite histoire, lui donnera l'idée de réaliser un film (non chanté), qui vaudra notamment à Jean Carmet un César du meilleur second rôle en 1983. La comédie musicale poursuit son chemin à l'étranger et c'est à Londres qu'elle obtiendra un succès phénoménal, puisqu'elle est à l'affiche depuis 1985. Il n'en faut pas plus pour des producteurs de cinéma, qui s'emparent du projet et confient la mise en scène au multi-oscarisé Tom Hooper. Et le film de décrocher huit nominations aux Oscars 2013.

Après 19 ans de bagne, Jean Valjean, le prisonnier 24601, est relâché en liberté conditionnelle par Javert, alors officier en charge de la main d’œuvre carcérale. Valjean, proscrit, tentant de quitter Toulon pour Digne, est vite rejeté par tous. La rancœur accumulée au cours de ses années de bagne l'empêche d'apprécier la générosité de l’évêque Myriel de Digne, à qui il dérobe les chandeliers en argent de l'épiscopat. Vite épinglé, il est bouleversé par le mensonge de l'évêque qui le disculpe pour le sauver. Il décide alors de changer de vie et de s'amender. Huit ans plus tard, il réapparaît sous l'identité de Monsieur Madeleine, un maire de village et directeur d'usine respecté. Une de ses ouvrières, Fantine, travaille jusqu'au dernier sou afin que sa fille illégitime, la petite Cosette, puisse bénéficier d'une éducation décente.

Encore une fois, le britannique Tom Hooper fait avec Les misérables de la belle ouvrage. Il prend à bras le corps cette adaptation et livre une fois de plus un film très académique à qui on ne peut décemment pas reprocher grand chose. Alors évidemment, si vous êtes réfractaire aux comédies musicales vous pouvez aisément passer votre chemin. Sur les 2h30 de film il doit y avoir, en étant généreux, un quart d'heure de dialogues, le reste étant des chansons. La narration du film est d'ailleurs construite à partir des thèmes musicaux développés dans la bande originale assez efficace écrite à l'origine par Claude-Michel Schönberg.

Les morceaux sont pour la plupart entraînants et la performance des interprètes reste à souligner, puisqu'ils ont tous accepté d'interpréter les chansons en direct durant le tournage. Le résultat vaut le coup d’œil : Les misérables ne manque pas d'entrain ni de classe. La mise en scène est très soignée et le film est efficace, à n'en pas douter. C'est un bel écrin, qui nous emporte par la force de l'histoire développée par Victor Hugo, ne l'oublions pas tout de même, mais qui manque peut-être un peu d'émotion.

Au moins pour une fois les anglo-saxons n'ont-ils pas trahi l’œuvre originale, mais on reste tout de même un peu de marbre devant cette aventure pourtant si passionnante à la lecture. La prestation des deux acteurs principaux est cependant impressionnante, en particulier celle de Hugh Jackman qui n'aura pas volé sa statuette s'il la décroche. Une jolie réussite, maîtrisée de bout en bout, voilà ce qu'on peut dire de ces Misérables, adaptation musicale d'un classique de la littérature : ça n'était pas gagné d'avance. Quoique.

Ma note : **

Les misérables (2013) Tom Hooper
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

robin 04/03/2013 17:47


je suis assez d'accord avec toi ! 


la musique est vraiment agréable à écouter !

Neil 05/03/2013 14:27



Oui je ne m'y attendais pas du tout en finalement je me suis laissé embarqué par cette BO.



Phil Siné 17/02/2013 20:37


tu es bien le 1er que je lis qui dit du bien de ce truc... les mauvaises critiques m'avaient complètement fait renoncé à le tenter, même si je suis fan de comédie musicale... mais bon, victor
hugo quoi ! j'ai tellement peur d'assister à un pur blasphème... ;)

Neil 18/02/2013 12:14



Bah oui j'ai été emporté par le truc alors que le film ne me disait absolument rien sur le papier. C'est pas la première fois que les américains revisitent les classiques français, et je ne pense
pas qu'il faille prendre ça au pied de la lettre (c'est le cas de le dire !).



dasola 16/02/2013 13:38


Bonjour Neil, pas tentée du tout. Je préfère revoir la version de 1933 (!) de Raymond Bernard avec Harry Baur. Bonne après-midi.

Neil 18/02/2013 12:13



Oui évidemment ça n'a rien à voir mais dans le style qu'il prétend être (et ne trompe pas sur la marchandise), le film est bien fichu.



Haut de page