Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Metropolis (1927) Fritz Lang

par Neil 25 Mars 2015, 06:47 1920's

Fiche technique
Film allemand
Date de sortie : 6 février 1927
Genre : monde totalitaire
Durée : 2h33
Scénario : Fritz Lang et Théa von Harbou
Image : Karl Freund et Günther Rittau
Musique : Gottfried Huppertz
Avec Alfred Abel (John Fredersen), Brigitte Helm (Maria), Gustav Fröhlich (Freder Fredersen), Rudolf Klein-Rogge (Rotwang), Fritz Rasp (Le grand échalas), Theodor Loos (Josaphat)…

Synopsis : des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole de l'an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis qui vivent dans les jardins suspendus de la ville. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte. (allocine)

Mon avis : les premiers pas somptueux de la science-fiction au cinéma

Dans la famille des grands films maudits Metropolis se place très haut. Sa production était déjà colossale pour l’époque, et les studio de la UFA misaient gros. À sa sortie, le film n’attire malheureusement que très peu de spectateurs et il va être retiré de l’affiche pour être remanié. Raccourci, remonté, il ne connaitra le succès qu’après-guerre : entre temps la UFA a sombré, en grande partie à cause de cet échec. Ensuite de nombreuses versions sont sorties, plusieurs séquences ont été perdues, puis retrouvée et retravaillées : aujourd’hui encore les versions qui circulent manquent de nombreuses scènes qui nous sont narrées au moyen d’intertitres, et on doute de pouvoir voir un jour l'œuvre initiale de Fritz Lang.

Dans la ville de Metropolis les ouvriers se relaient nuit et jour pour alimenter les machines souterraines qui font vivre la cité. C’est un gigantesque projet que mena à bout et dirige d’une main de fer le grand magnat John Fredersen. Son fils Freder goûte aux joies idylliques de l’oisiveté quand il rencontre une femme superbe du nom de Maria. Celle-ci lui désigne plusieurs enfants en lui disant qu’ils sont ses frères et ses sœurs. Freder tente alors de la retrouver dans la ville basse, où il découvre le monde de dur labeur que vivent les ouvriers. L’un d’entre eux est alors au bord de l’évanouissement et perd le contrôle de la machine ; une explosion survient et la machine dévore alors des employés.

Dans le monde de la science-fiction au cinéma, il n‘existe pas de référence plus parlante que Metropolis. Quasiment tous les films qui se revendiquent peu ou prou du genre ont emprunté de-ci de-là une scène, un décor, un geste, une idée du film de Fritz Lang. Qu’on pense au commissariat de Blade Runner, aux voitures volantes du Cinquième élément ou aux enfants allant à l’école de The wall, tous affichent clairement leur admiration envers Metropolis. Et il y a de quoi, tant le film était novateur pour l’époque, et reste encore aujourd’hui furieusement moderne. Les thèmes de la lutte des classes, de l’asservissement de l’homme à la machine ou de notre dépendance à l’égard de la technologie sont toujours d’une actualité confondante. Sans parler de la perfection artistique et scénaristique qui font passer nombre de blockbusters pour des navets.

Et ce qui rend Metropolis tout à fait fascinant c’est également son ambiguïté. Fritz Lang réussit à faire du scénario de son épouse, alors très proche de la philosophie nazie, une fable universelle qui peut être comprise à la fois comme une éloge de la pensée qui amènera le IIIe Reich mais également comme un hymne pacifiste prônant la réconciliation entre les classes. D’un point de vue strictement cinématographique, le film montre une maîtrise des décors et des effets spéciaux tout à fait spectaculaires, qui culminent lors de scènes d’anthologie comme celle de la montée des eaux. Le scénario nous emporte et nous fait vibrer intelligemment avec une histoire tout à fait simple, celle d’un héros voulant conquérir sa belle. Mais Lang n’oublie pas de construire autour de ce noyau central un univers fascinant d’une cohérence folle qu’il met en scène de façon remarquable.

Ma note : ****

Metropolis (1927) Fritz Lang
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Christophe 26/07/2011 16:03



Quelques infos sur l'exposition Metropolis à la Cinémathèque française :


http://www.flaneriescinematographiques.com/article-programme-de-la-cinematheque-francaise-pour-la-saison-2011-2012-80246774.html



Neil 26/07/2011 22:11



Merci merci, je vais aller voir ça de suite, c'est cool.



Christophe 26/07/2011 12:11



La cinémathèque annonce la sortie de la version intégrale le 5 octobre en DVD et en salle le 19 octobre



Neil 26/07/2011 22:11



Ah mais c'est une très bonne nouvelle ça.



Squizzz 26/07/2011 01:30



Un vrai chef d'oeuvre d'une très grande maîtrise pour l'époque, et qu'il faut avoir vu pour comprendre la science fiction d'aujourd'hui.



Neil 26/07/2011 22:09



Effectivement, le nombre de films de science-fiction qui y font référence est assez hallucinant.



Christophe 24/07/2011 00:45



Si c'est la version MK2, ce n'est pas la plus complète...



Neil 24/07/2011 10:47



Oui, je pense que ça doit être celle-ci. Il faut dire qu'il n'est pas très facile à choper, malheureusement...



Christophe 23/07/2011 13:04



As-tu vu la version plus longue, avec les éléments retourvés en Argentine ? Il y a eu une diffusion sur Arte. Un Blu-Ray est commercialisé en Gb et aux USA. On attend encore la version française.
Mais même sans ces éléments, qui sont de pure curiosité, Metropolis est une merveille...



Neil 23/07/2011 19:55



Alors je ne sais pas vraiment si c'est cette version que j'ai vu. Celle que j'avais à ma disposition contenait de nombreuses scènes sur-titrées car elles avaient disparues, donc c'est peut-être
pas celle-là...



Eeguab 23/07/2011 08:01



Tu as parfaitement raison sur l'ambiguité de Metropolis.Film géant dont beucoup de bons films de science-fiction reconnaissent qu'ils n'auraient jamais vu le
jour sans lui.Multiples scènes d'anthologie.Je n'en citerai qu'une: le va-et-vient des dos voûtés par le travail.Hallucinant mais tout le film est à voir et revoir sans cesse.



Neil 23/07/2011 19:54



Oui, ambigü sans avoir une morale véritablement execrable : c'est intéressant. Cette vision des dos voutés est assez impressionnante, en effet.



Haut de page