Les vieux chats (2012) Sebastian Silva et Pedro Perrano

par Neil 25 Avril 2012, 05:27 Avant-Première

Vieux_Chats.jpg
Fiche technique
Film chilien
Date de sortie : 25 avril 2012
Titre original : gatos viejos
Genre : couple vieillissant
Durée : 1h29
Scénario : Sebastian Silva et Pedro Perrano
Image : Sergio Armstrong
Avec Belgica Castro (Isidora), Claudia Celedon (Rosario), Alejandro Svieveking (Enrique), Catalina Saavedra (Hugo), Alicia Luz Rodriguez (Valentina), Alejandro Goic (Manuel)…

Synopsis : Isidora et Enrique vivent une retraite paisible avec leurs deux vieux chats dans leur appartement cossu de Santiago du Chili. Une nouvelle panne d’ascenseur vient troubler la quiétude des lieux. Mais le pire est à venir avec l’arrivée impromptue de Rosario la fille tempétueuse d’Isidora.

Mon avis : Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit

Le projet des Vieux chats est né du désir des deux réalisateurs du film de tourner une nouvelle fois avec Belgica Castro. Ils avaient travaillé avec cette grande actrice du théâtre chilien lors d’un de leur précédent film, et ont imaginé une histoire où elle tiendrait le premier rôle. A 90 ans, l’actrice a donc accueilli dans son propre appartement l’équipe du film, et forme avec Alejandro Sieveking un couple dans la vie comme à l’écran. Une de ses anecdotes à propos d’un ascenseur qui tombe en panne fournira par ailleurs aux réalisateurs l’idée d’une des péripéties du film. Vous riez, je le vois bien, mais quand on a 90 ans, des problèmes de hanches et qu’on habite au 8ème étage, c’est embêtant de trouver son ascenseur en panne juste avant d’aller faire ses courses.

Les chats d’Isidora et Enrique entrent dans leur chambre tandis qu’ils font la grasse matinée. La vieille femme est réveillée par les miaulements des matous qui ont faim. Le téléphone sonne et son mari répond : c’est la fille d’Isidora qui rentre de voyage. Elle veut passer en fin d’après-midi pour leur montrer ses photos de vacances. Le couple accepte bon gré mal gré et se préparent pour leur journée. Isidora sort faire les courses pour le fameux goûter quand elle se rend compte que l’ascenseur est en panne. Elle ne peut pas descendre les huit étages à pied et demande à son époux d’aller au supermarché à sa place. Elle se chargera d’appeler le concierge et de prévenir son amie âgée de venir un autre jour.

Qui a connu de près ou de loin des personnes âgées ne pourra pas rester de marbre devant Les vieux chats. Le film nous montre le déclin d’une vieille femme qui sombre doucement dans la sénilité mais qui dans ses accès de lucidité se rend bien compte de la perte de son autonomie. Le spectateur voit les évènements pratiquement constamment sous les yeux de cette femme, souvent filmée en gros plans, et son trouble ne peut que nous émouvoir. Mais les réalisateurs choisissent de raconter cette histoire à la fois de façon dramatique mais aussi humoristique. Le situations qu’ils nous racontent et les personnages qu’ils nous dépeignent sont empreints d’une fantaisie douce qui allègent complètement leur propos. La gravité de la situation ne nous est ainsi que plus évidente et la compassion que l’on éprouve pour les personnages n’en est que plus sincère.

Cependant, Les vieux chats est aussi une œuvre où la cruauté tient une place non négligeable. En particulier à travers les rapports difficiles qui règnent entre la mère et sa fille, le film fait un constat amère de la société d’aujourd’hui où les vieux n’ont plus leur place et où l’argent peut corrompre les cœurs. Car Rosario, très bien interprétée par Claudia Celedon, ne nous est pas montrée comme foncièrement mauvaise. Elle a de sacrés défauts mais elle est avant tout paumée et en manque d’affection, malgré la relation qui l’unit avec sa compagne. Quant à Belgica Castro, elle incarne avec force et simplicité une femme âgée qui veut rester digne jusque bout mais qui se rend bien compte qu’elle n’a plus d’utilité sociale tandis qu’elle est en train de perdre la tête. Son visage ridée nous restera longtemps en mémoire.

Ma note : ***

commentaires

ffred 27/04/2012


Un très beau film. Je l'ai trouvé très cruel... la fin est très belle à partir de la scène de la fontaine. Pour moi le plus beau moment est quand la mère dit à Hugo : merci d'aimer Rosario...

Haut de page

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog