Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Restless (2011) Gus Van Sant

par Neil 14 Juin 2011, 05:36 Avant-Première

Restless.jpg
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 21 septembre 2011
Genre : amour terminal
Durée : 1h31
Scénario : Jason Lew
Image : Harris Savides
Musique : Danny Elfman
Avec Mia Wasikowska (Annabel Cotton), Henry Hopper (Enoch Brae), Jane Adams (Mabel Tell), Chin Han (Dr. Lee), Schuyler Fisk (Elizabeth Cotton), Ryo Kase (Hiroshi)…

Synopsis : Bien qu’en phase terminale d’un cancer, la jeune Annabel Cotton est animée d’un amour profond de la vie et de la nature, De son côté, Enoch Brae a cessé d’avoir envie de faire partie du monde depuis que ses parents sont morts dans un accident. Lorsque ces deux êtres à parts se rencontrent à un enterrement, ils se découvrent d’étonnants points communs.

Mon avis : La mort vous va si bien

Craquage en règle : Restless me fait déroger à ma stupide sempiternelle règle de ne parler que des films qui sont sortis ou qui vont sortir dans les jours qui viennent. Oui mais voilà, Paris est magique possède des atouts indéniables. Car une semaine après le Festival de Cannes, le cinéma Reflet Médicis propose en avant-première exclusive tous les films présentés à Un certain regard. Pour les cinéphiles absents de la Croisette c’est une occasion en or de voir des petites perles quelques mois avant leur sortie en salle - sans compter les films, on en a connu, qui n’ont pas bénéficié d’une sortie, même après le traitement de faveur cannois. Bref, Restless faisait donc l’ouverture de la sélection 2011.

C’est à l’enterrement d’un garçon atteint d’un cancer que le regard d’Enoch croise celui d’Annabel. La jeune fille découvre tout de suite, à sa dégaine, que le jeune homme ne connaissait pas le défunt. Il fuit, n’osant as avouer la vérité : c’est un habitué des cérémonies funéraires. Il se fait prendre un jour par un membres des pompes funèbres et c’est là qu’Annabel lui sauve la mise, prétendant être sa petite amie enterrant une vieille tante. Ils partent tous les deux et apprennent à se connaître. Annabel raconte ainsi à Enoch qu’elle est bénévole dans l’hôpital où était soigné le petit garçon mort d’un cancer, c’est pourquoi elle était présente à ses funérailles.

On pourrait dire que Restless est l‘anti Love Story. Autant le film d’Artur Hiller était larmoyant, à la limite de l’indécence, autant le film de Gus Van Sant est d’une poésie et d’une finesse infinie. Pourtant le thème est le même, l’histoire d’amour d’une fille malade et qui sait qu’elle ne s’en sortira pas. Sujet casse-gueule - une commande qui plus est - que le réalisateur de Portland prend à bras le corps, n’hésitant pas à truffer son film de thèmes macabres. Et pourtant le film est lumineux et plein de beauté. Un humour noir exquis baigne dans cette histoire qui n’oublie pas d’être romantique avant tout. On plonge à bras le corps dans cette idylle impossible, jamais cul-cul, avant tout sensuelle et furieusement touchante.

C‘est qu‘avec Restless, Gus Van Sant nous montre encore une fois qu‘il possède un regard certain sur l‘adolescence. Sa filmographie est peuplée de jeunes hommes (et parfois de jeunes femmes, mais plus rarement) un peu en marge, qui se cherchent et ne veulent souvent pas être conformes à la société. Ici Enoch Brae, parfaitement incarné par Henry Hopper (le fils de Dennis, mignon comme un cœur) possède une personnalité assez incroyable, une clairvoyance et une maturité rare pour un gamin de son âge. Sa partenaire à l’écran, Mia Wasikowska, qu’on a pu voir l'an dernier dans l’Alice au pays des merveilles de Tim Burton, crève également l’écran par son douceur et sa grâce. Ils composent une partition funèbre délicate qui nous emporte et nous touche au plus profond, droit au cœur.

Ma note : ****

commentaires

Flow 28/09/2011 11:23



J'ai adoré. La parfaite dichotomie entre vie et mort pourtant intinséquement liées et l'analyse de l'adolescence sont parfaites.



Neil 29/09/2011 17:48



C'est vrai, la réflexion sur la vie et la mort est assez bien amenée. Un très joli film.



Squizzz 24/09/2011 22:09



Une fois de plus totalement d'accord !



Neil 25/09/2011 10:52



Ah cool, ça me fait bien plaisir ! :)



Christophe 23/09/2011 21:41



Très déçu par ce film... qui m'a laissé complètement indifférent...



Neil 24/09/2011 10:32



Ah c'est dommage ça... moi il m'a emballé !



Wilyrah 22/09/2011 11:31



Pareil, prévu ce samedi à la Biblio ou Bercy ;) Hâte !



Neil 22/09/2011 16:52



Cool, il vaut vraiment la peine pour moi :)



jujulcactus 19/09/2011 10:53



Je vais le voir ce soir en avant première, de deux jours mais en avant première quand même !!! ^^ J'espère en ressortir aussi convaincu que toi, ça m'a l'air très doux, très joli :)



Neil 19/09/2011 17:33



Exactement. C'est un film doux et charmant, j'en était sorti assez ravi. :)



Marcozeblog 19/06/2011 21:59



C'est vraiment top cette possibilité de voir les films des mois à l'avance ... En tout cas, tu fais de la bonne pub car j'ai maintenant envie de voir le film ...



Neil 20/06/2011 22:25



Ah c'est cool, le film mérite vraiment qu'on s'y attarde.



Squizzz 19/06/2011 18:44



Je ne lirai pas ta critique pour garder mon regard neuf quand j'aurai enfin la chance de le voir. Veinard !



Neil 20/06/2011 22:24



Oui oui, ne lisez pas, ne lisez pas. Je ferai une piqûre de rappel en temps voulu :)



Wilyrah 18/06/2011 21:11



Je te déteste. Tout simplement. Sale privilégié !



Neil 18/06/2011 21:35



Uh uh uh, que c'est bon de se faire détester ^^



Phil Siné 17/06/2011 15:36



ah ben c'est prometteur... je n'avais lu du bien de ce film que dans les cahiers pour l'instant... tant mieux !


et tu trouves vraiment ça "mignon" un coeur ? c'est les ventricules ou les valvules qui te font craquer ? ;)



Neil 17/06/2011 22:25



Oh, les Cahiers en ont dit du bien ? Bravo, je les en félicite : ils ont sans doute dû s'inspirer de mon avis.
Bah c'est quand même plus joli de dire "mignon comme un coeur" que "beau comme un camion" ^^



Haut de page