Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rango (2010) Gore Verbinski

par Neil 18 Mars 2011, 06:52 2010's

 

Rango.jpg
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 23 mars 2011
Genre : western animé
Durée : 1h40
Scénario : John Logan et James Ward Byrkit
Image : Roger Deakins
Musique : Hans Zimmer
Avec les voix de Johnny Depp (Rango), Isla Fisher (Fève), Ned Beatty (Le maire), Alfred Molina (Œil de pierre), Bill Nighy (Jack la Morsure), Ray Winstone (Bad Bill)…

Synopsis : Alors qu'il mène sa vie sans histoire d'animal de compagnie, Rango, caméléon peu aventurier, est en pleine crise d'identité : Un jour, Rango échoue par hasard dans la petite ville de Poussière, dans l'Ouest sauvage, où de sournoises créatures venues du désert font régner la terreur. (allocine)

Mon avis : I’m a poor lonesome lizard

A la base, on peut être étonné de voir associer à Rango le nom de Gore Verbinski. Le réalisateur de la trilogie des Pirates des Caraïbes n’est à priori pas vraiment un habitué de l’animation. Or Rango est un projet qu’il développe depuis déjà pas mal de temps, et qu’il a mis en stand-by pour raconter les aventures de Jack Sparrow (dont le quatrième opus sort dans deux mois et est réalisé par… Rob Marshall). Au passage, Gore Verbinski a chopé quelques membres de l’équipage pour s’embarquer dans une aventure en terre animée. Un petit divertissement en forme de western parodique réalisé avec l’appui des équipes de George Lucas.

Rango est un lézard de compagnie qui rêve d’aventures. Aidé des quelques jouets qu’il a dans son aquarium, il s’imagine en héros pourchassant les méchants et sauvant les princesses. A la faveur d’un accident de voiture, il se retrouve catapulté en plein milieu du désert. Il y rencontre un étrange personnage qui lui conseille vivement d’accomplir sa destinée en traversant les étendues désertiques. Accablé par la chaleur et la déshydratation, c’est là qu’il fait la connaissance de Fève, une jeune et jolie lézarde persuadée d’avoir vu de l’eau déversée en plein désert. Elle l’emmène alors dans la ville de Poussière où Rango va découvrir un univers et des personnages très particuliers.

La première chose à dire sur Rango, c’est que ça marche : l’histoire, originale, est bien racontée, il y a des aventures rocambolesques et des rebondissements. On rigole souvent grâce à des personnages au caractère bien trempé et à des situations bien trouvées. Le dessin n’est pas révolutionnaire mais tout de même réaliste et joliment exécuté. Par rapport à d’autres réalisations comme celles du studio Ghibli, on n’est pas emporté d’emblée et l’émotion tarde à pointer. Mais l’ensemble est harmonieux et on passe un bon moment de cinéma. Quant à savoir si l’œuvre s’adresse plus aux enfants qu’aux adultes, je pencherais plutôt pour le deuxième bien que des enfants devraient pouvoir apprécier.

Ce qui est original, si je ne m’abuse, avec Rango, c’est cette première incursion de l’animation dans un territoire inconnu, le grand Ouest. Mis à part certaines séries animées comme Speedy Gonzales, je n’ai pas le souvenir d’un long-métrage d’animation s’inspirant du western. Et en fait ce mélange des genres est assez amusant. Le film est bourré de petites références aux western spaghetti mais également à quelques grands classiques. L’inventaire serait superflu mais cette façon de rendre hommage à un genre plus vraiment usité, tout en y incorporant du second degré s’avère très sympathique. Rango est donc un long-métrage drôle et distrayant, qui ne casse pas trois pattes à un canard mais qui convient tout à fait pour un  petit moment de détente du dimanche soir.

Ma note : **

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Squizzz 23/03/2011 23:21


Désolé de vous interrompre dans votre discussion, lol. Je voudrais juste revenir au film, que j'ai vu cet aprem. Assez d'accord avec ta critique, ça casse pas 3 pattes à un canard, mais ça se
regarde. Par contre si les références s'adresse plus aux adultes, l'histoire, assez banale, vise nettement les enfants. C'est peut-être ça qui manque, une histoire plus ambitieuse.


Neil 24/03/2011 12:01



Désolé on se rendait même plus compte lol.
Oui c'est peut-être ça le problème du film : à force de ne pas savoir à qui il s'adresse il finit par se perdre en route.



Phil Siné 21/03/2011 23:15


oh ! tu es sur une liste ? tu as rencontré des gens ? ils t'ont dit que j'y étais aussi ?!


Neil 23/03/2011 22:10



Rooo quel curieux ! Voui, je suis sur liste d'attente. On m'a pas parlé de toi, mais j'ai cru comprendre par un certain message qu'il se pouvait que tu ysois aussi...



Phil Siné 21/03/2011 13:39


comment ça "et toi ?"
je ne prévois pas de surprises imminentes... ;)


Neil 21/03/2011 21:07



Ah tiens... je pensais pourtant qu'on avait ça en commun. Je te dirai... ^^



Squizzz 19/03/2011 18:30


Ah ouai "Fievel au Far West", je me souviens que j'adorais enfant !
Et oui, on en peut plus d'attendre la surprise !!!


Neil 19/03/2011 20:49



Arf, ça y est on a relancé Fievel... ^^



Phil Siné 19/03/2011 11:55


et "fievel au far west" ? :)
bon, de toute façon c'est pas trop mon truc ce genre de films (d'animation), donc je crois que je vais m'abstenir...
et sinon, c'est quand que ça arrive la surprise dont tu nous avais parlé pour ton blog ? (l'attente devient intenable ! ;)


Neil 19/03/2011 20:49



Pfiou, Fievel au pays du Far West... ça nous rajeunit pas tout ça !
Hum, ça va venir, ça va venir... un jour....
Et toi ? ;)



Squizzz 19/03/2011 00:03


Ca sera surement mon film de mercredi !


Neil 19/03/2011 20:47



Et je pense que tu vas apprécier.



Haut de page