Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les yeux de sa mère (2010) Thierry Klifa

par Neil 30 Mars 2011, 05:29 2010's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 23 mars 2011
Genre : questions sur la maternité
Durée : 1h45
Scénario : Christopher Thompson
Image : Julien Hirsch
Musique : Gustavo Santaollala
Avec Catherine Deneuve (Lena Weber), Nicolas Duvauchelle (Mathieu Roussel), Géraldine Peilhas (Maria Canalès), Jean-Baptiste Lafarge (Bruno Tremazan), Marisa Paredes (Judit Canalès), Jean-Marc Barr (Jean-Paul Tremazan)…

Synopsis : Un écrivain en mal d'inspiration infiltre la vie d'une journaliste star de la télé et de sa fille danseuse étoile pour écrire à leur insu une biographie non autorisée. Pendant ce temps, en Bretagne, un garçon de 20 ans, Bruno, qui habite avec ses parents, ne sait pas encore les conséquences que toute cette histoire va avoir sur son existence. (allocine)

Mon avis : Secrets et mensonges au pays des people

Ce qui est bien pour un critique de cinéma qui se lance dans la mise en scène c‘est qu‘il a pu acquérir un carnet d‘adresse. Dès son premier film en 2004, Thierry Klifa a pu ainsi bénéficier d’un casting déjà solide. Rebelote avec Les yeux de sa mère, où se côtoient la jeune et la vieille garde du cinéma français, non seulement à l’écran mais aussi derrière. Énorme caution pour un film qui revendique son héritage national (et pas que) dans une atmosphère auteuriste. C’est chic et c’est glam, ça parle bas, ça susurre. Pour le standing, les personnages naviguent dans des quartiers huppés ; pour l’ancrage réaliste, les seconds rôles habitent en Bretagne : aucune fausse note.

Après avoir publié sous un faux nom un livre sensationnaliste, Mathieu décroche un boulot d’assistant pour Lena Weber, la présentatrice star du journal du soir, auprès de qui il va petit à petit se rendre indispensable. Pendant ce temps, Maria Canalès, la fille de Lena, est en Espagne au chevet de son père qui va bientôt mourir. Lena ne peut pas se rendre aux funérailles de son ancien amant, ce qui attriste Maria. Celle-ci, en rentrant à Paris, se décidé enfin à écrire à son fils Bruno, qu’elle a abandonné vingt ans plus tôt. Il habite dans un village du Finistère auprès de ses parents adoptifs, et va bientôt concourir pour une importante compétition de boxe.

C‘est un peu compliqué de faire le résumé des Yeux de sa mère : le film trace trois sillons qui vont se rejoindre mais n‘ont a priori pas grand-chose en commun. Un fil directeur va cependant assez habilement les lier, et le scénario élaboré en collaboration avec Christopher Thompson est assez habile sur ce point. La thématique principale du film, la maternité, est d’ailleurs joliment exploitée, tous les personnages ayant de près ou de loin quelques problèmes à régler vis-à-vis de la question.

Le film n’est cependant pas exempt de lourdeur à ce niveau : si la relation entre parents et enfants issus de l’adoption est assez bien retranscrite, on comprend moins les tourments de Nicolas Duvauchelle par rapport à la mort de sa mère. Reste que c‘est évidemment le casting qui retient l‘attention des Yeux de sa mère. Les deux actrices principales, Catherine Deneuve et Géraldine Peilhas, sont fabuleuse, d’une rare finesse et très convaincantes toutes les deux.

On reste un peu moins convaincu par les personnages masculins : le jeu de Nicolas Duvauchelle semble encore une fois un peu en deçà de ses partenaires. En plus, la relation qu’il entretient avec le jeune Jean-Baptiste Lafarge parait désincarnée, on n’arrive pas à y croire. Quant aux seconds rôles ils sont quasi inexistant, et c’est bien dommage : on aurait bien aimé voir un peu plus Marina Foïs ou Jean-Marc Barr. Les yeux de sa mère, hyper-référencé, n’arrive pas à provoquer l’adhésion absolue ; il lui manque cette grâce, empêchée avant qu’elle n’apparaisse par un trop plein d’explications narratives inutiles. C’est dommage.


Ma note : **

Les yeux de sa mère (2010) Thierry Klifa
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 29/05/2011 14:35



Bon ben, ce sera un rattrapage DVD un jour de fatigue pour prendre des nouvelles de Deneuve, comme tu les annonces bonnes. J'aime bien Pailhas, aussi, même si j'ai peu l'occasion de la voir.



Neil 29/05/2011 21:36



Voui, un bon petit film à voir en dévédé. Et Deneuve y est très bonne (comme toujours me diras-tu je pense ^^)



Phil Siné 31/03/2011 17:05


dommage que tu n'aies pas été plus convaincu... notamment par les garçons, que j'ai trouvé formidable pour ma part ! et puis comme j'ai trouvé au film un petit côté parodique, forcément j'étais
comblé... ;)


Neil 31/03/2011 22:52



Oui je ne sais pas pourquoi. Il faut dire que J.B. Lafarge a un visage qui me dérange un peu. Le côté parodique, faut le chercher... j'aurais aimé justement que le film soit plus
débridé.



Wilyrah 30/03/2011 18:09


J'arrête le ciné français pendant quelque temps, je sature. J'ai eu un petit espoir, après avoir vu des bons films made in france, mais là mon espoir a eu raison de moi et j'me suis ainsi tapé
quelques bonnes daubes hexagonales :(


Neil 31/03/2011 22:47



La régularité n'est pas là, je te comprends. Après il y a quand même de bonnes surprises donc je ne désespère pas...



Marcozeblog 30/03/2011 15:15


Pas d'accord avec toi pour Duchauvelle. Pour moi, c'est le poids lourd du casting pour l'interpretation. Comme d'hab, la grande Deneuve que j'adore voir au cinéma de par son aura, manque de finesse
de jeu. Bon moment de cinéma.


Neil 30/03/2011 16:51



Je dois avoir un problème avec Duvauchelle : rare sont les films où je le trouve bien. Par contre je trouve que Deneuve retrouve ici l'éclat et le statut iconique qui lui manque
parfois.



Haut de page