Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Only lovers left alive (2013) Jim Jarmusch

par Neil 1 Décembre 2013, 06:37 Avant-Première

Only_Lovers.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie : 19 février 2014
Durée : 2h03
Genre : amants vampires
Scénario : Jim Jarmusch
Image : Yorick Le SauxAvec Tilda Swinton (Eve), Tom Hiddleston (Adam), Mia Wasikowska (Ava), John Hurt (Christopher Marlowe), Jeffrey Wright (Dr. Watson), Anton Yelchin (Ian)...


Résumé : dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. (allocine)

Mon avis : compassion pour le Diable

À en croire son réalisateur, Only lovers left alive lui a été inspiré par le roman de Mark Twain, La vie privée d'Adam et Eve. C'est drôle de voir à quel point les artistes peuvent nous enfumer pour tout et pour rien, parce que franchement, mis à part le nom des personnages principaux cela n'a rien à voir. Mais il est bon de revoir Jim Jarmusch en grande forme, lui qu'on avait senti un peu perdu, ou qui nous avait perdu pour être exact, avec The limits of control. Il est revenu pour ce nouveau long-métrage au festival de Cannes, où il avait reçu la Caméra d'Or en 1984 pour Stranger than paradise, et où la plupart de ses films ont été présentés. Ce qui est d'ailleurs étonnant, c'est qu'il n'y a reçu qu'une récompense majeure, le Grand prix pour Broken flowers qui sans être un mauvais film n'est pas non plus son meilleur.

Juste après son réveil, Adam reçoit la visite de son ami Ian, dans son appartement de Détroit situé dans un immeuble en décrépitude. Ils ont une longue conversation autour des guitare, Ian apportant à Adam une pièce de collection qu’il pose à côté de toutes celles qu’il possède déjà. Un peu plus tard, il se dirige vers un hôpital, déguisé en médecin et avec un badge sur lequel on peut lire « Docteur Faust ». Il y croise un infirmier qui lui fournit en échange d’une liasse de billet plusieurs flacons de sang O négatif. De son côté, à Tanger, Eve se dirige après son réveil dans un café où elle a rendez-vous avec son ami Christopher Marlowe. Celui-ci lui donne un sac de pharmacie, et ils se promènent tous les deux près de la plage. En rentrant, chacun boit quelques gorgées de ce sang qui leur procure une extase merveilleuse.

Revisiter les genres cinématographiques, c’est un peu ce qui a l’air d’amuser Jim Jarmusch. Ainsi, après le western ou le film de samouraï, il s’attaque avec Only lovers left alive au film de vampires. Ne vous attendez pas à une suite de Twilight, ni à un remake d’Une nuit en enfer, le film louche plutôt du côté d’Entretien avec un vampire pour le côté décadent ou des Prédateurs pour le côté glam-rock (en l’occurrence, rock tout court). Car il ressemble à son auteur : élégant et underground, le film ose quelques digressions savoureusement drôles comme sait si bien les mettre en scène le réalisateur de Night on earth. Ainsi, nos héros plus que centenaires utilisent le name dropping et leur démarche nonchalante pourrait être taxée de suffisante. Mais ils se font apprécier des humains, qu’ils ne sucent pas autant par hygiène que par éthique.

Si l’histoire en elle-même d’Only lovers left alive n’est pas a priori captivante, Jim Jarmusch parvient à nous tenir en haleine durant deux heures. Il installe comme personne son ambiance chic sans être toc et nous offre une esthétique  magnifique sublimée par la photographie de Yorick Le Saux. Il n’aurait pu mieux choisir que Tilda Swinton et Tom Hiddleston, baptisés ironiquement Adam et Eve, pour incarner ce couple amoureux mais libre, qui n’hésitent pas à parcourir la moitié du globe lorsque l’un d’entre eux se sent mal. La première est éblouissante, comme toujours a-t-on envie de dire, et l’on se plaît à rêver d’une récompense d’envergure, elle qui n’a reçu qu’un Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Comédie romantique revisitée autant que film de vampire un tantinet new age, on boit devant du petit lait – ou du petit sang, c’est selon.

Ma note : ****

commentaires

Leo M 17/07/2014 16:17

Ce film a un certain charme malgré quelques lacunes au niveau de la réalisation de certaines scènes.

neil 17/07/2014 19:16

Moi je n'ai pas vu les lacunes dans la mise en scène, le film m'a beaucoup charmé.

CHRISTOPHE LEFEVRE 07/03/2014 22:46


Beaucoup, beaucoup aimé :)

Neil 09/03/2014 10:58



Voilà qui fait grand plaisir :)



dasola 28/02/2014 13:24


Bonjour Neil, moi aussi, j'ai beaucoup apprécié ce film qui prend son temps. On baigne dans une atmosphère moite et émolliante. Appartenant au sexe féminin, j'avoue être tombée sous le charme de
Tom Hiddleston. Bonne journée.

Neil 03/03/2014 13:44



Bonjour Dasola, voilà qui fait plaisir. C'est vrai que Tom Hiddleston ne manque pas de charme. Bonne journée.



тном ряи 12/02/2014 11:55


Le film avait tout pour NE PAS me plaire. Rythme très lent et contemplatif, la présence de Tilda Swinton qui m'évoque plus l'ennui que la fascinant (je sais, je sais) mais au final, je suis
ressorti charmé par cette élégante ballade romantique et fantastique signée Jim Jarmusch : http://www.lebleudumiroir.fr/?p=7857

Neil 13/02/2014 11:54



Cool ! Et alors, ça fait quoi ton premier film avec Tilda que tu apprécies ? ^^ Effectivement le film est charmant :)



mymp 03/12/2013 13:04


Je reste toujours circonspect. En fait, c'est le début que j'ai trouvé très faible en comparaison du reste. En tout cas c'est du Jarmusch tout craché. Et d'accord avec toi : un Oscar pour Tilda
merde !

Neil 03/12/2013 15:58



Ah non moi je ne suis absolument pas circonspect, et la première partie ne m'a pas semblée plus faible. Faisons une pétition pour Tilda :)



Haut de page