Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rien à déclarer (2010) Dany Boon

par Neil 10 Février 2011, 06:38 2010's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 2 février 2011
Genre : comédie franchouillarde
Durée : 1h48
Scénario : Dany Boon
Directeur de la photographie : Pierre Aïm
Musique : Philippe Rombi
Avec Benoît Poelvoord (Ruben Vandevoorde), Julie Bernard (Louise Vandevoorde), Dany Boon (Mathias Ducatel), Karin Viard (Irène Janus), François Damiens (Jacques Janus), Bouli Lanners (Bruno Vanuxem)…

Synopsis : 1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière. Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge... (Allocine)

Mon avis : Tintin chez Martine à la douane

Plus de vingt millions : c’est le nombre d‘entrées France cumulées par Bienvenue chez les Ch’tis à la fin de son exploitation en salles. En allant voir Rien à déclarer, des files d’attente monumentale étaient visibles. Or, les gens attendaient tous pour voir Le discours d’un roi, et les salles n’étaient qu’à moitié pleine. Parisianisme ou essoufflement de l’effet Dany Boon ? En tout cas, le film est sorti premier de sa première journée d’exploitation, à 300 000 entrées France, soit la moitié de Bienvenue chez les Ch’tis, et six fois plus que le film de Tom Hooper, qui était pourtant arrivé en tête à la fin de la première séance de la capitale.

En 1986, Ruben Vandevoorde, douanier belge de la petite ville de Koorkin, apprend que le traité de Maastricht, qui sera signé sept ans plus tard, prévoit d‘abolir les postes frontières. Chauvin, il est furieux de cette décision et décide d’en faire baver à tous les français qu’il va croiser. Sept ans plus tard, les relations son toujours aussi tendues avec ses collaborateurs français, notamment Mathias Ducatel. Celui-ci est bien embêté : il sort depuis un an avec la sœur de Ruben et n’ose pas le dire à son collègue, encore moins à son père dont il a hérité la haine anti-français.

On entend régulièrement une critique littéraire du Masque et la Plume (à savoir Olivia de Lamberterie, pour ne pas la nommer) parler des Fausses Bonnes Idées. On pourrait utiliser cette expression avec Rien à déclarer. Car l’idée initiale de faire une comédie sur ce changement d’époque particulier, dans ce lieu emblématique et avec des personnages truculents n’est pas inintéressante. Et la scène d’ouverture, qui se passe en 1986, est assez bien fichue : elle sonne un peu vieillotte mais la reconstitution n'est pas mal du tout.

Malheureusement, cette scène ne dure qu’un court moment et le reste du film n’aura pas cette finesse. Censé se dérouler en 1993, de nombreuses approximations émaillent le film qui contient surtout un nombre incroyable de clichés en tout genre. Alors d’accord, Rien à déclarer est une farce, et le film se doit donc de grossir le trait. Seulement là c’est plus un pinceau c’est une truelle qu’a utilisé Dany Boon. Il veut faire passer son film pour du Gérard Oury (et le duo qu’il forme avec Benoît Poelvoorde fonctionne plutôt bien), mais on y voit plus au mieux une comédie à la Georges Lautner, au pire un film de Max Pécas.

C’est de l’humour bien gras qui nous est servi dans Rien à déclarer, avec des louches de clins d’œil franchouillards qui peinent à passer pour de l’antiracisme. Tout ça avec un déluge de bons sentiments : on n’arrive pas à croire une seconde à l’histoire d’amour franco-belge (il faut dire que Julie Bernard est particulièrement nunuche). Les autres acteurs s’en sortent assez bien, en particulier Karin Viard (qui s’épanouit dans la démesure) et François Damiens (quoiqu’un peu trop dans la surenchère). C’est attendu et ça plaira sans doute aux familles ; on peut légitimement attendre plus.


Ma note : °

Rien à déclarer (2010) Dany Boon
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Pyrausta 25/02/2011 09:40


c'est un film grand public rien de plus.Il faudrait que Dany Boon s'arrete maintenant ,du moins dans ce registre.


Neil 26/02/2011 11:04



Qu'il arrive tout du moins à faire des films grands publics mais qui ne se moquent pas de ses spectateurs.



Franka 18/02/2011 10:58


J'ai trouvé "Bienvenue chez les ch'tis", qui m'a arraché deux ou trois sourires, tellement surcoté que je ne me dérangerai certainement pas cet opus 2...peut-être méritera-t-il un dimanche soir de
légumage devant ma téloche, tout au plus, et seulement pour Karin Viard ... (et au fait, cette newsletter ? ^_^)


Neil 18/02/2011 14:16



Damned, ma newsletter s'affichait dans l'espace de gestion du blog mais pas sur le blog. Normalement c'est réparé...
Sinon je te confirme que le film ne mérite pas plus qu'un dimanche soir devant la télé (et encore).



Wilyrah 12/02/2011 00:32


Courageux ou masochiste ? J'opte pour la seconde option te concernant :p


Neil 12/02/2011 11:10



Mort de rire. Moi, maso ? ^^



Squizzz 11/02/2011 20:38


C'est sûr que le film ne fait pas dans la finesse, et qu'il risque de déplaire à pas mal de monde. Mais perso, il m'a fait rire, et y'a tellement de comédies qui ne sont pas drôles, que je trouve
que c'est déjà pas mal. Un divertissement honnête mais qui ne va pas chercher plus loin (et qui ne prétend pas le contraire d'ailleurs).
Par contre, je suis d'accord avec toi, Julie Bernard fait vraiment tapisserie. Quant à Karin Viard, elle est excellente comme d'hab. J'ai vu le nouveau Klapisch hier, et on peut dire qu'elle
illumine vraiment son film (qui est par ailleurs plus mitigé).


Neil 12/02/2011 11:10



Ben moi le film ne m'a pas fait rire. J'ai sincèrement trouvé peu d'atouts au film, pourtant je n'avais pas d'a priori à la base...



dasola 11/02/2011 07:56


Bonjour Neil, je suis d'accord avec ta critique mais je sauve Karin Viard (géniale) et Benoit Poelvoorde, ce dernier m'émeut beaucoup.


Neil 12/02/2011 11:08



Oui, je sauve également Karin Viard, malgré son rôle détestable.



Haut de page