Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tamara Drew (2009) Stephen Frears

par Neil 3 Août 2010, 00:53 2000's

Fiche technique
Film britannique
Date de sortie : 14 juillet 2010
Genre : retour au pays
Durée : 1h49
Scénario : Moira Buffini, d’après l’œuvre de Posy Simmonds
Photographie : Ben Davis
Musique : Alexandre Desplat
Avec Gemma Arterton (Tamara Drew), Roger Allam (Nicholas Hardiment), Bill Camp (Glen McCreavy), Tamsin Greig (Beth Hardiment), Dominic Cooper (Ben Sergeant), Luke Evans (Andy Cobb), Jessica Barden (Jody Long)…

Synopsis : Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les cœurs, Tamara Drewe est l'Amazone londonienne du XXIe siècle. Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix.... (Allociné)

Mon avis : Petites vanités bien décevantes

Si il y a bien un réalisateur sur lequel on ne peut plus compter, que ce soit en bien ou en mal, c’est bien Stephen Frears. J’avoue que je n’avait pas vu Cheri, mais les médiocres critiques du film m’en avaient dissuadées. The Queen étaient assez intéressant, quoique quelque peu compassé. Madame Henderson présente était parait-il plutôt réussit. Quant à Dirty pretty things, encore un que je n’ai pas vu mais qui n’avait pas eu bonne presse. Bref, de Tamara Drew on ne pouvait a priori rien présager, mais un bouche à oreille élogieux m’a mis la puce à l’oreille. Et en ces périodes estivales, pourquoi ne pas se laisser tenter par une petite comédie à l’anglaise ?

Un petit village du Dorset au nom imprononçable s’apprête à vivre des évènements peu banals. Cette charmante petite bourgade va accueillir une de ses anciennes habitante, Tamara Drew. Petite, elle avait un physique ingrat rehaussé par un énorme nez en trompette. Aujourd’hui, c’est une belle jeune femme au nez refait et aux jambes interminables. Journaliste à Londres, elle vient ici vendre la maison de ses parents. La petite communauté locale va alors subir de nombreux bouleversements. À commencer par Nicholas Hardiment, écrivain imbu de lui-même qui trompe sa femme éhontément et accueille un groupe d’écrivains en herbe un peu ratés pour un atelier d’écriture.

À en voir toutes les bonnes critiques qui sont sortis sur Tamara Drew, je me dis que j‘ai dû bien passer à côté de quelque chose. J’ai trouvé le film balourd et ringard, avec quelques bons moment d’humour mais trop rares à mon goût. Alors certes la critique de la petite bourgeoisie de province est là, mais les personnages sont tellement caricaturaux et les situations tellement farfelues que ça décrédibilise toute l’ironie que tente de passer Stephen Frears. On pourrait croire à une farce mais le sérieux sous-jacent qui sous-tend tout l’argumentaire (nous sommes tous des écrivains ratés, les vraies valeurs sont celles de nos campagnes…) plombe le discours final et diminue l’impact humoristique que pourrait avoir le film.

Et puis Tamara Drew a un énorme défaut, c’est son casting, en tête duquel on trouve Gemma Arterton. Baser son film sur une bombe, c’est bien pour attirer les spectateurs masculins, mais faut-il encore qu’elle sache jouer. Las, la toute jeune anglaise n’a pas grand-chose à faire valoir mise à part une plastique impeccable. Roger Allam s’en sort  quant à lui beaucoup mieux avec un rôle pourtant bien antipathique, tandis que les deux bellâtres masculins sont tout à fait agréables à regarder mais ont manifestement plus de pectoraux que de registre théâtral. La mise en scène est proprette, à l’image des paysages anglais dont ont nous abreuve à foison. Un bon petit moment bien gentillet, mais « Much ado about nothing », comme dirait le grand William.

Ma note : *

Tamara Drew (2009) Stephen Frears
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Ed(isdead) 24/08/2010 16:50


C'est assez ahurissant cet écart entre la réception critique du film et les quelques notes publiées sur les blogs ! Car effectivement, tu es loin d'être le seul à avoir été déçu...
Tamara Drewe n'est pas scandaleux, mais est assez vieillot, vaguement ennuyeux, inutilement tortueux...
Je sauve tout de même Gemma et son short (je pense que c'est surtout Frears qui ne lui fait pas faire grand chose d'intéressant) et quelques traits caustiques sur le rapport fan-people.
Contrairement à The Queen, qui avait réussi à me surprendre à partir d'un sujet peu emballant, celui-ci ne décolle pas.


Neil 24/08/2010 21:42



Si je n'ai pas été ému par Gemma en short (hé hé) je ne peux que partager ton opinion.



D&D 09/08/2010 01:19


Beaucoup de points communs avec ta perception même si je serais plus indulgent avec la bombe. Je trouve ça assez "ringard" aussi, mais je ne l'aurais pas formulé avant de te lire. Je reste étonné
par l'accueil médiatique de ce film. Sans en contester la dimension divertissante (si l'on n'est pas trop incommodé par "l'hystérie"), je vote aussi pour "balourd" :-)


Neil 09/08/2010 18:23



Bon, ça me rassure de voir que je ne suis pas le seul à avoir été déçu par le film, finalement...



Wilyrah 03/08/2010 14:21


"J’ai trouvé le film balourd et ringard, avec quelques bons moment d’humour mais trop rares à mon goût. Alors certes la critique de la petite bourgeoisie de province est là, mais les personnages
sont tellement caricaturaux et les situations tellement farfelues que ça décrédibilise toute l’ironie que tente de passer Stephen Frears."

Parfaitement d'accord avec ça.


Neil 07/08/2010 09:35



Nous sommes donc sur la même longueur d'onde :)



Ornelune 03/08/2010 12:16


Sévère !

Je trouve la nymphette Gemma en fille un peu superficielle, un peu blessée, doucement manipulatrice plutôt convaincante.


Neil 07/08/2010 09:34



Oui, j'étais un peu sévère. Mais j'ai été assez déçu par le film (et son actrice principale).



Haut de page