Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The murderer (2011) Hong-jin Na

par Neil 8 Août 2011, 05:56 En salles

Murderer.jpg
Fiche technique
Film coréen
Titre original : Hwanghae
Date de sortie : 20 juillet 2011
Genre : règlements de comptes

Durée : 2h20
Scénario : Chihiro Itou, d’après l’œuvre de Hiroshi Mori
Image : Sung-je Lee
Musique : Kenji Kawai
Avec Kim Yun-seok (Myun), Jung-woo Ha (Gu-nam), Jo Seong-Ha (Kim Tae-won), Chul-min Lee (Choi Sung-nam), Byoung-kyu Kwak (Kim Seung-hyun)…

Synopsis : Gu-nam mène à Yanji, ville chinoise coincée entre la Corée du Nord et la Russie une vie misérable. Depuis six mois, il est sans nouvelles de sa femme, partie en Corée du Sud. Myun, un parrain local, lui propose de l’aider à passer en Corée pour la retrouver et rembourser ses dettes. En contrepartie il devra simplement… y assassiner un inconnu. (allocine)

Mon avis : Qui meurt paie ses dettes

On apprend à connaître avec The murderer l’existence des joseonjok (avec ou sans tiret ça dépend). En fait, ce sont, grossièrement, des chinois descendants de Coréens, qui ont majoritairement fui la Corée du Nord. Ils sont nombreux à habiter dans la charmante bourgade de Yanji, située au nord-est de la Chine, dans une sorte d’enclave entre la Corée du Nord justement et la Russie, pas très loin de Vladivostok. Déjà vu comme ça on a envie d’y aller ; les quelques images du film qui s’y déroulent ne sont sans doute pas sponsorisées par l’office du tourisme local, et ne nous incitent pas à aller y passer des vacances all-inclusive. A moins que vous n’aimiez les combats de chiens de rue et les mines patibulaires (ou presque).

Chauffeur de taxi à Yanji, Gu-nam a quelques petits problèmes de dettes. Pour payer le visa de sa femme qui allait travailler en Corée du Sud, il a dû contracter des emprunts auprès de parrains locaux. Il essaye de se refaire en allant jouer au mah-jong mais ça ne fait que renforcer sa difficile situation financière. Cerise sur le gâteau, il n’a plus de nouvelles de sa femme, et son beau-père est désolé pour lui. Quant à sa mère, qui élève sa petite fille, elle est convaincue que la jeune femme a trouvé un amant sur place et l’a oublié. Puis il rencontre le mafieux Myun, qui est prêt à lui payer le voyage en Corée du Sud et le remboursement de ses dettes s’il parvient à assassiner un homme.

Il parait que The murderer est un des films où il y a le plus de morts à l‘écran. C’est fort possible, mais en tout cas ceux-ci ne se déroulent que dans la deuxième partie du film. Car celui-ci, d’une durée raisonnablement longue (sans toutefois être ennuyeux), prend son temps pour nous poser son intrigue. On apprend à connaître notre personnage principal, un pauvre type pas aimable pour un sou mais quelque part attachant dans son absence totale de clairvoyance. Il se jette avec l’énergie du désespoir dans cette aventure qu’on sent immédiatement foireuse car on se doute bien que c’est sa seule et unique chance de survie. L’arrivée en Corée se passe nous sans peine et notre (anti-)héros prépare son meurtre consciencieusement, tout en menant son enquête sur sa femme. C’est là que tout dérape.

Et la dernière partie de The murderer nous offre un final de toute beauté pour qui aime l‘hémoglobine et les folles poursuites. On retiendra longtemps ces carambolages tout à fait prodigieux entre des voitures, des camions et toutes sortes d’engins motorisés. On se souviendra également longtemps de ce tueur fou à la machette (ou bien serait-ce plutôt une hachette), interprété par le magistral Kim Yun-seok. Le film est également intéressant dans sa manière de captiver le spectateur : ici ce n’est finalement pas la résolution de l’intrigue qui importe (cette partie pouvant laissant quelques-uns sur leur fin) mais plutôt la course poursuite de ce héros dont on a envie qu’il s’en sorte, et qui réussit d’ailleurs à échapper à ses poursuivants de manière tout à fait prodigieuse. La mise en scène est haletante, le spectacle est au rendez-vous : c’est du lourd.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

dasola 11/08/2011 12:46



Bonjour Neil, c'est sûr que c'est le genre de film où le spectateur en a pour son argent. Je l'ai bien apprécié même si c'est un peu trop violent à mon goût. Bonne après-midi.



Neil 11/08/2011 18:24



Oui, et en plus je trouve qu'il est intelligent, ce qui ne gâche pas le plaisir. Bonne soirée, Dasola.



cinemarium 10/08/2011 14:36



J'ai personnellement préféré The Chaser, que je trouve moins éparpillé et désaxé. La première demi-heure de ce The Murderer est géniale mais la suite est, à mon sens, assez inégale. A l'image du
plan final, qui est de trop.



Neil 11/08/2011 08:58



Je n'ai pas vu The chaser, mais moi justement ce côté "désaxé", un peu border-line m'a bin plu dans The muderer.



Wilyrah 09/08/2011 16:11



A cause de sa longueur et du temps dont je disposais avant de redescendre en province, je n'ai pu le voir. Tu en dis du bien. J'avais trouvé THE CHASER pas mauvais du tout mais parfois un peu
long.



Neil 09/08/2011 21:33



Moi c'est sa longueur qui m'a fait le voir si tard par rapport à sa sortie. Mais jen'ai absolument pas regretté. Je suis curieux de voir The chaser maintenant.



Haut de page