Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tom à la ferme (2014) Xavier Dolan

par Neil 12 Avril 2014, 05:06 Avant-Première

Tom_Ferme.jpgFiche technique
Film canadien
Date de sortie : 16 avril 2014
Durée : 1h42
Genre : deuil délicat
Scénario : Xavier Dolan, d’après l’œuvre de Michel Marc Bouchard
Image : André Turpin
Musique : Gabriel Yared
Avec Xavier Dolan (Tom), Lise Roy (Agathe), Pierre-Yves Cardinal (Francis), Evelyne Brochu (Sara), Jacques Lavallée (le curé), Anne Caron (le docteur)...

Résumé : un jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de sa famille, une relation toxique s’amorce bientôt.

Mon avis : la vérité guérit le mal qu'elle a pu causer

La naissance de Tom à la ferme s’est faite presque par hasard. Après sa
« trilogie de l’amour », Xavier Dolan avait besoin de se remettre très vite au travail. Voyant que son prochain projet, The death and life of John F. Donovan - une production américaine aux ambitions affichées - nécessitait encore beaucoup de travail, il décida de se rabattre sur un film plus modeste. Il se souvint alors d’une pièce de théâtre à laquelle il avait assisté, quelques années plus tôt : il s’agissait d'une œuvre du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard. Parallèlement à ça, en mai 2013, le clip d’une chanson interprétée par le groupe Indochine fait parler d’elle : réalisé par Xavier Dolan, il décrit non sans violence le parcours semé d’embûches d’un adolescent victime d’homophobie. C’est justement l’un des thèmes majeurs du film.

Avec difficulté, Tom parvient à rejoindre en voiture la maison qu’il cherche, isolée en pleine campagne. Il sonne à la porte, tambourine et appelle mais personne ne lui répond. Trouvant par hasard un double des clés, il entre et visite toutes les pièces avant de s’arrêter dans la cuisine et de s’affaler sur une chaise. La maîtresse de maison, Agathe, le trouve endormi, s’étonne de le trouver là jusqu’à ce qu’il lui dise qui il est. Elle est heureuse de voir qu’il a fait tout ce chemin pour les funérailles de son fils, dont il sera l’unique ami présent à la cérémonie. Elle le présente alors à son second enfant, Francis, que Tom découvre avec surprise : il ne savait pas que son compagnon avait un frère. Mais celui-ci lui apprendra bien vite que ce n’est pas l’unique secret de la famille, puisque personne ne connaissait les véritables liens qui unissaient les deux jeunes hommes.

Ce Tom à la ferme permet à Xavier Dolan de se renouveler habilement, en se colletant à un genre très codé, qu’il aborde de façon tout à fait frontale. Dès le début les images du film nous renvoient à une ambiance étrange, que la musique ne fait que renforcer. Et scène après scène le malaise s’installe, qui ne partira qu’au dénouement, qu’il s’agit, comme tout bon thriller, de ne pas dévoiler. La violence qui s’inscrit à l’écran est à la fois intériorisée - la plupart des personnages principaux sont ambigus et l’on sent que tout peut arriver - et extériorisée - à l’image de ces formidables explosions de colère. Elles apparaissent ainsi parfois de façon elliptique via les comportements violents de Francis, qu’on ne voit pas à l’écran mais qu’on devine avec les stigmates qu’elle laisse sur le visage de Tom, mais aussi de façon plus frontale tel ce formidable défoulement verbal de la part d’Agathe après un verre de trop.

La touche personnelle de Tom à la ferme se retrouve tout de même assez facilement : un film de Xavier Dolan reste finalement aisément reconnaissable. D’une part par les thématiques du réalisateur : l’homosexualité est ici au centre du récit, à la fois centrale et non dite. Si la transphobie était abordée en creux dans Laurence anyways, c’est d’une homophobie quotidienne, et néanmoins violente, dont souffre Tom. Les recoins psychologiques plus ou moins conscients qui motivent les comportements à la fois du bourreau et de sa victime sont très finement fouillés tandis que la narration nous amène à une résolution particulièrement discrète et émouvante. D'autre part via quelques rares ralentis, parfois superflus et, autre petit argument que l’on peut opposer à Xavier Dolan, lorsqu'il pêche par orgueil en s’accordant le rôle titre de son film : on le lui pardonne aisément.

Ma note : ****

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

dasola 25/04/2014 15:35

Bonjour Neil, je n'ai pas détesté du tout ce film plutôt bien fait mais j'ai été gênée par la psychologie des personnages. Le personnage de Tom qui ne sait pas ce qui veut face à Francis (qui n'est vraiment pas bien dans sa tête). Bonne après-midi.

Film Streaming 14/05/2014 13:49

Exactement Dasola :)

neil 30/04/2014 17:50

Bonsoir Dasola,
Justement cette psychologie pas vraiment claire m'a assez plu : les personnages sont plus complexes qu'ils n'en ont l'air.
Bonne soirée

Haut de page