Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pater (2011) Alain Cavalier

par Neil 24 Juin 2011, 05:42 En salles

Pater.jpg
Fiche technique
Film français
Date de sortie : 22 juin 2011
Genre : politique fiction
Durée : 1h45
Avec Vincent Lindon, Alain Cavalier, Bernard Bureau, Jonathan Duonq, Hubert-Ange Fumey, Manuel Marty…

Synopsis : Pendant un an ils se sont vus et ils se sont filmés. Le cinéaste et le comédien, le président et son 1er ministre, Alain Cavalier et Vincent Lindon. Dans "Pater", vous les verrez à la fois dans la vie et dans une fiction qu’ils ont inventée ensemble. (allocine)

Mon avis : Si j’étais Président de la République…

Les vieux ont la patate en ce moment. Alain Cavalier fait son Pater, Stéphane Hessel est indigné et Mme de Fontenay vote à l’extrême-gauche. Tout fout le camp ma bonne dame, tout fout le camp. En même temps, le père Cavalier il a pas attendu 2011 pour être énervé. Il s’affranchi très tôt du cinéma commercial traditionnel pour mettre en scène des films personnels, souvent des autofictions libérées des schémas narratifs traditionnels. Ce qui l’a souvent mené en marge de l’industrie cinématographique, sauf pour Thérèse qui lui valut une flopée de reconnaissances tant à Cannes qu’aux Césars. Et c’est également à la Croisette que Pater a été bien remarqué lors de sa sélection officielle.

Dans sa maison de Vendôme, Alain Cavalier se fait filmer par Vincent Lindon alors qu‘il prépare le repas. Une conversation à bâtons rompus s’amorce entre les deux hommes, où il nous est expliqué que le réalisateur va jouer à être le Président de la République tandis que son acteur principal interprétera le rôle du Premier Ministre. Celui-ci devra renoncer, s’il choisit la fonction, à continuer son activité de chef d’entreprise et il devra même vendre l’affaire familiale. S’il a choisi cet homme entre tous les autres c’est qu’il a appliqué dans son entreprise la mesure phare de son programme : réduire l’écart des salaires entre le salarié le moins bien payé et celui qui est le mieux payé.

La liberté est le substantif le plus adéquat pour qualifier Pater. Une liberté qui se retrouve dans le fond et dans la forme, avec simplicité et beaucoup de sincérité. Le film est minimaliste : pas de techniciens ni de scénario à proprement parler, juste des acteurs qui jouent. Et ils jouent au propre comme au figuré : c’est leur métier, qu’ils font parfaitement et ils s’amusent énormément. Les fous rires qui éclatent devant la caméra ne sont absolument pas prévus ni recherché, c’est juste un moment d’authenticité qui éclate devant nous, et qu'on ressent. Et ça le spectateur y est tout à fait sensible, ce qui rend le film - alors même qu’il est expérimental - totalement accessible.

Ce que tente de nous faire appréhender Pater, c‘est l‘exercice du pouvoir, ses contraintes mais aussi ses grandeurs. Le président qu’Alain Cavalier veut incarner n’a au final qu’une mesure phare, insuffler un peu plus d’équité dans le monde du travail. Personne ne contestera cette volonté, on adhèrera même volontiers à ses arguments. Mais même s’ils sont d’accord sur le fond, Cavalier et Lindon vont vite se rendre compte que la mise en pratique, fut-elle illusoire, n’est pas si simple. Et je dis Lindon car l’acteur se prend petit à petit au jeu et va nous expliquer combien son personnage de Premier Ministre déteint sur lui. Une mise en abîme du rôle de l’acteur se met alors en route, qui en dit beaucoup sur le cinéma. Une relation filiale s’installe également entre ces deux hommes, entre deux bons gueuletons (et en ça le film est très français) et quelques visites de « la France d’en bas », où tous les personnages sont traités avec une tendresse infinie.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

D&D 16/08/2011 20:09



Très accessible, libre, je ne suis pas sûr d'avoir moi-même employé ces termes mais comme tu t'en doutes, je suis d'accord ;-)


Il a un chouette ton ton billet !



Neil 17/08/2011 21:46



Merci ! J'ai vraiment eu un petit coup de coeur pour ce film qui n'a je pense pas reçu les faveurs du public. Dommage...



Chris 27/06/2011 19:57



J'ai trouvé le film très peu aventureux contrairement à ce qu'on lit partout, et son aspect cheap et bricolé m'a plutôt paru ridicule qu'autre chose. Donc, j'ai pas accroché.



Neil 28/06/2011 08:26



Alors oui, j'ai aussi trouvé le film moins expérimental que ce qu'on en entend parler. Et c'est aussi ça qui m'a plu : je suis entré dedans tout de suite, je le trouve accessible. Et furieusement
intéressant. Pour une fois qu'on me parle politique (avec des idées) sans m'infantiliser je ne boude pas mon plaisir.



Haut de page