Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mystères de Lisbonne (2010) Raoul Ruiz

par Neil 4 Février 2011, 06:03 2010's

Fiche technique
Film portugais
Date de sortie : 20 octobre 2010
Titre original : Mistérios de Lisboa
Genre : intrigues échevelées
Durée : 4h26
Scénario : Carlos Saboga, d’après l’œuvre de Camilo Castelo Branco
Directeur de la photographie : André Szankowski
Musique : Jorge Arriagada
Avec Adriano Luz (Le père Dinis), Maria Jao Bastos (Angela de Lima), Ricardo Pereira (Alberto de Magalhaes), Clotilde Hesme (Elisa de Montfort), José Alfonso Pimentel (Pedro da Silva), Albano Jeronimo (Comte de Santa Barbara)…

Synopsis : À Lisbonne une galerie de personnages influent sur le destin de Pedro da Silva, orphelin, interne d’un collège religieux. Le père Dinis, ancien aristocrate libertin devenu justicier; une comtesse rongée par la jalousie et assoiffée de vengeance; un pirate sanguinaire devenu homme d’affaires prospère. (Allocine)

Mon avis : Le plaisir du romanesque avec l’élégance de la simplicité

On continue le rattrapage des films de 2010, avec ici un des grands lauréats de la critique. Évacuons le sujet de prime abord : il ne faut pas s’effrayer des près de 4h30 que durent les Mystères de Lisbonne. Dès l’entrée en matière ou presque on est happé par l’intrigue et celle-ci ne vous lâchera plus. L’entracte entre les deux parties est presque un supplice tant il reste des énigmes à résoudre et des questions en suspens. On se rend compte que malgré ses près de 50 ans de carrière beaucoup n'ont jamais vu un seul film de Raoul Ruiz jusque là. Le réalisateur est pourtant un fervent amateur des romans classiques, d'Honoré de Balzac à Marcel Proust en passant par Jean Giono. Ici c’est l’équivalent portugais de nos Mystères de Paris qu’il adapte avec une maitrise impressionnante.

Joao n‘a qu‘un prénom. Dans le pensionnat où il vit, les autres garçons se moquent de lui, le traitant de bâtard. Un jour qu’il est gravement malade, il reçoit la visite d’une femme mystérieuse qui s’inquiète de son sort. Intrigué, il questionne le père Dinis qui l’a recueilli pour en savoir plus sur ses origines. Celui-ci l’emmène devant une maison cossue où ils se font dégager par le maître comme des importuns. Celui-ci est le Comte de Santa Barbara ; Joao apprendra que c’est le mari de sa mère, Angela, qu’il tient prisonnière depuis des années. Le Comte n’a pas digéré le fait qu’à son mariage Angela avait déjà eu un petit garçon, qu’elle a été obligé d’abandonner à la naissance.

Dans Mystères de Lisbonne, tous les personnages sont importants et ont une histoire, qu‘ils vont développer chacun à leur tour. Cette attention portée à chacun est passionnante : on se passionne pour les aventures de cette comtesse déshonorée, de ce brigand qui a fait fortune ou de ce prêtre bienveillant. Mais plus encore, le réalisateur déroule devant nos yeux les vies de leurs parents ou de leurs proches. Les histoires se croisent à travers le temps et l’espace, les relations entre les différents personnages s’entremêlent avec une fluidité incroyable.

La narrateur réussit à nous tenir en haleine, cultivant le mystère propre à chacun et rendant tous ses acteurs aussi importants les uns que les autres. La forme feuilletonnesque de ces Mystères de Lisbonne et ses costumes ampoulés pourraient paraître désuets et engoncés. C’est sans compter sur mise en scène flamboyante qui transcende tout. La caméra virevolte et se déplace élégamment entre les personnages, et les plans séquence magnifiques se succèdent à un rythme effréné.

Cette stylisation apporte à ces histoires parfois douloureuses (les morts se succèdent, les trahisons s’enchaînent) une légèreté impressionnante qui emporte le récit dans une fougue et met en avant le romanesque. On est avec Les mystères de Lisbonne au cœur même du dispositif cinématographique : Raoul Ruiz apporte avec lui une histoire rocambolesque, en savant démiurge il nous transporte et on en redemande. On pense à Honoré de Balzac et aux romantiques, et même si le récit s’essouffle vers la fin, on à hâte de voir le dénouement de l’intrigue, qui ne va pas nous décevoir.


Ma note : ***

Mystères de Lisbonne (2010) Raoul Ruiz
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 14/04/2011 02:13


Je crois que "ça le fait" pour un premier Ruiz (il paraît qu'il est très "inégal"). Le premier que j'ai vu de lui était "Le Temps retrouvé", qui divise, et que j'avais trouvé splendide (sans me
poser de question sur Proust que je n'ai pas lu).
Très proche de ton ressenti sur ce dernier film (tout au moins sur sa première partie et sur sa fin), que je voulais revoir avant de regarder la version pour Arte. Je doute d'y arriver maintenant
:-(


Neil 14/04/2011 09:52



Je n'ai pas vu son Temps retrouvé, mais j'aimerais bien.
Et je ne savais même pas que les Mystères de Lisbonne allaient être diffusés sur Arte. Pourquoi pas...



Christophe 13/02/2011 02:20


Un film que j'ai bêtement laissé passé lors de son passage à Dijon. J'attends maintenant son passage sur Arte, au printemps prochain. Ce ne sera pas la même émotion, mais ce sera déjà çà...


Neil 13/02/2011 11:09



Ah oui, il passe sur Arte en 6 épisodes je crois. Ce sera sans doute différent mais à voir de toutes façons.



dasola 04/02/2011 20:40


Bonsoir Neil, en y repensant, c'est un film envoûtant. J'ai été charmée par la musique et la mise en scène qui prend son temps. Bonne soirée.


Neil 05/02/2011 10:21



Bonjour Dasola,
Oui c'est un très beau film, on y rentre très facilement et il est assez fascinant.



Haut de page