Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lincoln (2013) Steven Spielberg

par Neil 23 Janvier 2013, 06:12 Avant-Première

Lincoln.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie : 30 janvier 2013
Genre : histoire américaine
Durée : 2h29
Scénario : Tony Kushner, d’après l’œuvre de Doris Kearns Goodwin
Image : Janusz Kaminski
Musique : John Williams
Avec Daniel Day-Lewis (Abraham Lincoln), David Strathairn (William Seward), Sally Field (Mary Todd Lincoln), Joseph Gordon-Levitt (Robert Todd Lincoln), Tommy Lee Jones (Thaddeus Stevens), Gloria Reuben (Elizabeth Keckley)...

Résumé : Les derniers mois tumultueux du mandat du 16e Président des États-Unis. Dans une nation déchirée par la guerre civile et secouée par le vent du changement, Abraham Lincoln met tout en œuvre pour résoudre le conflit, unifier le pays et abolir l'esclavage. Cet homme doté d'une détermination et d'un courage moral exceptionnels va devoir faire des choix qui bouleverseront le destin des générations à venir. (allocine)

Mon avis
:  les méandres de la politique utilisés à bon escient

Le projet de Lincoln n’est pas neuf chez Steven Spielberg : le réalisateur américain était déjà enfant fasciné par le seizième président des États-Unis. Il y a plus de dix ans, il commençait à travailler sur le long-métrage quand Doris Kearns Goodwin lui fait lire le livre qu’elle est en train de publier. Team of Rivals: The Political Genius of Abraham Lincoln se déroule entre 1861 et 1865 et se consacre sur les quelques années où Lincoln a déployé toute son énergie pour réconcilier les factions rivales de son parti, et tenté de convaincre les politiciens du parti adverse, pour faire passer le fameux treizième amendement de la Constitution des États-Unis qui abolit officiellement et interdit l’esclavage. Spielberg met du temps avant de s’y mettre, et fait passer deux autres projets en priorité, à savoir Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne et Cheval de guerre.

La guerre de sécession fait rage entre l’Union et la Confédération, et est en passe de se terminer. Le président Abraham Lincoln vient de se faire réélire et n’a qu’une seule idée en tête avant son investiture, début mars : faire passer le treizième amendement. Celui-ci est un acte politique majeur qui abolit l’esclavage, et si Lincoln veut le faire passer si vite c’est parce qu’il sait que la fin de la guerre approche. Et la fin de la guerre rendrait caduque la proclamation d’émancipation qu’il avait fait passé spécifiquement pour cette période de trouble. Il a donc peur que, la guerre finie, les choses ne changent pas et que les esprits favorables à cette mesure ne s’en éloignent.


On ne peut pas dire que Lincoln ne possède pas la patte de son réalisateur. On sent dans de nombreux plans l'âme de Steven Spielberg qui avait rêvé, et il l’a fait, son grand film sur les premières heures de la nation américaine. C’est d’ailleurs intéressant de voir, au passage, le traitement qu’on fait deux réalisateurs de Nouvel Hollywood sur cette période, à savoir Martin Scorsese et son Gangs of New-York (même si il se situe tout de même vingt ans plus tôt : c’est plutôt Le temps de l’innocence qui s’en rapproche, non au niveau des thématiques mais de la temporalité) et Steven Spielberg avec celui-ci. Spielberg n’est pas homme à douter, à questionner l’Histoire ou bien la réalité des faits historiques. Non qu’il s’en éloigne, au contraire : il tisse un récit très fidèle, à la limite du scolaire ou de l’hagiographie sur un homme vénéré par tous, consensuel, et pour de bonnes raisons.

Cette approche quasi liturgique fait de Lincoln un objet assez lisse, très bien mis en scène et excellemment interprété, et à qui on ne peut pas faire beaucoup de reproches. À la limite peut-on dire que c’est un film trop bavard, à l’image du J. Egar de Clint Eastwood, et les comparaisons entre les deux films ne s’arrêtent pas là : tous deux sont très intéressants et abordent des thèmes cruciaux pour la démocratie américaine, tous deux également restent autocentrés. C’est un autre reproche que l’on peut faire à ce Lincoln, l’absence de prise de recul international ou historique sur un sujet aussi essentiel. Mais en même temps Spielberg reste sur sa ligne, n’abordant son sujet que via cet angle et c’est son droit le plus strict. Il s’appuie sur des collaborateurs de talent, non seulement ses acteurs mais ses techniciens, et nous offre un spectacle de qualité.


Ma note : **

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Leo M 09/12/2014 16:12

J'ai aimé le scénario qui a été très bien écrit même si le film est plutôt lent dans quelques scènes.

neil 10/12/2014 08:20

Il est malheureusement trop lent et un peu trop balourd...

princécranoir 27/02/2013 22:15


Même avis (y compris le rapprochement avec J Edgard !). Un film très bien fait mais beaucoup trop verbeux et compassé.

Neil 28/02/2013 23:11



Oui c'est étonnant de voir combien à quelques mois d'écart les deux films sont similaire dans leur traitement.



ideyvonne 22/02/2013 20:24


On va peut-être avoir des surprises surtout avec Spiely !!!

Neil 28/02/2013 23:06



Espérons !



ideyvonne 18/02/2013 19:22


Pas encore vu mais j'adore vraiment la version de John Cromwell. Bon, là c'est juste une petite partie de sa vie sur son engagement contre l'esclavage donc faut voir...


Spielberg a dit dans une interview que l'histoire était sa matière favorite à l'école et apparemment il cartonnait dans ses notes! Sa prochaine envie = film sur Napoléon. Affaire à suivre donc!

Neil 22/02/2013 18:34



Je n'ai pas vu la version de Cromwell, mais en effet je pense que ce n'était pas le but d'en faire un remake. Par contre je ne savais pas pour le film sur Napoléon, ça
promet...



Eeguab 31/01/2013 17:03


J'ai plutôt aimé le film.L'hagiographie est (à peu près) évitée surtout par la logorrhée du film,ce qui est assez normal,le thème étant étant justement palabres et bricolages,voire un peu
magouillages,donc pas mal de négociations,pour un acte majeur et fondateur.Ces dialogues empêcheront à mon avis un grand succès pour ce film.Day Lewis a dû énormément travailler sur la gestuelle
Lincoln,voûté,le pas traînant.Les scènes de ménage,presque au sens propre,m'ont paru une bonne idée,je ne sais si elles sont assez conformes à la vie du couple.Je n'ai guère apprécié la fin et
l'épilogue.Du coup je vais me revoir Vers sa destinée de Ford et Fonda.

Neil 11/02/2013 00:04



Moi j'ai trouvé le film assez hiagographique. L'interprétation de Daniel Day-Lewis fonctionne bien mais je la trouve tout de même un peu trop appuyée. Un film à Oscars, pour
moi...



Haut de page