Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rabbit hole (2010) John Cameron Mitchell

par Neil 25 Avril 2011, 05:33 En salles

Rabbit_Hole.jpg
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 13 avril 2011
Genre : couple en crise
Durée : 1h32
Scénario : David Lindsay-Abaire
Image : Frank G. DeMarco
Musique : Anton Sanko
Avec Nicole Kidman (Becca), Aaron Eckhart (Howie), Dianne Wiest (Nat), Jon Tenney (Rick), Tammy Blanchard (Izzy), Sandra Oh (Gabby)…

Synopsis : Huit mois après la disparition de leur fils, Becca et Howie redonnent peu à peu un sens à leur vie. Howie tente de nouvelles expériences tandis que Becca préfère couper les ponts avec une famille trop envahissante. Contre toute attente, elle se rapproche du jeune homme responsable de la mort de leur enfant. (allocine)

Mon avis : La vie c’est triste et à la fin on meurt

Attention, sujet délicat : Rabbit hole nous parle de la mort d‘un enfant. Le film a beau être l’adaptation d’une pièce de théâtre, les références sont multiples au cinéma et le sujet est casse-gueule. On ne s’attend d’ailleurs pas à trouver dans le rôle du metteur en scène John Cameron Mitchell, dont les deux premiers films étaient plutôt dans la vie. Mais la psychanalyste de Shortbus vous le dirait bien mieux que moi : rien n’est plus proche du sexe que la mort, Eros et Thanatos sont finalement des cousins très germains. Les pulsions de vie et de mort, associées à une réflexion sur le couple, sont donc au cœur de ce Rabbit hole ; ça fait envie, hein.

En s‘occupant de son jardin, Becca entend sa voisine l‘appeler pour lui proposer de venir diner chez eux. Elle refuse, prétextant une sortie en couple bidon. Son mari Howie ne s’en offusque pas et ils passent la soirée tous les deux. Plus tard dans la nuit, Becca entend du bruit dans le salon : Howie se repasse une vidéo de leur fils, disparu il y a huit mois à l’âge de quatre ans. Ils se rendent à des réunions de soutien hebdomadaires mais Becca n’en peut plus d’entendre toujours les mêmes lamentations. Elle n’arrive pas à surmonter sa douleur et le fait de voir sa sœur tomber enceinte ou sa mère lui rappeler combien il a été dur pour elle de perdre son fils n’améliore pas les choses.

Finalement, le cœur même de Rabbit hole n’est pas la perte d’un enfant mais le couple et sa capacité à surmonter une épreuve. On pense beaucoup à Eyes wide shut devant le film, et ce n’est pas que grâce à la présence de Nicole Kidman. John Cameron Mitchell analyse très finement les rapports entre êtres humains, et pas uniquement entre les personnages principaux mais également avec leur environnement. Il ne livre pas ici un mélo sans saveur, son discours est pertinent et l’émotion est présente sans saturer le récit. Les angoisses et les motivations des personnages sont palpables ; ils héritent d’une situation traumatisante et réagissent chacun à leur manière sans que le réalisateur ne pose de jugement de valeur.

Si les personnages de Rabbit hole nous semble si familiers, c‘est qu‘ils sont incarnés (dans le sens le plus noble du terme) par des acteurs inspirés. Je n’avais pas vu Nicole Kidman en si grande forme depuis bien longtemps, peut-être depuis Fur ou bien Dogville. C’est avec une grande finesse qu’elle prend à bout de bras ce personnage de femme perdue à la recherche d’une bouée de sauvetage. Son compagnon à l’écran, Aaron Eckhart, trouve là aussi un de ses plus beaux rôles : cette petite faille qu’il laisse ici à découvert lui va très bien. Quand aux seconds rôles ils sont impeccable, de Dianne Wiest et Sandra Oh : cette cohérence dans le casting est un atout indéniable. On est en présence d’un film touchant, qui va au fond des choses sans être lourd, ce qui pour un tel sujet est une gageure.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

D&D 04/07/2011 21:20



Bien d'accord avec toi sur Kidman, que je n'avais peut-être même tout simplement pas revue depuis Fur. Grand plaisir de retrouver Dianne West également. Je crois moins retenir ce film
que toi mais j'étais content de verser ma larme, c'est plus si fréquent dans ce que je peux voir !



Neil 05/07/2011 17:07



Ah oui, une petite larme dis donc... Et tu as raison pour Dianne Wiest, j'étais bien content de la voir ici.



Wolvy128 25/04/2011 19:19


Ta critique confirme ce qu'on m'avait dit de ce film, à savoir une bonne prestation du casting. Je vais essayer de le regarder quand j'aurai un peu de temps :)


Neil 25/04/2011 19:49



J'ai moi aussi entre temps écouté ou lu pas mal de critiques qui vantent le casting : à voir.



Haut de page