Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Malavita encore (2008) Tonino Benacquista

par Neil 13 Février 2019, 05:45 Bouquins

Fiche technique
Roman français
Date de parution : 17 avril 2008
Genre : Mafieux repenti
344 pages
Edité chez Gallimard

Synopsis : On retrouve les quatre membres de la famille Blake, héros de « Malavita ». Repenti de la mafia new-yorkaise, Blake a obtenu la protection du FBI, et s'est installé en France avec les siens sous la surveillance d'un ange gardien dépressif. L'ancien gangster a trouvé dans le réservoir d'anecdotes de sa première vie la matière de thrillers à succès. (evene)

Mon avis : Mafieux un jour, mafieux toujours

Le grand public a découvert Tonino Benacquista avec Saga, un roman assez fascinant. Il faut dire que le sujet faisait écho à une époque télévisuelle aujourd'hui disparue dans les limbes. Depuis on a pu suivre les productions du prolifique auteur, et saluer son entrée avec bonheur dans le monde cinématographique, notamment lors de ses jolies collaborations avec Jacques Audiard. Et on a plutôt pu se régaler en lisant Malavita, sorti en 2004, puis adapté mollement par Luc Besson. Quatre ans plus tard, Benacquista s’attelait à la tâche une nouvelle fois en écrivant la suite des aventures de cette famille de mafiosos. On ne peut pas dire que Malavita encore fut un best-seller, pourtant on reconnait bien dans le roman la touche de l’écrivain d’origine italienne.

Frederick Wayne est désormais un écrivain américain plus ou moins célèbre résidant dans le sud de la France. Mais il ne s’est pas toujours appelé comme ça : son nom de baptême est Giovanni Manzoni. D’une famille de mafieux, il vivait dans le New Jersey jusqu’à ce qu’il se fasse pincer par le FBI, qu’il balance quelques noms et soit pris en charge par le programme de protection des témoins, de crainte des représailles des membres de la Cosa Nostra. Arrivé en France avec sa femme Maggie, son fils Warren et sa fille Belle, ils ont d’abord vécu en Île de France pour s’installer quelques années plus tard dans le petit village de Mazenc.

L‘imaginaire de Tonino Benacquista est foisonnant, et il s‘en donne à cœur joie dans Malavita encore. On pourrait penser que cette suite perdrait de son intérêt eu égard au fait que les protagonistes avaient déjà fait pas mal les quatre cent coups dans le premier opus. Que nenni : si Malavita était plus centré sur le personnage de Giovanni Manzoni, sa suite se partage à temps égal entre les quatre membres de la famille, qui ont grandi depuis. Et c’est un bonheur de retrouver leur truculence latine, et leur passé qui ne les quitte pas. Quoi qu’ils fassent, qu’ils veuillent en échapper ou pas, l’héritage familial va venir les tarauder au moment où ils s’y attendaient le moins.

Avec une verve plaisante, Malavita encore s’amuse donc à nous narrer les aventures de ces quatre héros en prise avec des difficultés du quotidien, et qui vont les résoudre de manière peu orthodoxe. C’est dire l’inventivité de Tonino Benacquista, qui va trouver des solutions abracadabrantesques à des problèmes somme toute banals. C’est frais, ça se lit vite (ça n’est pas de la grande littérature mais ce n’est pas non plus de la littérature de gare) et on devient très vite addicted. Car c’est aussi le talent de Benacquista : son passage à l’écriture scénaristique lui a sans doute permis de peaufiner l’univers visuel de ses romans. Du coup, les personnages prennent chair très facilement dans notre imagination et on s’attache assez vite à eux. On a hâte de les retrouver au fil du roman et de découvrir la façon avec laquelle ils vont se dépêtrer de leurs petits souci du quotidien.

Ma note : ***

Malavita encore (2008) Tonino Benacquista
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 05/04/2011 13:34


Je me souviens que tu avais parlé de "Saga"... C'est agréable de trouver un écrivain qu'on a plaisir à lire, à retrouver. Je ne lis plus assez :-(


Neil 05/04/2011 15:52



Belle mémoire, cher D&D. Saga est un de mes livres de chevet : sans ambition aucune mais très divertissant. Et j'aime bien effectivement suivre mes auteurs
"favoris".



Haut de page