Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

This must be the place (2011) Paolo Sorrentino

par Neil 29 Août 2011, 05:14 2010's

Fiche technique
Film italien
Date de sortie : 24 août 2011
Genre : passage à l’âge adulte
Durée : 1h58
Scénario : Umberto Contarello
Image : Luca Bigazzi
Musique : David Byrne
Avec Sean Penn (Cheyenne), Frances McDormand (Jane), Harry Dean Stanton (Robert Plath), Kerry Condon (Rachel), David Byrne (Lui-même), Olwen Fouere (La mère de Mary)…

Synopsis : Cheyenne est une ancienne star du rock. À 50 ans, il a conservé un look gothique, et vit de ses rentes à Dublin. La mort de son père, avec lequel il avait coupé les ponts, le ramène à New York. Il décide de poursuivre, à travers l'Amérique, la vengeance qui hantait son père. (allocine)

Mon avis : La folle odyssée d’un enfant du rock

Prix du jury œcuménique au Festival de Cannes 2011, This must be the place est un film étrange. D’abord parce que c’est la première incursion anglo-saxonne de son auteur, Paolo Sorrentino. On n’attendait pas forcément ici le réalisateur de Il Divo, biopic corrosif sur Giulio Andreotti (un des plus célèbre Président du Conseil italien). Et puis parce que le film surprend justement : les personnages qui y sont campés sortent de l’ordinaire, ne sont pas dans la norme. La forme du film étonne également, cet espèce de road trip qui n’en pas un, ce cynisme bienveillant qui imprègne toutes les scènes, cette espèce de langueur neurasthénique qui emplit l’espace et le temps. Non, vraiment, ce n’est pas un film comme les autres.

Habillé et maquillé comme un gothique des années 1980, Cheyenne a eu sa période de gloire à cette époque avec son groupe de rock. Il a maintenant 50 ans et vit de ses rentes dans un village irlandais, en compagnie de sa femme Jane. Il traine souvent avec une jeune fille tout aussi gothique qu’il a prise sous son aile et qu’il essaye de sortir de sa torpeur. Il faut dire que Cheyenne n’inspire pas non plus la joie de vivre : il traine sa carcasse dans les allées de supermarchés et ne sait plus trop quoi faire de sa vie. Un traumatisme ancien lui a fait quitter le monde du rock et il passe ses journées avec sa femme, sans envie aucune, un peu déprimé, un peu las.

Pas mal de bonnes choses sont contenues dans This must be the place. D’abord il y a l’interprétation de Sean Penn, qui campe ce personnage loufoque à la perfection à tel point que l’identification entre l’acteur et son rôle semble évidente. Tous les êtres qui apparaissent dans le film sont d’ailleurs intéressants : chacun a sa particularité, ils sont tous plus ou moins excentriques, marginaux. C’est une chose rare que de voir de tels individus trop souvent caricaturaux, et dont la richesse personnelle illumine pas mal de scènes.

Un humour qui confine à l’absurde auréole toute la première partie du film, sans doute la plus réussie dans ce qu’elle nous propose à voir. La suite, qui constitue le voyage en quête de sens du personnage, est plus consensuelle et peut-être moins intéressante. Et ce n‘est sans doute pas un hasard si dans This must be the place, Paolo Sorrentino use et abuse des travellings. C’est peut-être la façon qu’a trouvé le réalisateur pour incarner le voyage - à la fois physique et symbolique - qu’effectue son héros. C’est une belle idée en soi, et ça occasionne quelques images assez jolies et nous donne l’occasion de voir une fois de plus les États-Unis dans toute leur étendue et leur gigantisme.

Seulement c’est un peu lassant à la longue, tout comme ces fausses pistes que nous tend Paolo Sorrentino. Il laisse un peu partout germer quelques graines d’histoires plus ou moins développées, qu’il reprend ou pas et auxquelles il laisse le soin au spectateur de mettre une fin. L’impression rendue par This must be the place est un peu brouillonne, celle d’un film plein de charmes mais également d’aspérités, qu’on n’arrive pas vraiment à s’approprier mais dont les acteurs peuvent nous toucher par leur poésie singulière.


Ma note : **

This must be the place (2011) Paolo Sorrentino
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Christophe 08/09/2011 01:11



Un film que je m'étais promis de ne pas allé voir : le look de Penn étant trop extravagant pour passer... Finalement, c'est une petite bonne surprise ! Je ne me suis pas ennuyé un instant, et
Sean Penn est vraiment très bon, même s'il faut s'habituer à son personnage



Neil 08/09/2011 23:13



Moi c'est presque le contraire : le look de Sean Penn m'intriguais beaucoup et au final le film m'a laissé unsentiment mitigé.



Squizzz 04/09/2011 19:24



Je suis d'accord avec tout ce que tu dis, mais les points positifs que tu évoques ont su effacer un peu les points négatifs, du coup j'en suis visiblement ressorti plus enchanté que toi. En tout
cas un film "ovni", un peu à l'image de son personnage principal.



Neil 04/09/2011 20:53



C'est un film qui ne ressemble qu'à lui-même, c'est vrai. La première partie m'a vraiment enthousiasmé, après j'étais un peu plus dubitatif. Mais bon c'est pas non plus un mauvais film.



Phil Siné 29/08/2011 13:52



assez d'accord avec toi ! personnages hors norme et passionnant... la 2e partie est peut-etre moins aboutie en effet...



Neil 29/08/2011 21:11



Exactement, la seconde partie est décevante. Un film particulier.



Haut de page