Pina (2011) Wim Wenders

par Neil 9 Mai 2011, 05:10 En salles

Pina.jpg
Fiche technique
Film allemand
Date de sortie : 6 avril 2011
Genre : documentaire dansé
Durée : 1h43
Scénario : Wim Wenders
Image : Hélène Louvart
Musique : Thom Hanreich
Avec Pina Bausch, Regina Advento, Malou Airoudo, Ruth Amarante, Jorge Puerta Armanta, Rainer Behr, Andrey Berezin, Damiano Ottavio Bigi, Ales Cucek, Clémentine Deluy…

Synopsis : Voyage au cœur d'une nouvelle dimension, d’abord sur la scène du légendaire Ensemble Tanztheater Wuppertal , puis hors du théâtre, avec les danseurs, dans la ville de Wuppertal et ses environs - cet endroit dont Pina Bausch a fait son port d’attache durant 35 ans et où elle a puisé sa force créatrice.. (allocine)

Mon avis : Dansez, dansez, sinon nous sommes tous perdus

Si j‘ai mis autant de temps à aller voir Pina c‘est que je suis imperméable à l‘art chorégraphique. J’ai du mal à appréhender les émotions au travers de la danse et ne connais absolument rien au travail de Pina Bausch. Seulement les critiques sont tellement bonnes et unanimes que je décidais de tenter l’expérience. Après tout, me dis-je, c’est Wim Wenders qui tient la caméra (cela dit, honte à moi, je ne connais pas mieux la filmographie du réalisateur allemand). C’est d’ailleurs un projet qui lui tient à cœur, et on le comprend : après avoir passé six mois avec la chorégraphe pour tourner le documentaire, celle-ci meurt, le laissant terminer avec sa troupe cet ouvrage de maître.

Nous sommes à Wuppertal, petite ville d‘Allemagne située pas très loin de Düsseldorf. C’est là que Pina Bausch a pris la tête de la troupe de danse au début des années soixante-dix. Elle meurt en 2009 à l’âge de soixante-huit ans et les danseurs qui l’ont accompagné durant de nombreuses années décident de danser pour elle, pour la mémoire. Plusieurs tableaux nous sont alors présentés : quelques uns se situent au cœur même du dispositif théâtral de l’Ensemble, d’autres sont scénographies dans des décors extérieurs tandis que des documents d’archives et des interviews des danseurs ponctuent les scènes de danse.

Certaines images extrêmement fortes nous transportent devant Pina : les mouvements des corps, saccadés, en rythme, pleins d’énergie, de désir. On est stupéfait devant le travail extraordinaire de ces danseurs de l’extrême qui osent tout et n’hésitent pas à lâcher prise, à s’oublier pour faire confiance à son partenaire. Les visages expriment autant que les corps cette douleur, cette solitude pour après nous transmettre une joie de vivre et une furieuse envie de croquer à pleine dents cette existence trop brève. Chaque scène exprime un sentiment différent, et les témoignages des danseurs sur leur rapport avec la chorégraphe et sur leur métier n’est pas inintéressant - même si c’est parfois longuet quand on n’est pas spécialiste du sujet.

Cela dit, je me demande si la force qui se dégage de Pina ne tient pas uniquement de la chorégraphie en elle-même et de ses danseurs. La mise en scène de Wim Wenders m’a semblé assez sage et tout à fait respectueuse de son idole. Notons tout de même que les meilleurs scènes sont celles qui intègrent la danse dans un univers extérieur - urbains en particulier. Mais celles-ci sont trop rares : on a souvent l’impression d’assister à du spectacle vivant, filmé en quasi-direct. Ce sont des performances d’une grande qualité, et l’on peut savoir gré au réalisateur de faire connaître au plus grand nombre cette artiste méconnue (et pourtant célèbre), mais on peut se demander quel est son apport personnel. A part ça, la 3D s’intègre de façon magnifique à l’ensemble et l’image est de qualité. Une curiosité à découvrir.

Ma note : **

commentaires

bahri nohad 09/05/2011



je vais aller le voir aujourd'hui, et te donnerai mon avis de balletomane! bises



Phil Siné 09/05/2011



tiens, c'est marrant, moi j'étais plutot enthousiaste sur la mise en scène justement, qui s'adapte justement parfaitement à la 3D pour une fois... les mouvements de caméra sont amples, doux... et
du coup même pas mal au crane en sortant ! :)



mymp 11/05/2011



C'est vrai que Wenders ou un autre, cela aurait-il changé quelque chose ? Parce que finalement, et même si le film est vraiment magnifique, il n'y a pas grand-chose à faire d'autre qu'à filmer et
qu'à contempler un si beau spectacle. Le montage fait peut-être plus la différence... Pour ma part, j'ai été complètement bluffé par la resprésentation du Sacre du printemps où, plus que dans les
autres spectacles je trouve, "les visages expriment autant que les corps cette douleur (...) de vivre". Une vraie claque. Ensuite, chaque représentation est plus ou moins impactante, quand
certaines, je dois avouer, m'ont laissé de marbre.



D&D 23/07/2011



"Cela dit, je me demande si la force qui se dégage de Pina ne tient pas uniquement de la chorégraphie en elle-même et de ses danseurs."... Je t'avoue que j'en suis assez convaincu, d'autant que
je n'ai pas aimé le film du tout, tout en profitant du travail des danseurs et de la chorégraphe. A te lire, je suis en tout cas content d'imaginer que quelque chose passe en effet de ce travail
littéralement extra-ordinaire, car même en ce qui concerne les danseurs, le film ne leur rend pas réellement justice, à mes yeux. Je sais pas si je prendrais le temps de développer ça un jour (et
si j'aurai alors l'envie de me faire bien détester tant le film a été heureusement reçu :-) ).


En tout cas, faute de mieux, je suis content qu'il existe...


 



Haut de page

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog