Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ondine (2009) Neil Jordan

par Neil 2 Septembre 2010, 05:12 2010's

Ondine.jpg
Fiche technique
Film irlandais
Date de sortie : 25 août 2010
Genre : conte moderne
Durée : 1h51
Scénario : Neil Jordan
Directeur de la photographie : Christopher Doyle
Musique : Kjartan Sveinsson
Avec Colin Farrell (Syracuse), Alicja Bachleda-Curus (Ondine), Stephen Rea (Prêtre), Alison Barry (Annie), Tony Curran (Alex), Dervla Kirwan (Maura)…

Synopsis  : Syracuse, un pêcheur irlandais, découvre un jour dans son filet une femme prénommée Ondine, dont il est persuadé qu'il s'agit d'une sirène. Au fur et à mesure qu'Ondine s'intègre dans la communauté, plusieurs théories émergent quant à sa nature, tandis que Syracuse commence à tomber amoureux d'elle. (allocine)

Mon avis : Légendes ancestrales et amour rédempteurs

La sortie d’un nouveau long-métrage de Neil Jordan est pour moi (et malgré moi) encore un évènement. Parce que j’étais  adolescent lorsque j’ai découvert pour la première fois The crying game, un des films qui m’a fait rentrer en cinéphilie. J’ai par la suite toujours suivi sa filmographie, passant de très bons moments comme Entretien avec un vampire à des visionnages de navets tel que A vif. Nombre de ses films mineurs restent pour moi de très bonnes expériences : je pense à Breakfast on Pluto ou bien La fin d’une liaison. Je n’étais pas surpris en voyant qu’Ondine n’était que très peu distribué, et je tenais à le voir au plus vite avant qu’il ne passe à la trappe.

C‘est lors d‘une de ses séances de pêche quotidienne que Syracuse retrouve dans ses filets une jeune femme à bout de souffle. Il la sauve in extremis de la noyade et la jeune femme qui a peur de voir quiconque se réfugie dans une cabane appartenant au pêcheur. Très vite, la fille de Syracuse, Annie, qui se déplace en fauteuil roulant à cause de sérieux problèmes rénaux, va développer une amitié particulière avec la jeune femme qui s’auto-prénomme Ondine. Annie est persuadée qu’Ondine est une Selkie, créature mythique mi phoque mi humaine. Cultivant le mystère et ne parlant pas de son passé, Ondine va peu à peu se laisser séduire par Syracuse, un homme brisé qui a besoin de se reconstruire.

C‘est après l‘échec d‘un de ses gros projet américain que Neil Jordan a décidé de tourner un petit film en Irlande. C’est souvent le cas avec lui (on se souvient de Butcher Boy) et il a trouvé en la personne de Colin Farrell l’allié idéal, l’acteur irlandais préférant désormais se consacrer à des petites productions. Les thématiques extraordinaires l’ayant toujours intéressé, il n’est aucunement étonnant que le sujet de ce film soit les mythes et légendes : ici c’est une légende écossaise qu’il adapte à la mode irlandaise. Tout dans le film, des belles lumières de Christopher Doyle à la plastique diaphane de la jeune Alicja Bachleda-Curus - une découverte polonaise dont Colin Farrell n’est pas resté insensible - participe à l’envoutement créé par le film.

Voilà une jolie petite réussite que cet Ondine, frais et reposant malgré un environnement un peu lourdingue. Car si on regarde de près, les grosses ficelles scénaristiques sont au rendez-vous. La petite fille est handicapée, le héros est un ancien alcoolique, les habitants du village sont des vrais commères… tout ça pourrait tourner vite court. Mais Neil Jordan réussit, grâce à une mise en scène assez subtile, à nous épargner tout le long du film les poncifs les plus flagrants. Certaines scènes sont assez drôles, comme celles impliquant le prêtre local (un Stephen Rea excellent) et le réalisateur réussit à tenir le rythme grâce à un revirement de situation pas si bête. Le tout ne fait pas un grand film, et Ondine ne restrea pas dans les mémoires, mais permet de passer un très bon moment et d’oublier le catastrophique A vif, dernier opus malheureux d’un réalisateur pourtant plein de talent.

Ma note : 6,5/10

commentaires

Les Buzz culturels 28/09/2010 22:36


Salut! le film Ondine de Neil Jordan est enfin disponible au Canada!
Je l'ai écouté et j’ai rédigé une critique de ce film. Je l'ai mis en ligne hier.
Viens la lire! (cliquez sur mon nom de blogue)


Neil 29/09/2010 08:15



Il est déjà sorti en dvd au Canada ? eh beh...



Haut de page