Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

New-York, I love you (2007) Collectif de réalisateurs

par Neil 11 Mai 2010, 04:30 2010's

New_York.jpg   
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 14 avril 2010
Genre : fragments de vie
Durée : 1h43
Réalisation : Mira Nair, Fatih Akin, Yvan Attal, Allen Hughes, Shekhar Kapur, Shunji Iwai, Joshua Marston, Brett Ratner, Jiang Weng, Natalie Portman
Scénario : Les mêmes, Alexandra Cassavetes, Hu Hong, Olivier Lecot, Suketu Mehta, Anthony Minghella,
Avec Hayden Christensen (Ben), Natalie Portman (Rifka), Andy Garcia (Garry), Maggie Q (La call girl), Orlando Blum (David), Christina Ricci (Camille), Ethan Hawke (L‘écrivain), Julie Christie (Isabelle)…

Synopsis : Des gratte-ciel miroitants aux parcs et aux rues qui sont comme autant de mondes, New York est immortalisée dans quelques petits films à travers des centaines d'atmosphères différentes...(Allociné)

Mon avis
: Eloge de la diversité


Le voici donc, le deuxième opus de la série, après Paris je t’aime. Le projet d’Emmanuel Benbihy est donc sur de bons rails et il continue de rameuter un bon nombre de cinéastes et d‘acteurs émérites. Ici les réalisateurs ne sont pas ultra connus (le producteurs voulait un regard nouveau sur la ville) mais cosmopolites, à l’image de New-York. Le choix est aussi de ne pas mettre en valeur les artistes (leur nom n’apparaît qu’au générique final) et de construire un récit plus fluide que la simple succession de saynètes en court-métrages. Un fil directeur fait donc le lien entre les différentes histoires, toutes sur le thème de l’amûûûûûûr.

Ben est un cleptomane fasciné par une belle jeune femme. Rifka va bientôt se marier et parle religion avec un diamantaire. David est fasciné par une femme à qui il ne parle qu’au téléphone. Un gamin puceau est impatient d’aller à son bal de fin d’année. Deux trentenaires se demandent si leur histoire de cul de la veille va mener sur quelque chose de plus sérieux. Une ancienne cantatrice séjourne dans un vieux palace délabré et bavarde avec le groom. Des couples se font ou se défont au hasard d’une cigarette fumée sur le bord du trottoir. Un père divorcé promène sa fille dans Central Park. Un peintre prend une jeune herboriste de Chinatown pour modèle. Un vieux couple va faire une ballade à Brighton Beach. Tout ça sous le regard d’une vidéaste amateur.

Ce mélange pourrait faire un fatras un tantinet indigeste. Et bien non, au bout du compte New-York I love you s’avère être au final une petite fantaisie assez réjouissante. Les dix segments qui forment le long métrage s’enchaînent assez librement et ont chacun leur propre logique, formant un tout homogène et plutôt sympathique. Quand les différents court-métrages qui composaient Paris je t’aime n’étaient pas tous de qualité égale, ils ont ici tous un certain charme et apporte leur pierre à l’édifice. Alors en effet on peut reprocher le côté carte postal, le fait de se concentrer uniquement sur Manhattan, d’éluder l’actualité, le 11 septembre, la guerre en Irak ou la crise financière. Mais en même temps on retrouve à travers chacune de ces histoire le bouillonnant melting-pot qu’est cette ville symbole.

Certains segments sont tout de même plus réussit que d’autres. On retiendra les deux ceourt-métrages d’Yvan Attal, qui surprend en construisant des mini-histoires d’amour originales sur un trottoir, avec les deux charmantes prestations de Robin Wright Penn et de Maggie Q. Le segment de Joshua Marston (réalisateur de Maria pleine de grâce) est d’une fraîcheur absolue et permet de retrouver le magnifique Eli Wallach dans cette histoire de deux petits vieux émouvants, drôles et romantiques à souhait. Shekhar Kapur (cinéaste indien que je ne connaissais pas) met en image quant à lui une sublime rencontre éphémère et douloureuse entre une vieille cantatrice (l’excellente Julie Christie) et un jeune groom boiteux (Shia Leboeuf pour une fois intéressant). Toutes ces visions, toutes ces rencontres, touts ces moments partagés finissent par former un joli petit état des lieux du cinéma du monde et leur vision de l’amour nous donne envie d’y croire, ne serait-ce qu’un court instant.

Ma note : 7/10

commentaires

dasola 12/05/2010 19:15


Bonsoir Neil, j'ai bien apprécié ce film à sketches mais ceux ci ne sont pas tous réussis. Sans le savoir avant d'avoir vu le générique de fin, mes deux préférés sont ceux réalisés par Yvan Attal
et puis le dernier avec Eli Wallach: un bonheur. Et quel plaisir de retrouver Julie Christie même si je n'ai pas beaucoup aimé le segment dans lequel elle joue. Bonne soirée.


Neil 13/05/2010 11:33



On a eu les mêmes réactions : c'est bon signe. J'ai toutefois apprécié le court avec Julie Christie pour ma part. Bonne journée



Haut de page